Bruce Springsteen

19 octobre 2020 08:44; Act: 19.10.2020 10:07 Print

Trump, un «clown criminel» qui a «volé le trône»

Le «Boss» a rappelé ses grognards du E Street Band pour son nouveau disque, «Letter to you», parcouru par le souvenir des proches disparus et l'élection présidentielle aux USA.

Sur ce sujet
Une faute?

Springsteen a fêté ses 71 ans le 23 septembre. Et le temps qui fait son œuvre est désormais au cœur de la sienne. «Quand tu atteins 70 ans, il y a un nombre déterminé d'années devant toi», lâche Springsteen, dans le magazine Rolling Stone.

«Depuis dix ans, c'est un thème qui revient chez lui, il voit "le train venir" (NDLR: la mort), il est un poil dépressif (ce qu'il avait révélé dans son autobiographie "Born to run"), ce qui n'empêche pas d'avoir ici des chansons taillées pour les stades, car lui et sa bande de septuagénaires bastonnent encore», décrit Belkacem Bahlouli, rédacteur en chef de Rolling Stone France.

En dépit de la noirceur des textes, les refrains de «Ghosts», «Last man standing», «Rainmaker» ou «Janey needs a shooter» - un des trois anciens morceaux connus des fans et ici réarrangés - sont carrossés pour être entonnés par les foules quand les concerts XXL reprendront.

«Impossible de ne pas penser à ta propre mortalité»

La scène donnera à cet album des élans de vie mais la mort rôde dans «Letter to you» (qui sort ce vendredi chez Sony).

George Theiss, membre d'un des premiers groupes du «Boss», les Castiles, est récemment décédé d'un cancer. Springsteen est le dernier survivant de cette formation. «Impossible de ne pas penser à ta propre mortalité», commente-t-il dans Rolling Stone.

Springsteen ne s'est surtout jamais remis du décès de deux de ses musiciens, le saxophoniste Clarence Clemons (sur lequel il s'appuie littéralement sur la pochette du fondateur «Born to run», 1975) et son organiste Danny Federici. «Clemons, c'est l'artisan du son du E Street Band, qui fait la synthèse entre le rock des années 1970 et le rythm'n'blues, la soul», rappelle Philippe Margotin, coauteur de «Bruce Springsteen, la totale, 332 chansons expliquées» (éditions Epa).

On peut y ajouter la perte de Terry McGovern, son assistant. Cela éclaire la lecture de morceaux comme «Ghosts» («Fantômes»), «Last man standing» («Le dernier homme debout») ou «I'll see you in my dreams» («Je te verrai dans mes rêves»).

Et la politique dans tout ça? «On est dans l'allégorie à la Dylan plutôt que dans le brûlot», résume Belkacem Bahlouli. On entend ainsi un «clown criminel» qui a «volé le trône» dans «House of a thousand guitars». Sans que le nom de Donald Trump - que Springsteen avait taxé de «narcissique toxique» en 2016 sur Channel 4 - ne soit prononcé.

Du recul

«Springsteen a l'intelligence de prendre du recul pour chroniquer l'époque, comme quand il évoquait les attentats du 11 septembre - mais sans mentionner cette date - à travers les drames vécus par les pompiers, par exemple», prolonge Philippe Margotin.

Voilà pour le fond. Pour la forme, l'album est né quand le «Boss» a empoigné la guitare acoustique donnée par «un fan italien»: «Il a senti que ses compositions n'étaient pas pour un album solo mais pour un groupe», complète Belkacem Bahlouli. Revoilà donc le E Street Band, qui n'était plus convoqué derrière les consoles de mixage depuis 2014 et sur scène depuis 2016.

Et c'est la première fois depuis le mythique «Born in the USA» (1984) que le E Street Band enregistre dans les conditions du live pour un album studio.

«On a fait une chanson toutes les trois heures», révèle dans Rolling Stone, le guitariste Steve Van Zandt, également acteur inoubliable des «Soprano». «En gros, on a fait l'album en quatre jours et comme on avait réservé cinq jours, et qu'on avait plus rien à faire, on l'a écouté le cinquième jour».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TontonB le 19.10.2020 10:59 Report dénoncer ce commentaire

    «En gros, on a fait l'album en quatre jours et comme on avait réservé cinq jours, et qu'on avait plus rien à faire, on l'a écouté le cinquième jour» ... un peu comme Dieu ... il avait 7 jours pour faire le monde, mais le dernier jour il a un peu déconné.

  • Taka le 19.10.2020 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Les personnages du spectacle ne devraient jamais s'impliquer dans des opérations politiques, chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.

  • stéphane le 19.10.2020 19:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo Bruce… rien à ajouter

Les derniers commentaires

  • casa57 le 20.10.2020 06:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    rien a rajouter...le boss respect

  • Fran le 19.10.2020 19:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bruce Springsteen n'a jamais caché ses sympathies démocratiques. Il a grandi dans un foyer "classe moyenne inférieure". Cela me paraît tout à fait normal qu'il s'implique dans la vie politique de son pays.

  • stéphane le 19.10.2020 19:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bravo Bruce… rien à ajouter

  • TontonBebersky d'URSS/Russie le 19.10.2020 12:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les artistes doivent rester neutres, ne rien dire de politique ...

    • Pragme à tique le 19.10.2020 13:33 Report dénoncer ce commentaire

      Faux! Que ceux qui veulent se taire ou parler de la pluie et du beau temps le fasse! Personnellement, j'aime les artistes engagés, ceux qui défendent des causes, politiques, sociales, philosophiques, etc et en font des textes à tomber par terre! Il n'y a pas que la mélodie qui compte, le contenu est tout aussi important à mes yeux. Et peu importe la tendance, il m'arrive d'aimer un morceau alors que je ne partage pas les idées défendues par l'auteur, mais quand c'est bien écrit et que la mélodie plaît... c'est cà aussi la liberté d’expression, l’acceptation de la différence! Vive la musique!

    • NoComent le 19.10.2020 15:28 Report dénoncer ce commentaire

      Pouquoi ? Les artistes sont des gens comme les autres, ils ont le droit de faire entendre leur voix, leurs fans sont libres de les suivre ou non. Ne pensez-vous pas Trump en fait autant sur Twitter ?

  • Taka le 19.10.2020 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Les personnages du spectacle ne devraient jamais s'impliquer dans des opérations politiques, chacun chez soi et les moutons seront bien gardés.