Championnat interrompu

29 mai 2020 13:15; Act: 29.05.2020 14:08 Print

Le football français est-​​il «vraiment trop con»?

Le championnat de France de football est la seule ligue majeure qui ne reprendra pas après l'interruption causée par la pandémie. De quoi faire grincer quelques dents.

storybild

Le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, est bien sûr en première ligne pour protester. (photo: AFP/Lionel Bonaventure)

Sur ce sujet
Une faute?

Le football français est-il «vraiment trop con»? A l'heure où ses voisins reprennent leur saison, le championnat de France, arrêté précocement, s'interroge sur les raisons de cette exception européenne, entre gouvernance en crise, dépendance politique et déficit de «culture foot». «On est en train de se pendre», «on est vraiment trop cons». Avec ces deux saillies adressées au quotidien L'Équipe ces dernières semaines, le président de Lyon, Jean-Michel Aulas, esseulé dans son combat contre l'arrêt de la saison, a fait les gros titres.

Épingle-t-il les dirigeants du foot français, responsables de cette décision prise lors du conseil d'administration de la Ligue de football professionnel (LFP) du 30 avril? Ou s'insurge-t-il face à la prise de parole précoce du Premier ministre, Édouard Philippe, ayant annoncé deux jours plus tôt que la saison de football «ne pourra pas reprendre?». Le processus décisionnel interroge. Du côté de la Ligue et de plusieurs présidents de clubs, on a en effet brandi pendant un mois cette déclaration gouvernementale pour affirmer que l'État avait rendu «impossible» la reprise des championnats.

Mais jeudi, Édouard Philippe a renvoyé le ballon dans l'autre camp: «Il ne m'appartient pas de me prononcer sur des décisions des ligues et fédérations», a-t-il lancé, précisant qu'à son avis le moment de reprendre n'était «pas venu». Mais il a aussi laissé ouverte une possible reprise de matches après le 21 juin, alors qu'un mois plus tôt le gouvernement excluait toute rencontre avant août, même à huis clos... «On n'a pas reçu d'ordre de Matignon d'arrêter. C'est faux de laisser croire que c'est une décision unilatérale du Premier ministre», a assumé cette semaine Patrick Wolff, président de l'Association nationale des Ligues de sport professionnel (ANLSP) qui répondait à des sénateurs favorables à la reprise.

«Football d'État»

Certains pointent plutôt la cacophonie ambiante, entre coups de fils de présidents de clubs aux cabinets ministériels et manque de clarté sur certaines dates (comme celle du 3 août, simplement recommandée par l'UEFA pour finir la saison et non imposée), rendant illisible les véritables souhaits des dirigeants du football. «La gouvernance du foot professionnel français est très émiettée», analyse pour l'AFP, Régis Juanico, député (Génération.s, parti social-démocrate) de la Loire. «Tout le monde s'exprime, et ça complique les choses. Ce qui manque au foot français, qui ne parle pas d'une seule voix, c'est de la continuité et de la cohérence. Ce qui importait surtout aux clubs, c'était des mesures qui leur permettent de se sauver économiquement».

Beaucoup de dirigeants ont en effet rapidement insisté sur l'importance de «sécuriser» la juteuse saison prochaine, celle du nouveau contrat de droits télévisés (1,217 milliard d'euros annuel), supérieur de 60% au précédent. Mais certains, a posteriori, ont une réflexion plus profonde sur le rôle de l'État dans le fonctionnement du football professionnel. «Dans les autres pays, il y a eu des réunions interministérielles avec des représentants importants des clubs pro, et ils redémarrent. En France, il n'y a pas eu ces réunions-là. De loin, on peut donc penser que l'État ne s'est pas trop intéressé au football... Mais au contraire, il s'y est tellement intéressé qu'il a décidé de l'arrêter! Il y a un paradoxe», pointe un dirigeant de club de Ligue 1. «Beaucoup de gens se demandent si à la fin, on n'est pas dans un football d'État».

Particularité culturelle

En Angleterre et en Allemagne, notamment, des voix politiques ont porté pour asséner qu'un week-end de football serait bon pour le moral de la nation. En France, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a glissé que le sport «ne sera pas prioritaire», s'attirant certaines foudres du monde sportif. Déficit de lobbying ou particularité culturelle d'une France moins passionnée de football que ses voisins?

«Beaucoup d'amateurs de foot en France sont convaincus que la classe dominante de leur pays n'aime pas le foot, mais c'est un peu de l'auto-victimisation, de la jalousie par rapport aux sociétés anglaise, allemande, espagnole ou italienne. Ce n'est pas suffisant» pour expliquer l'exception française, tempère Albrecht Sonntag, professeur à l'école de management d'Angers (ESSCA) et auteur des Identités du football européen.

«Bien plus que le degré d'amour du pays pour le foot», c'est la «soif d'égalité» de la société française qui l'explique, poursuit le sociologue. «En France, l'État a plus particulièrement ce rôle de garant de l'égalité. C'est pourquoi il ne peut y avoir de traitement spécial pour le football. Quand l'État français dit: "Le football ne reprend pas", ça ne se discute plus».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MLSaussiestuneliguemajeure le 29.05.2020 15:15 Report dénoncer ce commentaire

    Ligue majeure ! Excellent, vous avez fait ma journée.

  • Cybertrasch le 29.05.2020 19:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah d'accord !! alors toi tu n'as rien compris. Tu dis que les supporters du PSG sont tellement puissants que c'est à cause d'eux si le championnat ne reprend pas. Vas faire un peu sport pour reprendre tes esprits. La vraie raison, c'est que la France n'a pas la culture foot, on est pas un pays de foot. Tout simplement....

  • Matrix69 le 29.05.2020 14:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En Italie le foot est la 5 eme plus grande indistrie du pays , en Espagne meme la 4 eme donc c est plutot normal que le foot reprend si tous les autres indistries on repris. Je ne connais pas la place de l industrie foot en France !

Les derniers commentaires

  • FUllmétalJF le 31.05.2020 00:20 Report dénoncer ce commentaire

    100 % d'accord avec Aulas, et rien à ajouter si ce n'est que nous vivons des heures sombres ; sombres à cause du virus certes, mais encore un peu plus à cause des décisions prises pour le combattre par nos dirigeants.

  • PCCM le vrai le 30.05.2020 20:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ils devraient pas jouer? C’est leur boulot non? Nous on a du reprendre le travail, virus ou pas pour des miettes. Les joueurs gagnent beaucoup plus que nous, sont testés plusieurs fois par semaine, donc allait, au boulot.

  • sycloux le 30.05.2020 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Moi un grand fan du championnat de FRANCE qu'est ce que l'on s'ennui a la télé mais c'est pour la bonne cause:Ps beaucoup d'étranger suivent notre bon championnat:)

  • Covidol le 30.05.2020 13:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sachant que grâce à Mr Aulas le match Lyon Turin a permis à 3000 italiens de venir à Lyon début mars en pleine crise Covid en Italie du Nord, perso je me ferrai un plus discret ....

  • Pijule le 30.05.2020 12:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bizarrement seul le foot veut reprendre, alors que la plupart des autres sports ont soit décrété saison blanche ou reports des compétitions ( tennis et sports mécanique). Comme quoi le fric est au-dessus de la santé. Aulas n'en a rien à faire des gens décédés du covid.