Run The Jewels

05 juin 2020 19:28; Act: 05.06.2020 20:04 Print

«Les flics l'étouffent, et tu regardes à la télé»

Dans son nouvel album, le groupe de rap Run The Jewels décrypte une scène qui ressemble fortement à la mort de George Floyd. Ces paroles ont pourtant été écrites avant. Révélateur.

Sur ce sujet
Une faute?

Ils avaient été adoubés par le roi Kendrick Lamar en personne dans le morceau «Hood Politics» sur l'album «To Pimp A Butterfly» (2015), brûlot dénonçant les violences policières et le racisme systémique subi par les Afro-américains. Ce classique n'a jamais été aussi actuel dans le contexte du mouvement «Black Lives Matter», mais en 2020, ce sont eux qui sont sur le devant de la scène.

Run The Jewels, duo composé des deux vétérans du hip-hop Killer Mike et El-P, a dévoilé mercredi son quatrième album «RTJ4», gratuitement et avec quelques jours d'avance. Une façon d'inspirer le «peuple» pour les manifestations des jours à venir. «Et puis merde, pourquoi attendre. Le monde est infesté de conneries alors voici quelque chose à écouter pendant qu'on règle la question», a lancé le groupe sur Instagram.

«Tu es tellement endormi que que tu regardes les flics étouffer un homme comme moi. Jusqu'à ce que ma voix passe du cri au chuchotement. "Je ne peux pas respirer". Et tu t'assois là dans ta maison sur le canapé et tu le regardes à la télé», rappe Killer Mike sur «Walking in the snow».

Écrits avant la mort de George Floyd, ces mots pourraient paraître prémonitoires. Ils font pourtant référence au décès d'Eric Garner, à New York en 2014. L'homme avait été tué dans les mêmes conditions que George Floyd... Les scènes d'Afro-américains tués par la police se répètent, et la portée du message de Run The Jewels n'a jamais été aussi importante...

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.