Crise au Luxembourg

09 juillet 2020 08:00; Act: 09.07.2020 15:26 Print

Des plans sociaux à venir dans les banques?

LUXEMBOURG - Le premier syndicat du secteur financier craint des suppressions d'emploi «dans les mois à venir» dans les banques luxembourgeoises. Le secteur semble pourtant avoir bien résisté.

storybild

La place financière luxembourgeoise est l'une des plus importantes au monde.

Sur ce sujet
Une faute?

Le licenciement de plus d'un tiers (70 personnes) des salariés de la société financière Kneip, basée à Bertrange, sonne comme une piqûre de rappel. Premier secteur économique du pays, la finance n'est pas à l'abri de vastes suppressions d'emploi. D'après l'Aleba, certaines entreprises sont en train de réfléchir à des plans sociaux «dans les mois à venir», en raison de la crise du Covid-19.

«À gauche à droite, on entend des entreprises envisager de travailler autrement, et avec une diminution de leur revenus, réfléchir à sabrer leurs coûts. Or, on sait d'expérience que les premières victimes dans ce genre de situation, ce sont les salariés», explique le président du premier syndicat du secteur financier, Roberto Mendolia.

«Des périodes d'essai qui se sont subitement arrêtées»

D'ici à la fin de la semaine, c'est une autre société de la place financière qui annoncera sabrer la majorité de ses effectifs, révèle l'Aleba à L'essentiel. Mais les inquiétude du syndicat ne s'arrêtent pas aux cas très précis des sociétés en difficulté ou en restructuration: «Durant la crise, des centaines de salariés ont été dispensés de travail. Les banques vont forcément se demander si elles ont besoin de tout ce monde. Nous avons déjà constaté des périodes d'essai qui se sont subitement arrêtées», détaille Laurent Mertz, secrétaire général.

Une réalité qui n'a pas empêché le secteur financier de maintenir la cadence, notamment grâce à un large recours au télétravail. Si l'économie tout entière est impactée par l'épidémie et les conséquences de deux mois de confinement, les banques et sociétés financières ont, à première vue, moins souffert que d'autres branches.

«Trop tôt pour se prononcer sur l'impact de la crise en termes d'emploi»

C'est en tout cas ce que montrent les chiffres de la commission de surveillance du secteur financier. Au cours du premier trimestre dernier, le résultat du secteur bancaire luxembourgeois est évalué à 1,24 milliard d'euros, soit une hausse de 22,7% par rapport à l'année précédente. Les marges d'intérêts ont grimpé de 16% et les revenus de commission de 21,5%. Certes, ces chiffres ne prennent pas en compte les mois d'avril et mai, qui constituent la majeure partie du confinement, mais ils donnent une tendance...

Pour l'ABBL (Association des banques et banquiers, Luxembourg), cela démontre le dynamisme du secteur, également en période de crise. Interrogé par L'essentiel sur les risques de plans sociaux, l'organisme professionnel estime qu'il est «trop tôt pour se prononcer sur l'impact de la crise en termes d'emploi».

«Beaucoup de secteurs ont été touchés»

Reste qu'une crise sanitaire puis économique d'une telle ampleur a «forcément un impact sur les banques», glisse un spécialiste du secteur. Particulièrement dans une économie globalisée «où tout est lié». «Tous nos efforts sont focalisés sur la reprise de l'économie», indique l'ABBL.

Également interrogé par L'essentiel, le ministère du Travail «analyse la situation de près», tout en partageant une vision plus globale: «Il est évident que beaucoup de secteurs ont été touchés par la crise actuelle, pas seulement le secteur financier». Le marché de l'emploi a été «au centre des discussions», à l'occasion de la tripartite de vendredi dernier entre le gouvernement, le patronat et les syndicats. Des précisions sur les mesures seront fournies jeudi.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Observateur le 09.07.2020 12:37 Report dénoncer ce commentaire

    Ce serait un bon moment pour reconsidérer rapidement de remettre en place la préretraite solidarité pour permettre aux jeunes de retrouver du travail et limiter les suppressions d'emploie

  • Le Patron le 09.07.2020 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    Aujourd'hui le modèle économique du Luxembourg devra être repensé . Ce dont je suis sûr c'est que pleines d'opportunités s'offrent à ce pays. 1- la digitalisation de l'économie, 2- éviter d'accueillir et de subventionner les personnes peu ou pas qualifiés. 3- stopper net l'afflux d'une immigration non contrôlée et dont la culture n'est pas compatible avec celle du pays. 4 - attirer les hauts potentiels par des incitations fiscales . 5-Promouvoir de manière sérieuse l'entreprenariat par là aussi des incitations fiscales : pas d'impôts pendant les 3 premières années, des charges sociales réduite

  • Tome le 09.07.2020 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec le télétravail, le grandes banques se sont rendues compte qu elles pouvaient accélérer leur globalisation et délocaliser certaines activités. Le problème du Luxembourg c est le coût du travail pas très qualifié. Les très hauts salaires ne sont pas plus haut que dans d autres pays, c est le marché international.

Les derniers commentaires

  • sophie le 10.07.2020 11:03 Report dénoncer ce commentaire

    Bonne idée les banques.

  • covid excuses le 10.07.2020 08:30 Report dénoncer ce commentaire

    oui des plans sociaux à caractère économique qui vont être liées à la crise mais qui ne sont en fait que des décision afin d'améliorer leurs chiffres. En tout cas oui il y en a. Au même titre que Kneip qui restructure car la CSSF permets aujourd'hui du outsourcing vers l'étranger ce qu'elle ne permettait pas il y a peu. De plus l'intention vraisemblable est celle d'améliorer leurs chiffres aux vues d'une vente.

  • Top le 10.07.2020 03:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec Mifid les banques ne reçoivent plus de rétrocessions, et leurs tarifs n’ont pas changé ...

  • as1 le 09.07.2020 21:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Completement d’accord avec vous!!! Toute la misere qu’arrive Au Luxembourg, pas qualifie, profitant de notre generosite et des institutions sans contribuer en rien...Mr. Bettel ecouter Le patron, l’heure a sonne de nettoyer notre pays...vive le Luxembourg

  • Fan du patron le 09.07.2020 21:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je vous aime