Paroles polémiques

25 octobre 2019 13:02; Act: 25.10.2019 14:27 Print

Eminem auditionné par les services secrets

Le rappeur a été convoqué par les autorités américaines, à cause de propos ouvertement anti-Trump et menaçants dans ses chansons. Rien n'a été retenu contre lui.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est la chanson «Framed», tiré de l'album «Revival» sorti en 2017, qui a mis le feu aux poudres. Eminem y déclamait: «Mais qu'est-ce que Ivanka Trump fait dans le coffre de ma voiture? Je me sens un peu responsable de cette petite blonde idiote. Ce branleur de matraque (NDLR: Donald Trump) a été jeté dans l'étang, deuxième meurtre sans qu'on s'en souvienne», sous-entendant que la fille du président américain avait été maltraitée et que le président lui-même avait été tué.

Dans l'album suivant publié en 2018, sur le titre «The Ringer», le rappeur de 47 ans expliquait qu'il avait été entendu par les services secrets après ses propos anti-Trump: «L'agent orange vient d'envoyer les services secrets me rencontrer en personne pour vérifier si je comptais vraiment le blesser, si j'étais lié à des terroristes». Buzfeednews.com a révélé jeudi que l'artiste avait bel et bien été entendu en rapport avec les textes des ses morceaux, après que le site a demandé à l'administration, en vertu de l'accès à la loi sur l'information, de pouvoir consulter les procès-verbaux de cette audition.

On y apprend que les agents fédéraux ont rendu visite à Eminem, le 15 décembre 2017, suite à «un comportement inapproprié» et des «paroles menaçantes» dans le morceau «Framed». Un mois plus tard, nouvel entretien. Cette fois-ci, ce sont les textes de plusieurs titres qui sont passés sous la loupe des services secrets. Eminem a même interprété les morceaux pour les officiers. Des lettres de fans ont également été scrutées de près pour juger du niveau de violence contre le président. Finalement, rien n'a été retenu contre le rappeur.

(L'essentiel/fec)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ceraphyn le 26.10.2019 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'ère de la communication... à condition de ne plus rien dire, de ne plus rire de personne. Il est vrai aussi qu'Eminem n'est pas vraiment un exemple de douceur, mais de là à ameuter les services secrets. Ils se bougent aussi chaque fois que l'oncle Donald tweete une menace qu'il n'exécutera de toute façon jamais ?

Les derniers commentaires

  • ceraphyn le 26.10.2019 10:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'ère de la communication... à condition de ne plus rien dire, de ne plus rire de personne. Il est vrai aussi qu'Eminem n'est pas vraiment un exemple de douceur, mais de là à ameuter les services secrets. Ils se bougent aussi chaque fois que l'oncle Donald tweete une menace qu'il n'exécutera de toute façon jamais ?