Internet

23 juin 2020 20:30; Act: 23.06.2020 22:31 Print

Cet ex-​​stagiaire est la troisième fortune de Chine

De retour dans son pays d’origine, Colin Huang joue dans la même cour que les fondateurs d’Alibaba et de Tencent.

storybild

Ascension fulgurante pour Colin Huang, l’entrepreneur à la tête de Pinduoduo. (photo: medium/colinhuang)

Sur ce sujet
Une faute?

On connaît Alibaba, voire Tencent (app WeChat), mais certainement moins Pinduoduo. L’application fondée en 2015 a pourtant permis à Colin Huang, 40 ans, de devenir multimilliardaire depuis. L’entrepreneur chinois fait partie des trois hommes les plus riches de Chine derrière Pony Ma de Tencent et Jack Ma d’Alibaba, qu’il a même dépassé le temps d’un week-end selon le classement de «Forbes».

Grâce à Pinduoduo, Colin Huang affiche une fortune de quelque 40 milliards d'euros. À la faveur de la crise sanitaire, les commandes en ligne de son site marchand ont passé de 50 à près de 65 millions par jour. Son service s’appuie notamment sur de nouvelles fonctionnalités comme des achats groupés de clients permettant d’avoir des remises de prix. Pinduoduo propose d’autres produits d’appel comme des jeux pouvant être gratifiés de cadeaux.

Microsoft puis Google

Colin Huang a maximisé son expérience professionnelle aux États-Unis. Il a commencé comme simple stagiaire chez Microsoft avant de passer chez Google. Il est resté trois ans en tant qu’ingénieur au sein de la firme de Mountain View. «Ces trois années ont été incroyablement précieuses pour moi. Google m’a donné bien plus que ce que j’ai apporté», avait-il blogué en 2015.

Il avait déjà à cette époque apporté l’une des clés de son succès en se différenciant d’autres employés de Google qui ont «soudainement obtenu trop d’argent, perdu leur envie de travailler et commencé à chercher du plaisir et de nouvelles carrières». «De nombreuses années ont passé et ils ont perdu leur temps le plus précieux, alors qu’ils étaient les plus susceptibles d’obtenir d’autres réalisations exceptionnelles», avait-il jugé.

(L'essentiel/Laurent Favre)