Solidarité

16 février 2010 14:33; Act: 16.02.2010 14:53 Print

Robert Pirès, Kery James, Jena Lee, Diam's chantent pour Haïti

Après «Un geste pour Haïti chérie», un deuxième morceau collectif a été réalisé en France pour soutenir les victimes d’Haïti. Chanteurs, stars de la TV et acteurs ont répondu à l’appel.

Sur ce sujet

D’origine haïtienne, le rappeur français Kery James a réuni de nombreux artistes français pour participer à la réalisation du morceau «Désolé» dont il est l’auteur.

Des chanteurs comme Amel Bent, Christophe Maé, Diam’s, Natasha St-Pier ou Youssou N’Dour ont répondu présent et interprété les paroles du morceau.

Pour enrichir le clip, que vous pouvez découvrir ci-dessus, Kery James a fait appel à des acteurs, animateurs de TV, sportifs, etc… On peut ainsi reconnaitre entre autres Clémentine Célarié, Clovis Cornillac, Estelle Lefébure, Frank Leboeuf, Robert PIrès, Jo-Wilfried Tsonga, Manu Payet, Nikos Aliagas, Omar et Fred, Sonia Rolland, Valérie Damidot, Virginie Efira, William Gallas ou encore Yvan Le Bolloc'h.

Le morceau est disponible en téléchargement légal sur les plateformes habituelles et sera dans les bacs dès demain. les bénéfices récoltés seront reversés à l'Action contre la Faim.

Autres morceaux en soutien à Haïti

Il s'agit de la deuxième initiative de la sorte en France. La première étant «Un geste pour Haïti chérie», réalisée à l'initiative de la chaîne de télévision française Trace TV, du rappeur Passi et du groupe de reggae Neg’Marrons.

Aux États-Unis, une démarche similaire a été organisée avec la reprise de «We are the World» de Michael Jackson.

lessentiel.lu avec fab

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).