Coronavirus en Allemagne

29 mai 2020 11:07; Act: 29.05.2020 14:39 Print

«L'éclaireur de la nation» menacé de mort

Le virologue allemand Christian Drosten, l'un des experts les plus éminents sur le Covid-19, est devenu le bouc émissaire des conspirationnistes et des opposants aux restrictions.

storybild

Christian Drosten, lors d'une conférence de presse à Berlin, le 26 mars dernier. (photo: AFP/Michael Kappeler)

Sur ce sujet
Une faute?

Le virologue berlinois Christian Drosten, l'un des experts mondiaux les plus éminents sur le Covid-19, est devenu le bouc émissaire de la mouvance conspirationniste et des opposants aux restrictions en Allemagne, au point d'être menacé de mort. Collé sur un réverbère dans le centre de Munich (sud de l'Allemagne), un autocollant attire l'attention. On y reconnaît M. Drosten, dont le visage est désormais familier dans toute l'Allemagne, et Josef Mengele, le médecin nazi d'Auschwitz surnommé l'«ange de la mort» pour ses expérimentations sur les déportés. «Fais-moi confiance, je suis médecin», indique la légende de l'autocollant.

En quelques semaines, le directeur de l'Institut de virologie du grand hôpital universitaire Charité, à Berlin, est devenu la cible de la colère contre les restrictions liées à la pandémie, née en avril avec des manifestations hebdomadaires dans tout le pays. Inconnu du grand public il y a quelques mois encore, son nom apparaît ainsi à côté de ceux de la chancelière Angela Merkel ou du ministre de la Santé, Jens Spahn, dont les manifestants, un assemblage hétéroclite d'adeptes de théories du complot, d'extrémistes de droite mais aussi d'Allemands inquiets, réclament la démission immédiate.

Angela Merkel le sollicite

Ce quadragénaire à la chevelure ébouriffée et aux cernes creusées s'est trouvé propulsé sous les projecteurs médiatiques après avoir conçu dès janvier le premier test de diagnostic simple du Covid-19, qu'il a rendu immédiatement accessible dans le monde entier. Très vite, il devient l'une des voix les plus respectées du pays sur le sujet. La chancelière Angela Merkel, elle-même scientifique, le sollicite pour son expertise au moment où elle doit décider d'un éventuel confinement. C'est aussi par un podcast pour la radio publique régionale NDR qu'il devient populaire, expliquant le nouveau coronavirus et ses risques en termes clairs à des Allemands anxieux.

Pourtant, fin avril dans le journal britannique The Guardian, Christian Drosten révèle faire l'objet de menaces de mort. Mardi, il a annoncé avoir reçu un paquet avec un échantillon soi-disant positif au Covid-19 et ce message: «Bois ça - Tu seras immunisé comme ça». Des menaces suffisamment sérieuses pour que le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, assure suivre «tout cela de très près avec une stratégie de tolérance zéro». Depuis cette semaine, c'est le tabloïd Bild qui mène la charge contre ce médecin célébré dans le reste de la presse comme un «éclaireur de la nation» ou même carrément «une star».

«Adversaire politique qui doit être attaqué»

Tout a commencé lorsque Christian Drosten a publié lundi sur Twitter un courriel du journal lui donnant une heure pour réagir à des critiques soulevées par des scientifiques à l'une de ses études, qui conclut que les enfants infectés par le nouveau coronavirus «pourraient être aussi contagieux» que les adultes. Le médecin a jugé qu'il avait «mieux à faire» que de répondre au journal. Réplique de Bild sur son site Internet le soir même: l'étude de M. Drosten est «grossièrement fausse», assure le journal, s’appuyant sur des critiques émises par plusieurs scientifiques qui ont ensuite assuré n'avoir jamais été contactés par Bild.

Cette confrontation avec un des journaux les plus puissants d'Allemagne, malgré sa réputation sulfureuse et la baisse récente de son lectorat, a suscité une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux et dans les médias. Pour Der Spiegel, c'est son rôle de conseiller du gouvernement qui lui a attiré les foudres de ceux «qui ne voient pas en lui en premier lieu un scientifique, mais un adversaire politique qui doit être attaqué». Et d'adresser une mise en garde. «Tout ceci est hautement dangereux (...) L'atmosphère dans le pays est toxique à un degré préoccupant».

