Coronavirus

07 août 2020 12:10; Act: 07.08.2020 13:01 Print

Les jeunes dansent, les autorités s’alarment

Plusieurs pays peinent à convaincre les jeunes d’arrêter de faire la fête, afin de prévenir un rebond épidémique du Covid-19.

storybild

Au Luxembourg aussi, les rassemblements illégaux se multiplient. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Egoïstes, irresponsables et dangereux ? Pointés du doigt par l'Organisation mondiale de la Santé et les pouvoirs publics de nombreux pays, les jeunes apparaissent comme responsables du rebond épidémique, un public compliqué à convaincre alors que les fêtes de l'été battent leur plein.

«Posez-vous la question: ai-je vraiment besoin d'aller à cette fête?». Après avoir directement mis en cause les jeunes fin juillet, l'OMS en remettait une couche jeudi, par la voix de son directeur des urgences sanitaires, Michael Ryan, faisant appel à leur sens des «responsabilités». L'arrivée des vacances et la levée des restrictions ont entraîné un tourbillon de sorties pour les 15-25 ans, impatients de faire la fête.

«Ai-je vraiment besoin d'aller à cette fête»

Les boîtes de nuit sont accusées par les autorités sanitaires d'être des nids à Covid-19. Dans certains pays, les discothèques sont fermées ou réduites à de simples bars à la piste de danse interdite, comme à Ibiza, dans l'archipel espagnole des Baléares, l'une des capitales mondiales de la fête. Qu'à cela ne tienne pour les fêtards qui vont désormais dans les rues, les bois ou sur les plages.

Près de Manchester, des «raves» ont réuni entre 2000 et 4000 personnes. À Londres, la police interrompt régulièrement des fêtes sauvages et, à Paris, le bois de Vincennes est devenu un haut-lieu de la «free party». Au Luxembourg, les fêtes illégales se multiplient également. L'Allemagne aussi s'alarme de ce que le chef de l'institut de référence Robert Koch, Lothar Wieler, appelle «d'imprudentes (...) fêtes sauvages». «Même s'il s'agit de jeunes gens, statistiquement moins susceptibles d'être gravement malades, ils peuvent infecter leurs familles», souligne-t-il.

L'Espagne veut prendre le problème à bras-le-corps: «Les jeunes constituent, selon l'épidémiologiste du ministère de la santé Fernando Simon, un groupe plus difficile à contrôler», avec «un style de vie, des envies de vivre très différentes». Il suggère de «punir» si nécessaire mais sans «diaboliser». Pas simple pourtant de trouver la bonne manière de s'adresser à eux. Après une campagne de mise en garde sur les risques des «botellones», une pratique consistant à boire de l'alcool dans les lieux publics, la mairie de Madrid a distribué une vidéo sur l'importance du port du masque, même s'il est inconfortable.

Elle montre un groupe de jeunes buvant des bières, puis une discothèque, une unité de soins intensifs et enfin une crémation, avec la légende : «il y a des choses qui donnent plus chaud qu'un masque. Protège-toi, protégeons-nous».

Devant l'impuissance des autorités, certains proposent d'être pragmatiques. «Laissons les jeunes s'infecter, on ne va pas leur envoyer l'armée», suggère l'infectiologue Eric Caumes de l'hôpital Pitié-Salpétrière à Paris. Puisque «les jeunes ne respectent de toute façon pas les gestes-barrières», il propose d'en tirer profit : «cette tranche d'âge pourrait acquérir plus rapidement une immunité collective. Mais il faut protéger les anciens avec le masque à l'intérieur du foyer».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Young le 07.08.2020 15:03 Report dénoncer ce commentaire

    Je les comprends. A 18-20ans j'aurais fait la même chose. Ils ont très peu de chance de développer une forme grave mais ils n'auront qu'une seule jeunesse dans leur vie. il faut laisser la jeunesse s'amuse mais il faut mettre en place des règle pour éviter les rencontres entre jeunes et vieux.

  • JDCJDR le 07.08.2020 14:38 Report dénoncer ce commentaire

    "Mais il faut protéger les anciens avec le masque à l'intérieur du foyer": il a fait combien d'années d'étude pour sortir une idée aussi brillante...?

  • bobz le 07.08.2020 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont raison, faut profiter

Les derniers commentaires

  • MichelD le 08.08.2020 08:28 Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont bien raison car grâce à eux, on va enfin atteindre l'immunité de groupe ! Simplement, si vous êtes comme moi, une personne âgée (plus de 50 ans), alors ne les fréquentez pas !

  • Hip Hip Hip Hourra le 08.08.2020 03:02 Report dénoncer ce commentaire

    Les vieux du baby-boom ont eu une belle vie en s’endettant sur le dos des générations suivantes. Au tour des jeunes de s’amuser!

    • waateppes le 08.08.2020 08:33 Report dénoncer ce commentaire

      bien vu,arrêtez de stigmatiser sans cesse les jeunes,vous êtiez aussi une fois jeune et vous n'étiez parfait non plus!!!

  • Jop le 07.08.2020 23:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi est ce que les jeunes devraient écouter les Vieux. Est ce que Nous ont a écouter nos parents. Qu'il fassent leurs Vie Eux ils ont raison. Ci ont doit mourir, ont va mourir, de toute façon. Alors laisser la liberté de choisir ce que Eux ils veulent. Pour le reste. Rester à la maison. Bande d'égoiste

  • klibbertmech le 07.08.2020 22:59 Report dénoncer ce commentaire

    cool je vais y aller aussi,je m'ennuie trop ici

    • @klibbertmech le 08.08.2020 08:26 Report dénoncer ce commentaire

      pareil pour moi

  • cols le 07.08.2020 21:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et ces jeunes alors si ils tombent malades , priorité aux anciens . On verra qui va crier a l injustice ....

    • @cols le 08.08.2020 08:28 Report dénoncer ce commentaire

      même s'ils tombent malades ce n'est que de la toux qu'ils vont avoir...