Festival

04 janvier 2018 08:36; Act: 04.01.2018 16:42 Print

Cate Blanchett présidente du jury de Cannes

«Une présidente engagée», promettent les organisateurs: l'actrice australienne aussi exigeante que glamour, couronnée de deux Oscars, présidera le jury du 71e Festival de Cannes.

storybild

Le Festival de Cannes a choisi une présidente du jury "engagée" en la personne de Cate Blanchett. (photo: AFP/Loic Venance)

Sur ce sujet
Une faute?

Cate Blanchett est la 12e femme à se voir confier cette fonction, quatre ans après la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion. Âgée de 48 ans, elle succède au cinéaste espagnol Pedro Almodovar, dont le jury avait décerné la Palme d'or au Suédois Ruben Ostlund pour «The Square». «Je viens à Cannes depuis des années comme actrice, comme productrice, pour les soirées de gala et pour les séances en compétition, pour le Marché même. Mais je ne suis encore jamais venue pour le seul plaisir de profiter de la corne d'abondance de films qu'est ce grand festival», a réagi la star australienne, dans un communiqué.

«Nous sommes très heureux d'accueillir une artiste rare et singulière dont le talent et les convictions irriguent les écrans de cinéma comme les scènes de théâtre. Nos conversations, cet automne, nous promettent qu'elle sera une Présidente engagée, une femme passionnée et une spectatrice généreuse», ont déclaré Pierre Lescure, président du Festival de Cannes, et Thierry Frémaux, délégué général.

Ce choix, s'il apparaît logique d'un point de vue artistique comme médiatique, peut être aussi interprété comme une volonté du Festival de Cannes de soutenir le combat contre le harcèlement dans la profession, depuis que l'affaire Weinstein a ébranlé le 7e art l'automne dernier. Cate Blanchett a en effet été une des premières célébrités à prendre ouvertement position contre le producteur Harvey Weinstein, accusé depuis le 5 octobre, d'agression sexuelle et de viol par plus d'une centaine de femmes. Quelques jours plus tard, lors de la cérémonie des InStyle Awards à Los Angeles, elle avait lancé: «Nous aimons toutes être sexy, mais ça ne veut pas dire que nous voulons b... avec vous», visant, sans le nommer l'ex-mogul de Hollywood qui a produit plusieurs films dont elle a été à l'affiche, comme «Aviator» de Martin Scorsese.

«Tout homme qui se trouve dans une position d'autorité ou de pouvoir et pense avoir le droit de harceler, menacer ou agresser sexuellement des femmes qu'il rencontre ou avec lesquelles il travaille doit rendre des comptes», avait-elle dit également à l'émission Entertainment Tonight. «Ce n'est jamais facile pour une femme de se dévoiler dans de telles situations et je soutiens de tout cœur celles qui l'ont fait», avait-elle ajouté.

De la parole aux actes, la star australienne vient de lancer avec d'autres actrices célèbres, comme Natalie Portman et Meryl Streep, la fondation «Time's Up» («C'est fini»). Ce projet disposera notamment d'un fonds destiné à financer un soutien légal pour les femmes et hommes victimes de harcèlement sexuel au travail. L'organisation a déjà recueilli plus de 13 des 15 millions de dollars qu'elle s'était fixée comme but pour ce fonds.

Blonde diaphane, Blanchett, qui a remporté en 2005 l'Oscar de l'actrice dans un second rôle pour sa performance dans la peau de Katharine Hepburn dans «The Aviator», a glané une autre statuette dans la catégorie reine de meilleure actrice en 2014 pour «Blue Jasmine» de Woody Allen.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.