Coronavirus en France

07 avril 2020 16:59; Act: 07.04.2020 17:56 Print

«Les nouvelles blouses qui se déchirent, c'est normal»

Deux vidéos montrant des infirmières d'un hôpital marseillais essayer du nouveau matériel de protection défectueux ont provoqué un tollé.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux vidéos publiées dimanche sur les réseaux sociaux provoquent des remous à Marseille. Les images montrent des infirmières de l'hôpital de La Timone essayer les blouses de protection qu'elles viennent de recevoir. On constate rapidement que ce matériel indispensable à la protection du personnel soignant ne vaut pas un clou. Partagées massivement, ces vidéos ont créé un «séisme» au sein de l'établissement, si l'on en croit le témoignage d'un représentant syndical. «Les personnels sont à cran, angoissés et en colère. Ils n'ont pas les moyens de travailler correctement, que ce soit au niveau du nombre de respirateurs ou de la qualité des matériels», confie au «Parisien» Yves Castino.

La première vidéo montre plusieurs blouses entassées sur le sol, en lambeaux. «Bon ben voilà, les nouvelles blouses qui se déchirent, c'est normal», commente, dépitée, une infirmière. Dans la foulée, une de ses collègues en fait la démonstration en essayant d'enfiler une blouse tout juste sortie de son emballage: elle tombe en charpie. «Il faut ouvrir d'autres cartons, les filles!», lance une voix féminine au loin. «Il en ont ouvert trois», répond la soignante, une blouse déchiquetée sur le dos: «Allez, je vais faire les prélèvements de Covid», lance-t-elle sarcastiquement.

«La direction leur met la pression»

Sur une autre vidéo publiée plus tard dans la journée par un autre compte Twitter, une infirmière enfile une de ces blouses et les manches se déchirent. «Attention, on a reçu les nouvelles blouses, les Américains ils n'en ont pas voulu sur le tarmac. Je la prends délicatement on ne sait jamais ce qui va se passer et hop coucou j'ai ma main qui est passée à travers», commente-t-elle avec ironie. «Cette soignante est convoquée par sa direction. Demain (lundi) après midi parce qu'elle a montré cette réalité des nouvelles blouses», peut-on lire en légende de cette vidéo. Une information confirmée par le syndicat CGT: l'infirmière doit être entendue par la direction ce mercredi. «Les infirmières ont fait la vidéo et depuis, la direction leur met la pression si elles parlent publiquement», dénonce Yves Castino.

Dans un pays où le personnel soignant ne cesse d'être confronté au manque de matériel de protection face au coronavirus, ces vidéos ont provoqué un tollé. Assaillie de critiques, l'AP-HM a réagi via un communiqué, écrit BFM TV. «Ces blouses n'ont pas été utilisées, puisque identifiées comme défectueuses dès l'ouverture des emballages et ont été remplacées par des produits sans aucun défaut», assure-t-elle.

Une enquête interne a été ouverte

L'AP-HM explique par ailleurs que «les très grandes quantités consommées et donc distribuées chaque jour font que des lots, à très petite échelle et exceptionnellement, peuvent être défectueux». Une enquête interne a été ouverte. L'Assistance précise encore que la personne qui a publié une de ces vidéos n'est pas une infirmière, mais quelqu'un d'extérieur à l'hôpital. «Selon les premiers éléments, l'infirmière au centre de cette vidéo, n'a pas donné l'autorisation à une personne extérieure qu'elle soit rendue publique sur les réseaux sociaux», peut-on lire dans le communiqué. Les deux infirmières apparaissant dans les vidéos n'ont pas souhaité s'exprimer: elles souhaitent «laisser retomber un peu la pression».

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nathielux le 07.04.2020 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sûrement du made in china !

  • louana le 07.04.2020 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui cette infirmière est convoquée a la direction, parce qu'elle a diffusé la vidéo, la direction lui met la pression c'est une honte, comment pouvez vous laisser le personnel travailler avec du matériel de M... Le personnel a aussi une famille, des proches qui ne souhaitent qu'une chose "qu'il ne lui arrive rien en faisant leu travail, en sauvant des vie". A l'heure ou nous applaudissons le personnel soignant pour les remercier de ce qu'ils font comment pouvez vous leur mettre encore la pression, c'est impensable et donné leur du vrai matériel sinon prenez leur place et aller bosser.

  • Cybertrasch le 07.04.2020 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore un produit vite fait... mais mal fait. Peut-on avoir la provenance svp ?? A qui on a payé cette mer..

Les derniers commentaires

  • Moumouche le 08.04.2020 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Vive les économies de bout de chandelle. A vouloir tout, toujours moins cher, voilà le résultat. Et en plus les Chinois doivent se remplir les poches sur notre dos.

  • Cob le 08.04.2020 12:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement qu’elles l’on fait. Cela illustre toute la quadrature du cercle actuelle.

  • Le clog le 08.04.2020 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut virer séance tenante ce directeur. Ou alors il enfile une tenue reçue et il va visiter les malades. Je préfère la deuxième option.

  • pep le 08.04.2020 08:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Absolument d’accord

  • isle le 08.04.2020 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Donc à vous lire, le gouvernement devrai ouvrir et vérifier la qualité de chaque blouse livrée en France c’est ça ? Imaginons le truc : Tout les ministres avec leur cutter à la main entrain d’ouvrir chaque carton et vérifier méticuleusement chaque blouse. Et sinon, à part vomir constamment sur le gouvernement, vous avez d’autres lumineuses idées ??

    • reflechi le 08.04.2020 11:38 Report dénoncer ce commentaire

      Au moins ils seraient occupés à des choses utiles, plutôt que d'essayer d'avoir tout au rabais et empocher des pots de vin