Depuis le début de la crise sanitaire, cet érudit que l'on croise le matin sur son vélo dans un quartier berlinois «bobo» insiste pourtant sur le fait que «la science n'a pas de mandat politique». En tous les cas il ne se laisse pas intimider par les menaces et ne mâche pas ses mots à l'égard des «soi-disant experts» qui répandent «n'importe quoi dans le monde» et donnent ainsi du grain à moudre aux conspirationnistes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Opinion le 29.05.2020 12:24 Report dénoncer ce commentaire

    Persécuter des scientifiques ça rappelle le Moyen Âge... Franchement ça devient grave avec toute cette haine sur internet. Il serait peut être temps de mettre des sanctions minimales de quelques mois de prison dès la première menace de mort. Il faut que les gens se calment, la violence physique est presque toujours précédée de violence verbale. Qu'on le laisse travailler.

  • Il faut comprendre le contexte le 30.05.2020 00:55 Report dénoncer ce commentaire

    Les gens un peu partout dans les pays comprennent que les politiciens et supposés experts leurs racontent des histoires, et font trainer les choses pour donner le temps au vaccin d'arriver. L'occasion est trop belle pour louper cette opportunité de vacciner en masse avec bien plus que ce qui est nécessaire. Jens Spahn, le ministre fédéral de la santé allemand est un pur produit du système et au service du business. Rien donc d'étonnant qu'il pousse à fond pour une vaccination de masse et obligatoire avec carte de vaccination, qui pourrait être permanente sous la peau, façon idée du Bill Gates.

  • citoyen le 29.05.2020 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    depuis quand un journal ou des journalistes connaissent mieux la science et la médecine plus qu'un vrai scientifique qui a fait des annees d'études ainsi que des recherches etc...tout le monde se prend pour un expert je peux l'accepter dans le foot dans la politique ou l'économie mais surtout pas pour la science et encore plus la médecine. l'être humain est devenu fou on essaye de les protéger et les soigner et ils inventent des conspirations et refusent de se soigner sous prétexte de ça ou ça. qu'ils crèvent s'ils le veulent mais qu'ils le fassent seuls et laissent les gens de métier et les gens tranquilles chacun fait ce qu'il veut

Les derniers commentaires

  • bonsens le 30.05.2020 15:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut arrêter de mettre tous les gens en première ligne, seulement les acteurs égocentriques et ce sera fini des conspirationnistes débiles

  • franki stein le 30.05.2020 09:57 Report dénoncer ce commentaire

    Drôle, tous ces scientiques allemands qui nous dirigent ici aussi bientôt, comme Mrs Nehrbass et Krüger... et puis ne pas oublier ces puissants laboratoires pharmaceutiques avec qui tous ces médecins travaillent... Ils nous voient tous comme des souris de labo... et les politiciens de tous bords n'y comprennent de toute façon rien. Ce sont les nouvelles stars !

  • Il faut comprendre le contexte le 30.05.2020 00:55 Report dénoncer ce commentaire

    Les gens un peu partout dans les pays comprennent que les politiciens et supposés experts leurs racontent des histoires, et font trainer les choses pour donner le temps au vaccin d'arriver. L'occasion est trop belle pour louper cette opportunité de vacciner en masse avec bien plus que ce qui est nécessaire. Jens Spahn, le ministre fédéral de la santé allemand est un pur produit du système et au service du business. Rien donc d'étonnant qu'il pousse à fond pour une vaccination de masse et obligatoire avec carte de vaccination, qui pourrait être permanente sous la peau, façon idée du Bill Gates.

    • Tu n'a rien Compris du Contexte pofco le 30.05.2020 11:04 Report dénoncer ce commentaire

      Prenez rendez-vous avec la Chancelière, il est très important que vous lui fassiez part de vos connaissances. Écrivez vos nom, prénom et adresse ici afin que nous puissions vous remercier au nom de l'Humanité/

    • Il n'y a que la vérité qui blesse le 30.05.2020 16:43 Report dénoncer ce commentaire

      Il faudrait regarder de près ce qu'essaie de faire le brave Spahn ... Pas sur qu'il oeuvre pour le bien des allemands, mais plutot pour autre chose qui vous dépasse, sauf si vous en êtes.

  • FullmétalJF le 29.05.2020 23:59 Report dénoncer ce commentaire

    Ces menaces, à condamner bien sûr, sont une conséquence directe de la médiatisation extrême des virologues, très excessive à mes yeux. Il est normal qu'ils soient consultés par les autorités politiques, mais non qu'ils interviennent en public sur tous les sujets, y compris ceux qui ne concernent pas directement leur science, et traités comme des vedettes par les médias qui y voient matière à grossir leur audience. Trop c'est trop. Ces menaces ne sont-elles pas un peu "la rançon de la gloire" de ces scientifiques tirés de leurs labos et projetés d'un coup au premier plan ?

  • JP L le 29.05.2020 23:15 Report dénoncer ce commentaire

    Pas de poursuites possibles contre Bild, notamment pour incitation à la haine, usurpation d'identités, …?