Affaire Adele Haenel

16 janvier 2020 08:31; Act: 16.01.2020 10:41 Print

Christophe Ruggia va être présenté à un juge

Le réalisateur Christophe Ruggia est accusé d'attouchements et de harcèlement sexuel sur l'actrice Adèle Haenel, alors qu'elle était mineure.

Sur ce sujet
Une faute?

Le réalisateur français Christophe Ruggia, accusé d'«attouchements» sur l'actrice Adèle Haenel, lorsqu'elle était adolescente, va être présenté à un juge d'instruction, jeudi, en vue d'une éventuelle mise en examen, a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

Le cinéaste de 55 ans, qui conteste cette mise en cause, avait été interpellé mardi matin, avant d'être placé en garde à vue, pendant près de deux jours. Le parquet a précisé qu'une information judiciaire devait être ouverte dans la matinée. La comédienne de 31 ans, récompensée par deux César, affirme avoir été victime d'«attouchements» et de «harcèlement sexuel» de la part de Christophe Ruggia, quand elle était âgée de douze à quinze ans.

Pendant un film

Ces agissements se seraient notamment produits durant le tournage du film «Les Diables» (2002) réalisé par Christophe Ruggia et dans lequel, alors âgée de treize ans, elle incarne une fillette autiste qui fugue sans arrêt pour retrouver ses parents.

Après avoir témoigné auprès de Mediapart et refusé dans un premier temps de saisir la justice, Adèle Haenel avait finalement porté plainte, quelques jours après l'ouverture par le parquet de Paris d'une enquête pour «agressions sexuelles» sur mineure de moins de quinze ans «par personne ayant autorité», et «harcèlement sexuel».

Séisme dans le cinéma français

Entendue par les enquêteurs le 26 novembre et le 2 décembre, elle avait alors expliqué dans un communiqué avoir décidé de «s'engage(r) activement dans cette procédure, considérant qu'il est de sa responsabilité de justiciable comme de personnalité publique d'y prendre part, au regard de la gravité des faits dénoncés et des conséquences pour chacun».

L'actrice avait ajouté que «les dénégations publiques» de Christophe Ruggia l'avaient «déterminée à obtenir judiciairement la reconnaissance de son statut de victime». Christophe Ruggia, peu connu du grand public, s'est défendu à plusieurs reprises dans les médias, assurant par exemple avoir «commis l'erreur de jouer les pygmalions avec les malentendus et les entraves qu'une telle posture suscite».

Ces accusations ont provoqué un séisme dans le milieu du cinéma français, jusque-là resté assez imperméable au mouvement #MeToo. Dans le sillage de l'affaire Haenel, de nouvelles accusations de viol portées par une photographe française contre le célèbre réalisateur franco-polonais, Roman Polanski, avaient toutefois ébranlé de nouveau le milieu du 7e art.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.