21 juillet 2009 12:38; Act: 21.07.2009 13:27 Print

Pamela contre-​​attaque, Gasquet s'enlise

Nouveau rebondissent dans l'affaire du baiser contaminé à la cocaïne. Contrôlé positif, le tennisman français croyait pouvoir s'en tirer en rejetant la faute sur une jeune femme goulument embrassée en boîte de nuit...

storybild

Pamela D., accusée d'avoir consommé de la cocaïne avant d'embrasser le tennisman, n'entend pas se laisser faire. (photo: afp)

Sur ce sujet
Une faute?

Il pensait pensait pouvoir se blanchir en accusant une jeune-femme de lui avoir administré un baiser cocaïné. Mais c'était mal connaître l'accusée en question, une certaine Pamela D., manager d'une célèbre chaîne de restaurants à Paris, accusée d'avoir consommé de la poudre juste avant d'embrasser à pleine bouche le joueur. C'était le 27 mars, au Set Miami. Le lendemain, Richard Gasquet était ontrôlé positif à la cocaïne.

Bien que parfaitement invraisemblable, la thèse avancée par Gasquet pour sa défense, avait su convaincre Fédération Internationale de Tennis qui ne l’avait condamné qu’à deux mois de suspension déjà effectués.

De nouveaux tests capillaires

Un dénouement qui a quelque peu irrité la demoiselle incriminée. "Ma cliente a été traînée dans la boue, elle réagit mardi pour rétablir la vérité et laver son honneur", a indiqué Maître Bouzrou, l’avocat de Pamela D., dans une interview publiée sur site Internet du Point. "Les médias ont fait passer ma cliente pour une toxicomane qui a contaminé un grand champion à son insu", a-t-il poursuivi.

La jeune femme a attaqué le tennisman pour diffamation et aurait demandé que de nouveaux teste capillaires soient effectués par les autorités compétentes.

lessentiel.lu

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).