Die neusten Leser-Kommentare

  • moi am 04.08.2020 02:15 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

    "mettre dans un coin", heureusement vous n'êtes pas patron.

      Alle Kommentare anzeigen ( 1 ) Alle Kommentare anzeigen ( 1 )
    • zouzou am 03.08.2020 17:17 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

      Dans l’article, il est mis qu’il ont entendu 115 personnes. Ce qui veut dire que l’enquête a été une série de 115 convocations avec témoignage à l’appui. Des personnes dans l’ombre ont eu aussi la parole. Ce qui a mon sens donne la logique de la décision.

        Alle Kommentare anzeigen ( 1 ) Alle Kommentare anzeigen ( 1 )
      • l'alchimiste am 03.08.2020 16:47 via via Mobile Report Diesen Beitrag melden

        le libérale libertaire, la gauche bourgeoise au service de la droite financière a travers l'arnaque des pseudo combats communautaires qui ne cessent de diviser le peuple et le rendre donc impuissant. le racisme, l antisemitisme, le feminisme, le lgbtisme, le jeune rebelle, la destruction du socle familiale, le communautarisme sont les dangers auxquels le peuple tombe systématiquement. black live matter, mee too etc etc ... je note qu un blanc goy se fait virer, quid de patrick bruel, roman polansky ?

        • Vers la destruction du concept de nation am 03.08.2020 18:01 Report Diesen Beitrag melden

          On devient de plus en plus une communauté d'individus et de moins en moins un peuple uni. Les réseaux sociaux sont les accélérateurs d'individualisme qui ont rendu possible toutes ces divisions du peuple, ainsi que l'avènement de cette société communautariste (que l'on nomme parfois "multiculturelle"), qui survalorise la différence, faisant la part belle aux minorités au détriment de la "majorité". Cette évolution que l'on constate presque partout sur le globe est inquiétante, elle représente une véritable menace pour l'humanité compte tenu des enjeux qui vont être les notre dans peu de temps.

        Alle Kommentare anzeigen ( 1 ) Alle Kommentare anzeigen ( 1 )
      • Marc am 03.08.2020 16:12 Report Diesen Beitrag melden

        C'est en général ce qu'on fait avec des personnes qui ne sont pas bonnes. On les tape dans un coin et on attend qu'elles démissionnent. Ce n'est pas du harcèlement, juste un moyen de se séparer d'une personne sans avoir à la licencier et payer les frais qui en découlent. Je trouve un peu simple de virer des gens sur des accusations sans avoir entendu leur version des faits. Si j'étais patron, je n'oserais plus engager de femmes, de peur qu'elles attaquent et créer des histoires (fondées ou non).

        • Le Grinch am 03.08.2020 16:55 Report Diesen Beitrag melden

          Oui, mais ce faisant vous deviendriez un patron sexiste qui n'applique pas les quotas et vous finiriez brûlé vif sur le bûcher de l'hystérie féministe...

        • résultat de metoo am 04.08.2020 09:35 Report Diesen Beitrag melden

          Dans ma boîte je tiens seulement un discours avec nos collaboratrices sous condition de laisser la porte ouverte et une personne d'accompagnement. Désolé si ça gène la partie féminine de mon équipe mais je tiens à mon emploi.

        Alle Kommentare anzeigen ( 1 ) Alle Kommentare anzeigen ( 1 )