En Angleterre

04 juillet 2020 14:49; Act: 04.07.2020 15:02 Print

La bière a recommencé à couler au pub

L'Angleterre a déconfiné ce samedi ses pubs, mais aussi ses coiffeurs. Une décision qui fait craindre des excès et de nouvelles infections.

storybild

Les pubs anglais (ici à Manchester) ont rouvert ce samedi. (photo: AFP/oli Scarff)

Sur ce sujet
Une faute?

Après trois mois d'inactivité, les coiffeurs ont élagué samedi leurs premières crinières et les pubs servi leurs premières pintes de bière sur place, marquant une nouvelle étape majeure dans la sortie du confinement en Angleterre, qui fait craindre excès et nouvelles contaminations au coronavirus. «Mes cheveux étaient sens dessus dessous, j'ai dû utiliser des chapeaux pour les cacher», s'amuse Sandra Jacobs, une des premières clientes à franchir, dès minuit, les portes d'un salon de coiffure dans le quartier londonien de Camden. Malgré le port du masque et les écrans de protection, sa première coupe est «un tel soulagement, vous n'avez pas idée!», confie-t-elle à l'agence britannique PA.

Dans la ville de Runcorn (ouest de l'Angleterre), Jennifer Wilson et Louise Arnold n'ont aussi pas voulu perdre une minute: les deux femmes se sont dit «oui» à minuit, devenant le premier couple à se marier depuis l'instauration du confinement le 23 mars pour limiter la propagation de l'épidémie de nouveau coronavirus. Entré tardivement dans le confinement, le Royaume-Uni est encore plus à la traîne par rapport à ses voisins européens pour en sortir. Loin d'être vaincu, le virus qui a tué 44 000 personnes dans le pays - le plus lourd bilan en Europe - a repris de la vigueur à Leicester, conduisant les autorités à reconfiner une zone de 600 000 habitants.

«Comme gagner la Premier League»

Mais à l'échelle de l'Angleterre, les pubs, hôtels, salons de coiffure, cinémas et musées rouvrent leurs portes samedi, un redémarrage jugé cependant trop rapide par les autres provinces britanniques, ayant adopté leur propre calendrier de déconfinement. Dans un pub du nord de Londres, Andrew Slawinski, 54 ans, déguste sa première pinte - une Guinness- depuis trois mois. C'est «magnifique», estime-t-il. «C'est comme gagner la Premier League». Service à table plutôt qu'au bar, signalétique dédiée, maintien de la distanciation physique, la convivialité des pubs n'est désormais plus la même dans cette «nouvelle normalité».

Mais Clive Watson, fondateur de City Pub Group, qui rassemble 47 pubs dans le sud de l'Angleterre et au Pays de Galles, s'attend néanmoins à un jour «historique» pour le secteur: «Cela a été incroyablement dur pour nous et nos clients». La fermeture des pubs, inédite depuis la peste de 1665, a entraîné une baisse sans précédent de la consommation de bière. Leur réouverture pourrait attirer ce week-end 6,5 millions de visiteurs, selon le cercle de réflexion CEBR. Mais d'ici à la fin de l'année, la British Beer and Pub Association craint la fermeture de 40% des pubs, soit 18 000 établissements incapables de se relever.

«Clowns ivres»

En visite dans un pub de l'ouest londonien, le ministre des Finances Rishi Sunak a salué samedi matin la «bonne nouvelle» de la réouverture des pubs et bars, rappelant qu'ils constituaient un «élément vital» de l'économie britannique, employant près «d'un demi-million de personnes». Dans une interview au Times, le ministre a encouragé les Britanniques à «manger dehors pour soutenir» l'emploi dans la restauration.

Mais cette réouverture ne se fait pas sans inquiétude vis-à-vis des risques sanitaires que causerait une possible ruée dans les pubs. Dans un communiqué commun, représentants des hôtels, pubs et de la police ont appelé les clients à se comporter de manière «responsable» pour aider les professionnels «à rouvrir de la meilleure manière possible». La police s'attend à une activité aussi importante que lors d'un jour de l'An, a expliqué Tim Clarke, de la Metropolitan Police Federation, qui représente les officiers. Selon lui, il pourrait s'agir pour les forces de l'ordre de «tout sauf un super samedi».

Les hôpitaux, qui soufflent à peine après le pic de la pandémie, craignent une pression accrue. «Avant le Covid-19, les vendredi et samedi, les urgences ressemblaient parfois à un cirque rempli de clowns ivres», a déclaré Brian Booth, responsable de la fédération des policiers du West Yorkshire. «On n'a pas besoin que ça recommence». Les Anglais seront-ils si nombreux à franchir le seuil de leur pub préféré? Selon un son sondage YouGov pour la chaîne Sky News, 70% des sondés ne se sentent pas à l'aise à l'idée d'aller au pub ou au cinéma, 60% à l'idée d'aller au restaurant.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Denis le 04.07.2020 15:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D'autres qui vont vite le regretter.

  • Meteo Sat le 04.07.2020 17:13 Report dénoncer ce commentaire

    Néandertal était alcoolique

  • superbyker le 04.07.2020 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour la deuxième vague !

Les derniers commentaires

  • rené sance le 05.07.2020 09:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On prend une photo, on extrapole puis on en fait une généralité. C’est ça la presse d’aujourd’hui

  • superbyker le 04.07.2020 23:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour la deuxième vague !

  • Hegel le 04.07.2020 22:21 Report dénoncer ce commentaire

    le Luxembourg a ouvert cafés terrasses et coiffeurs depuis des semaines... alors que le anglais s y mettent seulement maintenant... Voilà le scoop hein...

  • Alexandre le 04.07.2020 21:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et covid va foncer comme ici.

  • rené sance le 04.07.2020 20:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les virus vont être la variable d’ajustement, un prétexte incontestable pour museler les ardeurs