Travail au Luxembourg

10 juillet 2020 10:59; Act: 10.07.2020 14:40 Print

Le taux d'absentéisme a explosé en mars

LUXEMBOURG - Sans surprise, l'épidémie de Covid-19 a fait grimper le nombre de jours d'absence des salariés en mars, alors que les chiffres ont été stables en 2019.

storybild

Si le taux d'absentéisme a été plutôt stable en 2019, le début de l'année 2020 a été marqué par une forte progression. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'était prévisible et les chiffres communiqués ce vendredi par Romain Schneider, ministre de la Sécurité sociale, viennent le confirmer. L'épidémie de coronavirus a eu des conséquences majeures sur le taux d'absentéisme des salariés au Luxembourg. Les premières tendances pour 2020, depuis le début de la crise sanitaire, montrent en effet une forte progression du nombre de jours d’absence au travail pour cause de maladie (52% en mars et 35% en avril).

Cette tendance se retrouve dans l’évolution mensuelle du taux d’absentéisme des salariés, qui a atteint un pic de 6,3% en mars 2020 pour redescendre à 5,4% en avril puis à 3,9% en mai, affichant ainsi un niveau comparable de celui constaté en 2019. Dans le détail, entre mars 2019 et mars 2020, le taux d’absentéisme des salariés est passé de 4,2% à 6,3%, soit une progression de +48%.

Des taux variables selon la profession exercée

Hormis cette forte hausse qui était attendue, le bilan pour l'année 2019 se caractérise par une certaine stabilité. Le taux d’absentéisme s’est établi à 3,94% en 2019 contre 3,88% l’année précédente, soit une hausse d'1,6%. La part des salariés absents s’est élevée à 55,2% (55,7% en 2018) et les salariés qui ont été absents ont connu en moyenne 2,72 épisodes d’absence (2,69 en 2018), d’une durée moyenne de 7,98 jours chacun (7,97 en 2018).

L'analyse par secteur d'activité montre cette année encore une forte hétérogénéité, qui s’explique par les conditions de travail ainsi que par la structure de la main-d’œuvre. Le taux d’absentéisme 2019 se situe entre 2,29% (Information et communication) et 5,15% (Santé humaine et action sociale). La part des salariés malades au moins une fois en 2019 varie de 42,2% (Activités de services administratifs et de soutien) à 70,7% (Santé humaine et action sociale).

Le coût direct de l'absentéisme en hausse

Le nombre moyen d’épisodes de maladie, lui, est compris entre 2,31 (Hébergement et restauration) et 3,43 (salariés de droit privé du secteur Administration publique, enseignement[1]). La durée moyenne des absences se situe entre 4,76 jours (Activités financières et d’assurance) et 12,19 jours (Hébergement et restauration).

Enfin, le coût direct de l’absentéisme, qui se compose du montant de la continuation de la rémunération en cas de maladie à la charge des employeurs (13 premières semaines) ainsi que de la somme des indemnités pécuniaires versées par la Caisse nationale de santé (CNS), passe, entre 2018 et 2019, de 709,3 millions d'euros à 775,4 millions d'euros (+9,3%).

(pp/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sebastián le 10.07.2020 11:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cest normal si on nous a demander de rester a la maison. Bientot ils vont nous faire croire que c'est de notre faute et que si il y a une pandemie cest de notre faute. Il faut assumer messieurs les ministres c'est votre role et travail. Cela ne sert a rien d essayer de nous faire porter le chapeau pour ce qui arrive.

  • sensibiliser le 10.07.2020 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Caisse maladie n attend même pas que vous soyez guéri du covid pour vous convoquer à un rdv inspection cns ! C est le boss qui demande ce rdv pour contrôler !? Ça serait le toupet alors qu ils n ont pas protégé leurs employés.

  • sensibiliser le 10.07.2020 11:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben oui falllait s y attendre . les employé( e)s sont venu( e) s travailler pendant le confinement et la direction n a pas sécurisé les lieux pour protéger les employés les lieux du COVID 19! . Angoisse peur boule au ventre et certains ont attrapé le c19 . Alors forcément aucune surpris ( soin senior)

Les derniers commentaires

  • oui non le 12.07.2020 09:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    béise monni ou cas sos : et j en connais qui ont eu ce COVID aussi longtemps. La loi est formelle , interdiction de circuler donc travailler si covid et symptômes .. de plus pour une personne symptomatique malade longtemps il y a les effets secondaires. Et être enfermer emprisonner n est pas une joie durant 3 mois . Ta vie est en arrêt de liberté absolue

  • PATHOLOGIE le 10.07.2020 15:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ALORS on souffre d'une maladie chronique à risque et on doit donc se sentir coupables si un médecin vous arrête ! Quand on risque d'être frappé par cette maladie et être en réa suite à vulnérabilité mais pour le Luxembourg c'est de la faute du malade...Aucune suite sur la protection des gens vulnérables mais ce n'est pas mieux qu'ils y passent.....? Incroyable tactique ! Et on se félicite de la gestion !

  • béise monni le 10.07.2020 15:12 Report dénoncer ce commentaire

    le Covid a les épaules large …. j'en connais pleins qui à partir de l'annonce Covid ont été en arrêt maladie et ce pendant 3 mois!!!

    • Censored le 10.07.2020 16:34 Report dénoncer ce commentaire

      C'est sûr qu'il y en a qui abusent. Mais ils sont repérés.

  • Mathilde le 10.07.2020 14:03 Report dénoncer ce commentaire

    Oh combien ont profité de la situation .........

    • NoComent le 10.07.2020 14:52 Report dénoncer ce commentaire

      Un max ! Dans mon entreprise entre le télétravail et l'absentéisme on avait l'impression d'être dans "Je suis une légende". Le pire c'est que les 1ers n'avaient pas grand chose à "télétravailler" puisque peu de production et pas du tout de livraisons, et les 2èmes n'étaient pas malades mais "juste au cas où, on sait jamais", enfin bref... beaucoup d'abus

    • @NoComent le 10.07.2020 16:36 Report dénoncer ce commentaire

      Abus encouragés généralement par les syndicats

  • coronna le 10.07.2020 12:44 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu normal aussi, vu les patrons qui forcent les gens a revenir en présentiel alors qu'on pouvais continuer en télétravail tout en étant pas un support a Covid. D'ailleurs on voit parfaitement au nombre de cas détecté que de forcer les employés a revenir en présentiel n'était pas une bonne idee...