21 février 2008 13:36; Act: 21.02.2008 14:20 Print

Abdellatif Bekhti: un terroriste avec une tête de «type sans histoire»

Celui qui a participé au braquage de la Brink’s n’avait rien d’un bandit et encore moins d’un terroriste. Il blanchissait pourtant de l’argent pour le compte du réseau islamiste démantelé hier au Maroc.

  • par e-mail

Certains le pensaient mort après son évasion de la prison de Schrassig en janvier 2003. Condamné à 20 ans de réclusion par la chambre criminelle de Luxembourg, pour le braquage de la société Brink’s, l’homme a toujours nié mais ses empreintes ont été retrouvées sur les restes du butin quelque part dans un bosquet en Belgique.

L’homme s’est évadé deux mois après sa condamnation, aidé de 7 complices armés jusqu’aux dents. Ils ont escaladé le mur d'enceinte à l'aide d'une grande échelle et ont libéré le prisonnier.

Plus de nouvelles jusqu’à hier où son nom est réapparu dans la liste des enquêteurs marocains. L’homme avait donc injecté sa part de butin (près de 2,5 millions sur les 17 millions dérobés) dans une organisation terroriste qui fomentait des attentats contre des ministre et la communauté juive.

Selon l’enquête marocaine, Bekhti était chargé de blanchir les fonds notamment via des projets touristiques, immobiliers ou commerciaux dans plusieurs villes du Maroc.

«Il n’avait pas le look du gangster»

L’homme sans histoires, n’avait pas le profil d’un braqueur et encore moins d’un terroriste se souviennent les acteurs de son procès en 2003. «Il avait le comportement de quelqu’un qui a toujours vécu dans l’anonymat» confie Pierre Medinger, chef de la section du grand banditisme de la police grand-ducale. «Il était plutôt insignifiant. Il me faisait penser au brave maçon marocain sans histoire (…) le type qui fait tout pour éviter les ennuis (…) il n’avait pas le look du gangster» se souvient une ancienne journaliste du Quotidien qui avait suivi son procès en 2003.

Et pourtant, lors de la perquisition, la police marocaine a saisi neuf fusils d’assaut Kalachnikov, deux fusils mitrailleurs, sept pistolets mitrailleurs, seize pistolets automatiques, des chargeurs, de munitions et des détonateurs. Un véritable arsenal constitué pour tuer.

On ne sait pas encore si Abdellatif Bekhti sera remis aux autorités luxembourgeoises.

MC