Au Royaume-Uni

22 septembre 2020 12:11; Act: 22.09.2020 12:17 Print

6 000 emplois supprimés chez Premier Inn?

Le groupe britannique Whitbread, maison mère des hôtels Premier Inn et de chaînes de restaurants, a annoncé mardi un projet pour se séparer de 18% de ses effectifs.

storybild

Premier Inn, chaîne hôtelière de milieu de gamme, est l'une des plus connues au Royaume-Uni, avec plus de 800 établissements dans le pays, notamment des pubs ou des restaurants de viande. (photo: DPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe britannique Whitbread, maison mère des hôtels Premier Inn et de chaînes de restaurants, a annoncé mardi un projet de 6 000 suppressions d'emplois, soit 18% de ses effectifs, en raison d'une fréquentation toujours plombée par la crise sanitaire. Whitbread explique dans un communiqué qu'il va ouvrir une période de consultation sur ce plan en tablant sur le fait qu'une majorité des suppressions de postes se fera via des départs volontaires. Premier Inn, chaîne hôtelière de milieu de gamme, est l'une des plus connues au Royaume-Uni, avec plus de 800 établissements dans le pays, notamment des pubs ou des restaurants de viande.

«La demande de voyages reste faible et nous devons prendre des décisions très difficiles», avertit la directrice générale Alison Brittain. Whitbread évoque en outre le retrait programmé fin octobre du dispositif de chômage partiel, une échéance qui inquiète nombre d'entreprises dont l'activité peine à repartir. Cette réduction d'effectifs «montre malheureusement que le coronavirus a changé le monde de Whitbread pour de bon et sans des hôtels pleins, le groupe n'est pas rentable», note Emilie Stevens, analyste chez Hargreaves Lansdown. La fréquentation des hôtels et restaurants, qui ont rouvert début juillet au Royaume-Uni, devrait être largement inférieure à la normale à court et moyen terme, qu'il s'agisse de la clientèle d'affaires ou touristique.

Fermeture à 22h

Londres et les grandes villes du pays, qui concentrent une large part de l'activité de Whitbread, sont en outre privés de touristes étrangers. Le groupe précise que les taux d'occupation dans ses établissements britanniques ont atteint en moyenne 51% en août. Les Britanniques partant moins à l'étranger, il note toutefois des taux plus élevés dans des destinations de bord de mer ou des lieux touristiques dans le pays. Ses restaurants ont eux limité la casse le même mois, principalement grâce au programme de subventions des repas mis en place par le gouvernement pour relancer le secteur.

Whitbread ajoute que son activité pour les deux premières semaines de septembre se comporte mieux que l'ensemble du marché, mais estime qu'il est difficile d'avoir de la visibilité compte tenu notamment des restrictions mises en place dans différentes villes et régions du pays. En outre, dans une déclaration au Parlement prévue mardi, le Premier ministre Boris Johnson va confirmer que les pubs, bars et restaurants devront fermer à 22h, à partir de jeudi, en Angleterre. Il devrait en outre changer de position et encourager les Britanniques à travailler de chez eux s'ils le peuvent, au risque de pénaliser un peu plus le secteur de la restauration.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.