30 mars 2009 21:57; Act: 30.03.2009 21:59 Print

Joël Kitenge: «J'ai la rage »

Entré en fin de match samedi contre la Lettonie, Joël Kitenge dit son envie de prouver qu'on peut lui faire confiance.

Une faute?

Entré en fin de match samedi contre la Lettonie, Joël Kitenge dit son envie de prouver qu'on peut lui faire confiance.

L'essentiel: Comment avez-vous vécu la défaite (0-4) contre la Lettonie samedi? Joël Kitenge: Nous sommes déçus. Ça fait mal d'être battus 4-0 à nouveau. Cela fait longtemps que nous n'avions pas perdu ainsi. L'équipe n'était pas au top. Nous devons nous rattraper contre les Lettons mercredi.

Stefano Bensi vous a été préféré pour débuter le match. Avez-vous compris ce choix?

J'aimerais savoir. Je crois que le sélectionneur a choisi Stefano pour tenter de créer du jeu devant. Je pense qu'il me voit plus comme un attaquant travailleur. Je n'en veux pas à Stefano. Je souhaite qu'il joue aussi mais j'ai la rage.

Votre entrée en jeu samedi peut elle vous aider à redevenir titulaire?

Je n'aime pas me juger sur 10 ou 20 minutes. Je ne sais pas si le sélectionneur alignera la même équipe de départ mercredi. Mais j'ai une rage en moi qui doit exploser sur le terrain. Je dois prouver au sélectionneur qu'il peut me faire confiance.

Jouer au Luxembourg vous désavantage-t-il par rapport à Bensi qui évolue en Belgique?

La D2 belge joue légèrement mieux au foot que le Luxembourg. Mais ils ont surtout un autre rythme d'entraînement. Ils sont à 100 % tournés vers le foot. Ici, en dehors de trois ou quatre entraînements et du match le dimanche, il y a l'école pour les uns et le travail pour les autres. Mon expérience aux Pays-Bas m'a démontré que ce sont deux mondes différents. À l'étranger, cela joue plus vite, plus propre. C'est aussi plus exigeant à l'entraînement.

Parlez-nous de la spécificité du poste d'attaquant du Luxembourg qui joue seul devant...

Pour être attaquant de la sélection, si vous n'êtes pas prêt physiquement vous êtes mort. Il faut courir tout le temps. Être le premier à défendre. Quand vous recevez la balle, vous avez toujours des grands gabarits pour vous mettre la pression. Il faut aller au duel, là où ça fait mal. Et en plus il faut garder des forces s'il faut partir en contre, protéger la balle. Moi j'aime ça. C'est un travail de fou même si certains pensent que ce n'est pas du foot.

Vos performances en championnat avec le Fola semblent démontrer que vous avez progressé ces derniers temps. Avez-vous ce sentiment?

Quand j'y repense, quand je vois les buts que je marque en championnat, il arrive que je me demande d'où cela vient. Cela s'est fait d'un jour à l'autre. Je crois surtout que je suis plus stable dans ma tête, plus concentré. Avant je voulais toujours faire 20 000 choses à la fois et je ne faisais rien de bien. J'ai gagné en maturité.

Peut-on imaginer que la sélection luxembourgeoise joue avec deux attaquants?

C'est toujours beau de rêver. Mais tant que nous ne prouvons pas au sélectionneur que nous pouvons faire de bons matches en 4-5-1 sur la durée, il ne faut pas penser au 4-4-2. Je sais que le coach est un ancien joueur et qu'il aimerait bien le faire. Mais pour l'instant ce n'est pas faisable. Le Luxembourg n'est pas prêt pour ça.

Recueilli par Nicolas Martin

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).