Crise au Luxembourg

27 mai 2020 13:35; Act: 27.05.2020 16:13 Print

La moitié des demandes d'aide ont été refusées

LUXEMBOURG – Beaucoup d’entreprises se sont vu refuser les aides prévues par l’État pour faire face à la crise. Le ministère de l’Économie a livré ses explications.

storybild

Beaucoup d'entreprises, notamment des commerces fermés, ont demandé les aides. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

Toutes les entreprises qui ont demandé des aides pendant la crise sanitaire et le confinement qui s’en est suivi n’ont pas obtenu satisfaction. Le taux de refus atteint même 47% concernant les aides aux entreprises et indépendants prévues par les règlements grand-ducaux du 25 mars et du 8 avril, d’après les chiffres publiés mercredi par les ministres Franz Fayot (LSAP, Économie) et Lex Delles (DP, Classes moyennes), en réponse à une question des députés Martine Hansen et Marc Spautz (CSV).

Dans le détail, 54% des entreprises et 15% des indépendants ont fait face à un refus. Le nombre très élevé de la première catégorie «s’explique par le contexte», précisent les ministres. Au début de la crise, une seule aide, 5 000 euros non remboursables, avait été prévue. Mais pour en bénéficier, il fallait que l’établissement soit fermé sur décision de l’État. Or, de nombreuses structures fermées pour absence de clients, ou qui ont enregistré de lourdes pertes, ont tout de même demandé la subvention. «Parfois, les gérants savaient très bien que ce serait refusé, mais il n’existait aucun autre dispositif», précise un porte-parole du ministère de l’Économie.

Plus tard, la palette d’aides a été élargie, d’abord aux entreprises ayant subi une baisse d’au moins 50% du chiffre d’affaires, puis aux indépendants. Les autres refus ont été prononcés lorsque les conditions n’étaient pas remplies, lorsqu’il manquait une autorisation d’établissement ou encore lorsque les requérants n’avaient pas rempli le bon dossier d’aide.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Je suis Euro le 27.05.2020 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    Pour le gouvernement, seuls les fonctionnaires comptent.

  • Alex le 27.05.2020 14:39 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai décidé de ne plus demander une aide quelconque. Si la faillite est au bout du chemin, alors je ferai faillite !!! Et alors, je m'en fous.

  • dan weiler le 27.05.2020 15:55 Report dénoncer ce commentaire

    lorsque l'on a une entreprise et que l'on attend désespérément une aide de 5000€ pour un trimestre (soit 1600.00€ par mois) où l'activité est fortement réduite ou quasiment à l'arrêt, çà veut dire que cette entreprise est déjà en difficulté. l'état a pris à sa charge une grande partie des salaires grâce au chômage partiel et l'aide pour le congé parental exceptionnel). par ailleurs il y a le report des avances de crédits d'impôts, le décalage des frais, il y a eu le remboursement immédiat des trop perçus de TVA. donc personnellement je ne me plais pas, j'estime que l'état nous a bien aidé.

Les derniers commentaires

  • Head of Department le 28.05.2020 11:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les "bons" indépendants sortiront plus forts que jamais de cette crise. Et à aucun moment je parle de richesse et de ferrari... Encore une personne qui se met sur la défensive et invente des histoires. La première chose qu'un indépendant doit faire c'est de faire la fourmi et investir au bon moment. Si vous tournez avec le minimum pour survivre en tant qu indépendant alors vous devez soit adapter votre style de vie soit changer de travail... C'est lamentable de cracher sur les autres alors que c'est le chemin que vous avez choisi. Est-ce que vous êtes devenus indépendant parceque vous pensiez que l Etat allait vous sauver à chaque problème ?

  • Nimportequoi le 28.05.2020 11:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "panique" ou essaye d éviter le pire ? Ce que les gens ne comprennent pas c est que ce n était pas une décision facile a prendre. D autres pays l ont prise tard et voilà les conséquences. L Etat est perdant dans tous les cas mais au moins on n a pas 10.000 morts. Quelle bande d hypocrites que vous êtes à vous plaindre.

  • Tristounet le 28.05.2020 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Head Of Department: On voit très bien que vous ne connaissez pas le boulot d’un indépendant et je parle ici d’un patron responsable qui n’est pas une multinationale. Par expérience, je peux vous dire que indépendant n’est pas toujours synonyme de plein de fric, et on ne roule pas tous en Ferrari ! Pendant que vous avez tranquillement confinés, certains indépendants ont travaillés non stop pour préserver le boulot et la santé de leur personnel, et non je n’ai pas eu d’aide de l’état! Sortez de votre bulle de donneur de leçon, des gens comme vous prêts à tout on en a besoin sur le terrain !!!

    • Keskon rigole le 28.05.2020 11:40 Report dénoncer ce commentaire

      Je suis rarement d'accord avec l'autre HOD, mais en quoi c'est faux de dire qu'on gère mal si on a pas de côté de quoi tenir 3 mois? Ça fait 5 ans que je tiens avec d'assez pauvres économies (et je ne suis pas au bout de mes ressources), donc quand je vois des gens dont la vie s'écroule soit disant à cause de quelques mois de confinement, désolé, mais j'ai juste envie que ça continue. Ce petit stress test qu'était le confinement n'est qu'une bande annonce par rapport à ce que le 21e siècle sera, gardez ça en tête.

  • Head of Department le 28.05.2020 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Une entreprise doit toujours fonctionner avec des réservers et être prête à traverser le pire. Toutes ces personnes qui se plaignent de la situation actuelle, notamment les indépendants, semblent oublier leurs premiers mois de travail en tant qu'indépendant, où il n'y avait pas beaucoup de travail et pas beaucoup de revenus. Si vous vous trouvez aujourd'hui au bord de la faillite, c'est que vous avez mal géré votre entreprise, en brûlant les gains ou en essayant de grandir trop vite. Pour certains cette crise aura apporté une bonne leçon.

  • christophe le 28.05.2020 10:19 Report dénoncer ce commentaire

    De bien beaux effets d'annonces, on brosse dans le sens du poils en bon politiciens, puis on t'envoie paître.