Annulations de vols

06 octobre 2010 07:45; Act: 10.10.2010 18:15 Print

Ryanair veut interdire les grèves

La compagnie aérienne irlandaise a appelé mardi soir à retirer le droit de grève aux contrôleurs aériens en Europe, après un nouveau mouvement la semaine dernière en Belgique.

storybild

La compagnie aérienne irlandaise à bas coûts veut intenter une action judiciaire contre Belgocontrol pour préjudices subis après la grève entamée le 28 septembre 2010. (photo: afp)

Sur ce sujet
Une faute?

"Il est ridicule que les contrôleurs du ciel belges, français et espagnols puissent faire grève de manière répétée sans aucune pénalité financière, tandis que les compagnies aériennes sont obligées de s'occuper de leurs passagers et supportent le coût de ces interruptions", s'est insurgé le patron de Ryanair, Michael O'Leary, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

"Il est temps de retirer le «droit de grève» pour ce service essentiel, comme c'est le cas aux États-Unis. Si ces gens ne veulent pas travailler, alors remplaçons-les par des militaires ou d'autres contrôleurs du ciel qui veulent travailler", a-t-il insisté.

Action en justice contre Belgocontrol

Ryanair affirme avoir dû annuler 1 400 vols et en retarder 12 000 autres depuis le début de l'année suite à des grèves des contrôleurs aériens en Belgique, en France et en Espagne. La compagnie veut notamment se pourvoir en justice en Belgique après un arrêt de travail mardi dernier des contrôleurs de la société Belgocontrol: leur mouvement, annoncé seulement la veille, avait entraîné la fermeture de l'espace aérien belge en dessous de 7 500 mètres de 14h00 à 22h00.

"Ryanair va entamer une action judiciaire contre Belgocontrol après les grèves sauvages de mardi dernier en Belgique, qui a causé l'annulation de plus de 90 vols Ryanair, touchant plus de 15 000 passagers", a indiqué la compagnie dans un communiqué.

lessentiel.lu avec AFP

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).