Cinéma

14 janvier 2020 19:00; Act: 15.01.2020 11:34 Print

Le duo «Bad Boys» est de retour 17 ans après

Proche de prendre sa retraite, le tandem de flics campé par Will Smith et Martin Lawrence est à nouveau réuni.

Sur ce sujet
Une faute?

Le duo autrefois inséparable de Marcus Burnett (Martin Lawrence) et Michael «Mike» Lowrey (Will Smith) se désagrège: un Burnett vieillissant est devenu inspecteur de police, tandis que Lowrey, souffrant d'une crise de la quarantaine, est affecté à la tête d'AMMO, un groupe de jeunes flics «millenials» avec qui il n'a que peu de choses en commun.

Les deux vont se réunir à nouveau au moment où un patron de la bande du cartel, dont ils ont vaincu le frère quelques années plus tôt, déclenche des représailles contre Mike, tandis que Marcus et lui sont sur le point de prendre officiellement leur retraite.

Le film est la suite de «Bad Boys» et «Bad Boys II», tous deux réalisés par Michael Bay et sortis respectivement en 1995 et 2003. Le célèbre metteur en scène effectue d'ailleurs un caméo dans ce troisième opus.

Un projet mainte fois repoussé

La réalisation de «Bad Boy For Life» a été confiée aux Belges Adil El Arbi et Bilall Fallah, à qui l'on doit, entre autres, les films «Black» et «Gangsta», centrés sur les thèmes des gangs, des cités difficiles et des problèmes multiculturels.

Le projet remonte à 2009, lorsque les studios Colombia Pictures avaient engagé le scénariste Peter Craig. Quatre ans plus tard, il était question que David Guggenheim («Sécurité rapprochée») reprenne le scénario en main. En 2015, Joe Carnahan est annoncé à la réalisation mais quittera par la suite le navire pour divergences artistiques.

Après de nombreux reports, le projet refait finalement surface début 2018 lorsque le choix des réalisateurs est révélé et le retour des deux acteurs principaux confirmé. Le producteur DJ Khaled et le chanteur de reggaeton Nicky Jam ont également rejoint la distribution.

«Bad Boys» et «Bad Boys II» avaient généré respectivement 141 et 273 millions de dollars de recettes mondiales, et ce pour des budgets de 19 et 130 millions.

(L'essentiel)