Plankton Waves

05 mai 2010 21:07; Act: 05.05.2010 21:13 Print

«Notre musique est plus sombre que celle de Minipli»

LUXEMBOURG - Après la dissolution du trio luxembourgeois Minipli, les anciens membres, Natalie et Michel, continuent en duo et sous un nouveau nom, Plankton Waves. Interview.

Une faute?

L’essentiel: Pourquoi Minipli a-t-il disparu?

Michel: Pour des raisons personnelles. Eric est parti pour Berlin où il travaille en tant que créateur. Cela a été une des raisons.

Quelles ont été les réactions de vos fans?

Nous avons souvent entendu dire que c’était dommage d’arrêter dans une période où ça fonctionnait. C’est pourquoi les attentes vis-à-vis de Plankton Waves sont assez élevées.

À quoi ressemble l’univers de Plankton Waves?

Pour le moment, nous avons huit chansons. Les deux disponibles sur MySpace sont plutôt tranquilles, les autres plus rock. La musique est plus sombre que celle de Minipli. L’humour est toujours là mais sous une autre forme. Nous n’avons pas conservé notre ancien concept avec les costumes faisant allusion au monde du cirque. Sinon, nous faisons toujours de la musique électro avec basse et guitare.

Prévoyez-vous de sortir un disque prochainement?

Oui, c’est notre objectif. Comme les chansons ne vont pas ensemble sur un album parce qu’elles sont différentes au niveau du style, nous ferons un EP avec quatre ou cinq titres. Nous pourrions éventuellement aussi sortir un autre EP peu après, mais ça dépendra de l’évolution de notre composition. Nous aimerions bien donner plus de concerts cet hiver.

Recueilli par Kerstin Smirr

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).