Face au coronavirus

29 mars 2020 13:43; Act: 30.03.2020 15:07 Print

Voici celle qui dirige l'essai clinique européen

EUROPE/LUXEMBOURG - Loin du buzz, Florence Ader pilote à Lyon un essai clinique sur 3 200 patients visant à trouver un traitement contre le coronavirus.

storybild

La professeure Florence Ader pilote le projet Discovery à l'hôpital de la Croix Rousse de Lyon. (photo: DR/AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des yeux bleus derrière des lunettes rondes, la professeure Florence Ader répond aux questions de l'AFP depuis l'hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon (HCL), «son élément». Elle est depuis un mois au cœur d'un «projet fou», loin de son quotidien habituel d'infectiologue-pneumologue. D'emblée, elle balaie les questions polémiques autour de l'efficacité supposée de la chloroquine vantée par le Pr Didier Raoult. «Il faut s'extraire du buzz et privilégier les démarches de recherche médicale», coupe celle qui est une des rares femmes présentes dans le débat médical actuel et choisit la discrétion face à certains de ses tonitruants confrères.

Elle préfère donc parler de la «prouesse» que le service public français a, selon elle, réussi à mettre en place avec Discovery, un essai clinique coordonné par l'Inserm qui doit tester quatre traitements, dont l'hydroxychloroquine, sur 3 200 patients en Europe, dont au moins 800 en France et certains au Luxembourg. Uniquement des patients hospitalisés et gravement atteints.

«Vraiment porteur d'espoir»

«C'est l'une des grandes leçons de la crise d'Ebola de 2014. Le seul et unique essai randomisé avait été mis en place trop tard, avec seulement 72 patients». Aujourd'hui, «pouvoir monter en temps réel un essai clinique de ce type est vraiment porteur d'espoir». Discovery a commencé depuis une semaine. Chaque participant se voit allouer l'un des quatre traitements testés ou des soins standard, de manière aléatoire, après une randomisation numérique.

Sont testés: le remdesivir (antiviral conçu initialement pour Ebola), le lopinavir en combinaison avec le ritonavir (des anti-VIH), la même combinaison mais associée à l'interféron bêta pour tenter de baisser le processus inflammatoire et l'hydroxychloroquine (cousin de la chloroquine, mais présentant moins de risque de toxicité, cet anti-paludéen a l'avantage d'être connu et bon marché).

Premières évaluations après 15 jours

«Plus les résultats seront significatifs et méthodologiquement robustes, plus le niveau de preuves sera élevé et plus on rendra service aux gens», assume Florence Ader. Même s'il est lourd, elle assure que cet essai est mené avec toute la rapidité et l'adaptabilité nécessaires au contexte. La Pr Ader est entourée d'une vingtaine de personnes qui travaillent d'arrache-pied. D'abord une cheffe de projet qui gère la très lourde logistique depuis un centre dans le sud: quel traitement? Envoyé à quel patient? Dans quelle ville? Et quand?

Sur le terrain, des centaines de techniciens, d'attachés de recherche, de médecins d'essai clinique collectent les données. Et charge à l'équipe de méthodologie de l'Inserm de les exploiter. Les premières évaluations de patients vont commencer après 15 jours de traitement, dans une semaine environ. On pourra notamment estimer si leur état clinique s'est amélioré, s'ils ont toléré le traitement.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre le 29.03.2020 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo et merci à tous ces grands scientifiques

  • resident le 29.03.2020 14:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Prouesse de la médecine française et merci au gouvernement français

  • Trebor M. le 29.03.2020 15:13 Report dénoncer ce commentaire

    à Résident. Il s'agit d'un essai clinique européen mené dans 7 pays et pas uniquement en France.

Les derniers commentaires

  • dulux le 30.03.2020 10:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    non pas 701. 20+80 pour son essai, malade sélectionné, sans contre groupe. bref il se fait mousser, il veut son moment de gloire.

  • dulux le 30.03.2020 10:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Raoult n'a aucun contre groupe, aucune base sûre pour montrer que son traitement marche. il n'a que des patients qui dans la majorité des cas guérissent sans médicaments. il fait le spectacle, sûrement pour avoir son moment de gloire, quand d'autres bossent avec méthode et pour nous.

  • dulux le 30.03.2020 10:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est quoi long ou court ? je pense que vous manquez de recul.

  • dulux le 30.03.2020 10:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    lol, non mais vous savez tout a tout y compris ce qui est testé ou non? on comprend votre envie d'espoir mais ne vous improvisé pas virologue ou chercheur.

  • Chevalier le 30.03.2020 09:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Heu.. Y a que moi qui ai lu médicament pour Ebola, VIH.. C'est pas une grippe alors ?? Pour ma part elle a raison, laisont le brouhaha de côté et suivons les protocoles d essais.. Cool de savoir qu'il y a des personnes avec la tête sur les épaules.