Aviation

03 janvier 2020 08:02; Act: 03.01.2020 11:18 Print

Affaibli par son 737 MAX, Boeing n'est plus leader

Avec 863 appareils livrés en 2019, Airbus a écrasé son concurrent et lui a ravi la place de No1 du secteur.

storybild

Airbus écrase désormais Boeing. (photo: Jason Redmond)

Sur ce sujet
Une faute?

À n'en pas douter, 2019 restera comme une année noire dans l'histoire de Boeing. Le constructeur américain a accumulé les déboires, plus particulièrement sur les 737 MAX, cloués au sol depuis le mois de mars après un crash qui a coûté la vie à 157 personnes. La catastrophe avait impliqué un appareil d'Ethiopian Airlines cinq mois après qu'un 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air se soit écrasé avec 189 personnes à bord. Dans ces deux tragédies, le système anti-décrochage de l'avion a été mis en cause et les autorités du monde entier ont décidé de l'interdire de vol.

Depuis mars, Boeing n'a pas réussi à redresser la barre. En décembre, le constructeur a même dû annoncer qu'il se voyait contraint de suspendre la production de son avion vedette, faute d'avoir obtenu les autorisations de le faire voler à nouveau.

Deux fois moins qu'Airbus

Et cette année catastrophique va se clore sur la perte du titre de leader du marché, au profit d'Airbus. Même si les chiffres officiels n'ont pas encore été dévoilés, la presse économique et spécialisée n'a pas eu de grands calculs à faire pour détrôner officiellement le leader. D'un côté, Boeing n'a annoncé que 345 livraisons pour les onze premiers mois de l'année. De l'autre, Airbus tablait sur 860 appareils remis aux clients en 2019. Selon certaines sources proches du constructeur européen, citées par l'agence Reuters et relayées dans les médias français, le chiffre exact serait de 863 avions livrés.

Surtout, le carnet de commandes tourne à plein régime chez Airbus. Selon La Tribune, il y en aurait eu plus de 1 000 enregistrées l'an dernier. Et il ne s'agirait même pas des clients de Boeing laissés sur le carreau à cause des revers du 737 MAX car, en commandant un Airbus de la famille A320 Neo cette année, ils sont sûrs de devoir attendre entre quatre et cinq ans avant de prendre possession de leur appareil. Il se pourrait bien que le constructeur européen se soit installé en tête du classement de manière durable.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.