737 MAX

03 juin 2020 13:32; Act: 03.06.2020 13:43 Print

Boeing va indemniser le voyagiste TUI

Le constructeur va compenser «la majeure partie des dommages subis» par le premier voyagiste mondial en raison des pertes liées aux 737 MAX, cloués au sol depuis plus d’un an .

storybild

Le 737 MAX, avion vedette de Boeing, est interdit de vol depuis mars 2019. (photo: KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

Le constructeur Boeing va indemniser le premier voyagiste mondial TUI pour les pertes liées à l’indisponibilité du 737 MAX, cloué au sol depuis plus d’un an après deux accidents ayant fait 346 morts. Le montant de l’indemnisation n'a pas été dévoilé.

«TUI et Boeing se sont mis d’accord sur de vastes mesures», incluant une compensation non-chiffrée mais représentant «la majeure partie des dommages subis», ainsi que des crédits pour des commandes ultérieures d’avions, explique TUI, dans un communiqué, mercredi. Cette indemnisation se fera «progressivement sur les deux prochaines années», précise l’entreprise allemande.

L’année dernière, TUI avait chiffré entre 220 et 245 millions d'euros le coût si l’avion était cloué au sol jusqu'en septembre 2020. Les deux groupes se sont également accordés pour retarder la livraison des 61 avions 737 MAX commandés, alors que le coronavirus a plongé le secteur du tourisme dans une crise sans précédent.

Interdit depuis mars 2019

Le 737 MAX, avion vedette de Boeing, est interdit de vol depuis mars 2019. La remise en service de l’aéronef n’est pas imminente: le groupe américain doit encore obtenir le feu vert des autorités de l’aviation civile sur les modifications effectuées, notamment sur le logiciel antidécrochage MCAS mis en cause dans les accidents.

Boeing a repris fin mai la production mais les incertitudes planent désormais sur la reprise des livraisons. TUI, un des plus gros clients européens du 737, avait en mars 15 exemplaires du MAX dans sa flotte et devait en recevoir huit supplémentaires en 2019. Avec l’accord, «TUI va recevoir ces prochaines années moins d’avions de Boeing que prévu», notamment «moins de la moitié les deux prochaines années» et obtient «en moyenne un report de deux ans» par rapport au programme initial de livraisons, précise le voyagiste.

Cela «soutient» le projet du groupe de réduire la taille de la flotte de ses cinq compagnies aériennes européennes en réaction à la pandémie. TUI a annoncé mi-mai qu’il comptait supprimer 8 000 postes dans le monde sur 70 000 et a fait état d’une perte nette de 764 millions d'euros au 2e trimestre de son exercice décalé, de janvier à mars, sur fond de baisse de 10% du chiffre d’affaires. Confronté à l’arrêt quasi total de ses activités depuis mars, le voyagiste a bénéficié en avril d’un prêt d’urgence garanti par l’État allemand à hauteur de 1,8 milliard d'euros.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Triste le 03.06.2020 22:48 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut découvrir l'histoire du 737 max, les solutions 'pas chères', les récupérations inadaptées etc, et l'idée que tout ces défauts seraient compensés par logiciel, cela semblait plus rentable que de faire un 'bon avion' ... Mais voila le logiciel n’a pas été à la hauteur, avec les conséquences que l'on connaît. Cet avion n'est pas 'une vedette' mais le symbole d'un capitalisme qui joue ici avec la vie humaine, et ce choix va sans doute finir par coûter très cher a Boeing.

Les derniers commentaires

  • Triste le 03.06.2020 22:48 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut découvrir l'histoire du 737 max, les solutions 'pas chères', les récupérations inadaptées etc, et l'idée que tout ces défauts seraient compensés par logiciel, cela semblait plus rentable que de faire un 'bon avion' ... Mais voila le logiciel n’a pas été à la hauteur, avec les conséquences que l'on connaît. Cet avion n'est pas 'une vedette' mais le symbole d'un capitalisme qui joue ici avec la vie humaine, et ce choix va sans doute finir par coûter très cher a Boeing.