Souheila Yacoub

25 février 2020 18:26; Act: 26.02.2020 14:34 Print

«Tout ce que je fais jusqu'à maintenant est fou»

Souheila Yacoub, 27 ans, star de la série «Les Sauvages», s'est confiée sur sa carrière et son ascension fulgurante.

La comédienne de 27 ans était à la Berlinale pour présenter son dernier film. Découvrez notre journée avec elle en vidéo.

Sur ce sujet
Une faute?

Elle a été gymnaste d'élite pendant 15 ans, puis Miss Suisse romande en 2013. Elle a tourné dans le film «Climax» de Gaspard Noé, dans le clip «Trop beau» de Lomepal ou encore dans la série «Les sauvages» sur Canal+. À seulement 27 ans, Souheila Yacoub a déjà un parcours épatant. Aujourd'hui, la voilà au Festival du film de Berlin pour présenter «Le sel des larmes», de Philippe Garrel. Retrouvez notre journée passée avec elle dans la vidéo ci-dessus.

Souheila Yacoub, vous n'avez pas chômé ces derniers temps...

Je n'ai pas arrêté! Ça fait à peine deux ans que je suis comédienne et ça va vite! J'ai de plus en plus de propositions, c'est de plus en plus gros... Tout ce que je fais jusqu'à maintenant est fou. Surtout quand je pense à là d'où je viens.

Qu'est-ce que ça vous fait de vous retrouver à ce festival renommé qu'est la Berlinale?

Je suis super contente et je me sens très chanceuse. J'ai vraiment hâte de savoir ce que les gens vont penser du film et ça me met une grosse pression.

Et vous êtes venue ici en famille?

Oui, ce week-end avec ma mère et ma sœur était prévu avant que le film soit sélectionné! Du coup, on a combiné. Je ne les vois pas beaucoup depuis que j'habite à Paris, mais elles ont toujours cru en moi et c'est super de pouvoir leur faire découvrir cet univers si loin de ce qu'on connaît.

En quoi est-ce si loin de vous?

Et bien par exemple on a livré dans ma chambre d'hôtel un carton plus grand que moi avec des tenues de luxe. C'est super, mais en même temps ce n'est tellement pas moi!

Qu'est-ce qui a changé pour vous après avoir tourné la série «Les sauvages»?

C'est mon premier grand rôle et la série a été beaucoup regardée, on était à 2 millions de téléspectateurs en une semaine, ce qui est énorme. Ça a été beaucoup de boulot pour moi, mais j'ai eu de très bons retours. C'est un rôle qui fait du bien dans ma carrière.

On a parlé de votre famille; comment réagissent vos amis par rapport à votre nouvelle notoriété?

Ils sont super fiers et me soutiennent. Pourtant ce n'est pas facile pour eux: ils sont tous comédiens, très doués, mais ça ne marchera peut-être jamais pour eux, car il est beaucoup question de chance et de rencontres dans ce métier.

Comment êtes-vous passée de gymnaste à Miss Suisse romande à actrice?

La fin de ma carrière de gymnaste a été compliquée, avec des histoires dures. J'ai fait une chute de moral et ma sœur m'a inscrite au concours pour me changer les idées. Ça m'a fait du bien de rencontrer des gens qui faisaient des études et pas du sport! Ceci dit, j'ai toujours su que je voulais faire un métier artistique. Après Miss Suisse romande j'ai commencé une école de danse et de théâtre à Genève. Quand j'ai pris la parole sur scène pour la première fois j'ai su que c'était ça. J'ai alors filé à Paris pour prendre des cours de théâtre.

Est-ce qu'il y a un lien entre le sport et le métier d'actrice?

Pas vraiment un lien, mais il y a des choses qui me sont restées. La gym, ce n'était que du corps, et maintenant je connais tellement bien mon physique que ça m'aide beaucoup dans la création de personnages et dans l'interprétation. J'ai aussi acquis une discipline et un mental qui me sont utiles aujourd'hui en tant qu'actrice.

Dans l'interview ci-dessous, l'actrice parle de son film «Le sel des larmes» et revient sur ses derniers tournages:

(L'essentiel)