Au Brésil

10 janvier 2020 06:54; Act: 10.01.2020 09:15 Print

Netflix et son Jésus gay gagnent face à la censure

Netflix n'aura pas à retirer une une fiction dans laquelle Jésus semble entretenir une relation homosexuelle.

Sur ce sujet
Une faute?

La Cour suprême brésilienne a donné raison jeudi à Netflix en annulant une décision judiciaire ordonnant à la plateforme de vidéos en ligne de retirer de son offre une fiction dans laquelle Jésus semble entretenir une relation homosexuelle. Le président de la Cour suprême, José Antonio Dias Toffoli, a estimé que cette fiction controversée, «La Première Tentation du Christ», «ne faisait pas fi de la nécessité du respect de la foi chrétienne (ni des autres croyances religieuses ou de l'absence de celles-ci)».

«On ne peut pas supposer qu'une satire humoristique ait la capacité d'affaiblir les valeurs de la foi chrétienne, dont l'existence remonte à plus de 2000 ans, et qui est intériorisée dans la croyance de la majorité des citoyens brésiliens», a encore justifié ce magistrat.

«Calmer les esprits»

Netflix avait annoncé jeudi avoir saisi la Cour suprême. «Nous soutenons fortement l'expression artistique et nous allons lutter pour défendre ce principe important», avait annoncé le géant américain des vidéos en ligne dans un communiqué.

Mercredi, un juge de Rio de Janeiro avait ordonné à Netflix de retirer de son offre «La Première Tentation du Christ», fiction du collectif d'humoristes brésiliens Porta dos Fundos vertement critiquée par des associations catholiques et évangéliques. Le magistrat avait annoncé avoir pris cette décision afin de «calmer les esprits» au sein de «la communauté chrétienne et la société brésilienne».

Netflix avait mis en ligne cette vidéo le 3 décembre. «La Première Tentation du Christ» raconte sur le ton de la comédie loufoque une soirée familiale surprise au cours de laquelle Jésus arrive en compagnie d'un autre homme, visiblement homosexuel. Jeudi, Porta dos Fundos a réitéré dans un communiqué être «contre quelconque acte de censure, de violence et d'autoritarisme», tout en maintenant sa confiance «envers le système judiciaire pour faire respecter la Constitution».

Attaque aux cocktails Molotov

Le 24 décembre, le siège de la maison de production à Rio de Janeiro a été la cible de cocktails Molotov qui n'ont pas fait de victimes. La police a identifié un des attaquants, Eduardo Fauzi Richard Cerquis, après avoir analysé les enregistrements de caméras vidéo. Fauzi, arrêté en 2013 pour avoir frappé le secrétaire à la Sécurité de l'État de Rio de Janeiro, a déjà été condamné une vingtaine de fois pour agressions ou menaces. Considéré comme un fugitif, il aurait pris la fuite en Russie et les autorités brésiliennes ont demandé à ce qu'il figure sur la liste de personnes recherchées par Interpol.

Porta dos Fundos, qui produit essentiellement des comédies depuis sa création en 2012, avait déjà fait parler d'elle en 2018 après la diffusion, également sur Netflix pendant la période de Noël, d'une autre fiction racontant le lendemain de cuite des apôtres après la dernière cène, dans un scénario rappelant celui du film américain à succès «Very Bad Trip» («Lendemain de veille» au Canada). Cette fiction avait remporté un prix dans la catégorie comédie aux Emmy Awards en 2019.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.