Crise sanitaire/Économie

27 mai 2020 09:20; Act: 27.05.2020 13:27 Print

Des Espagnols sont forcés de réclamer à manger

Le confinement a frappé de plein fouet l’économie espagnole qui affichait déjà le deuxième taux de chômage le plus élevé de la zone euro, derrière la Grèce.

storybild

La Croix-Rouge, en Espagne, a aidé plus de 1,5 million de personnes depuis le début du confinement, «dont 68% qui n’avaient jamais fait appel à nous».

Sur ce sujet
Une faute?

Demander à manger pour la première fois de sa vie, c’est le lot de milliers d’Espagnols que la pandémie a plongés dans une pauvreté rappelant la crise financière de 2008 dont le pays venait tout juste de se relever. «Je me couvre le visage parce que j’ai vraiment honte, je n’avais jamais demandé de la nourriture», confie Jacqueline Alvarez, 42 ans, un sac de provisions à la main dans le quartier populaire d’Aluche, à Madrid.

Derrière elle, une file de près de 700 personnes s’étire en serpentin entre les immeubles pour recevoir de quoi remplir leur frigo, grâce à l’association de quartier, transformée en banque alimentaire d’urgence. La scène est loin d’être unique en Espagne, où l’aide alimentaire a bondi de 40% durant le confinement d’après la Fédération des banques alimentaires du pays (Fesbal).

Privés de revenus

De nombreuses personnes y ont recours pour la première fois, comme Jacqueline, privée de revenus avec son mari depuis plus de deux mois à cause du confinement. «Mon mari est serveur, il est inscrit au chômage mais n’a pas encore reçu d’allocation et moi je suis employée de maison mais mes employeurs ne m’ont pas déclarée». Cette hispano-hondurienne, mère de trois enfants, n’a donc droit à aucune prestation chômage.

Le problème est mondial: selon l’ONG Oxfam, la crise sanitaire pourrait précipiter 500 millions de personnes dans la pauvreté. Mais en Espagne, le confinement a frappé de plein fouet une économie qui affichait déjà le deuxième taux de chômage le plus élevé de la zone euro, derrière la Grèce.

«La crise que nous avons actuellement a été bien plus forte et exponentielle que celle de 2008 (…) nous n’avions jamais atteint ce niveau d’aide», alerte Olga Diaz, directrice adjointe à l’aide sociale de la Croix-Rouge en Espagne. Ses réseaux ont aidé plus de 1,5 million de personnes depuis le début du confinement, «dont 68% qui n’avaient jamais fait appel à nous», précise-t-elle. Le socialiste Pedro Sanchez a annoncé la mise en place, dès juin, d’un revenu minimum vital qui bénéficiera à «près de 850 000 foyers» en situation de «pauvreté sévère».

(L'essentiel/afp)