Coronavirus

01 juin 2020 19:17; Act: 02.06.2020 15:54 Print

Comment relancer le secteur aérien?

Parmi les mesures envisagées, le voyageur devrait présenter, à son arrivée à l’aéroport, une déclaration de santé et subir un premier contrôle de température. Un masque ou un couvre visage doit être obligatoire à l’intérieur du terminal.

storybild

Masques, contrôles de température, désinfection des avions: l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) recommande une série de mesures - non obligatoires - pour relancer le secteur du transport aérien (archives). (photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Sur ce sujet
Une faute?

Port du masque, contrôles de température, désinfection des avions: l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a publié lundi une série de recommandations à destination du transport aérien pour relancer un secteur durement touché par le coronavirus. Ce protocole sanitaire est le fruit du travail d’une «task force» internationale mise en place par l’organisation onusienne, en collaboration avec de nombreuses organisations comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ou la puissante Association internationale du transport aérien (IATA).

Le rapport de cette «équipe spéciale sur la relance de l’aviation après le Covid-19» devait être approuvé lundi encore par le Conseil de l’OACI, son organe exécutif. Le directeur général de l’IATA, Alexandre de Juniac, a dévoilé les principales mesures proposées par ce «guide des bonnes pratiques», dès la fin de la semaine dernière. Les recommandations se veulent un «cadre» visant aussi bien la sécurité des passagers que celle des personnels, dans les aéroports comme à bord des avions.

Déclaration de santé

Le voyageur devrait présenter, à son arrivée à l’aéroport, une déclaration de santé et subir un premier contrôle de température, propose l’OACI. L’enregistrement en ligne avant d’arriver à l’aéroport doit être privilégié, et les passages aux contrôles de sécurité doivent être repensés pour limiter les contacts physiques et les files d’attente.

Le port du masque ou d’un couvre visage doit être obligatoire à l’intérieur du terminal, où une distance physique d’au moins un mètre doit être respectée, ainsi qu’à bord des appareils. Une fois à l’intérieur de l’avion, les passagers doivent garder leur masque et se déplacer le moins possible pendant le vol, en évitant les files d’attente vers les toilettes pour ne pas risquer de contaminer les autres passagers.

«Référence mondiale»

L’OACI ne préconise pas de neutraliser un siège sur deux pour assurer la distanciation physique, un système dénoncé par l’industrie qui y voit une menace à sa rentabilité.

L’organisation demande toutefois que les voyageurs soient aussi éloignés les uns des autres que possible, en fonction du taux d’occupation de l’avion. Elle préconise également que la nourriture à bord soit préemballée et que l’avion soit désinfecté régulièrement. De nouveaux contrôles de température doivent également être effectués à l’arrivée.

Mesures pas obligatoires

Ces mesures n’auront pas de caractère obligatoire mais elles ont fait l’objet d’un large consensus qui leur donnera «une autorité qui fera référence mondiale, pour la première fois sur ce sujet depuis la crise du Covid-19», explique à l’AFP, Philippe Bertoux, représentant de la France au Conseil de l’OACI, qui a piloté les débats de la «task force».

«Ces mesures faciliteront une reprise sûre et durable du transport aérien, ceci à travers un partenariat étroit entre les secteurs de l’aviation et de la santé qu’illustre la participation active de l’OMS, à nos travaux de réglementation», ajoute-t-il.

Mis à genoux financièrement

Le rapport soumis à l’approbation du Conseil présente plus largement «une stratégie pour une reprise du transport aérien international», qui traverse la plus grave crise de son histoire selon l’agence. Les changements imposés au secteur aérien pour lutter contre l’épidémie sont les plus importants depuis les mesures de renforcement de la sécurité décidées suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Pour pouvoir redémarrer après avoir été cloué au sol et mis financièrement à genoux, le secteur du transport aérien réclamait une harmonisation des règles, afin de rassurer les passagers et les États qui ont pour beaucoup fermé leurs frontières dans l’espoir d’enrayer la propagation de l’épidémie. L’OACI estime que la pandémie de coronavirus pourrait réduire de 1,5 milliard le nombre de passagers d’ici à la fin de l’année.

(L'essentiel/ATS/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lolo le 02.06.2020 13:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est peut-être le moment de se dire stop à tout ce trafic aérien inutile, le tourisme de masse est une catastrophe

  • TontonB le 01.06.2020 23:20 Report dénoncer ce commentaire

    C'est certainement pas comme cela qu'il vont relancer le secteur aérien. Je ne prendrai l'avion que normalement, quand ce cirque sera terminé.

  • Michel le 02.06.2020 10:57 Report dénoncer ce commentaire

    La question devrait surtout être: POURQUOI relancer le secteur aérien?

Les derniers commentaires

  • Effort le 03.06.2020 08:10 Report dénoncer ce commentaire

    Faut-il vraiment le sauver ? Certes c'est triste pour les hommes et femmes concernées (personnel navigant, constructeur d'avion etc.) mais là c'était clairement devenu n'importe quoi. L'utilisation à outrance de l'avion doit être stoppée ! En ce qui me concerne c'est maximum 1 aller-retour par an (voyage privé). Concernant les voyages d'affaire, c'est différent.

  • Normal le 03.06.2020 04:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Commentaire assez extrême je dirai vous ne mange pas de mangue ou kiwi ? Sans avion ce serait en bateau et plus de pollution

  • Normal le 03.06.2020 04:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore une idéologie ecolo Vous serez bien content d'avoir vos fruits exotiques

  • Normal le 03.06.2020 04:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement

  • bonsens le 03.06.2020 03:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tous les avions de plus de 10 ans devraient être mis à la casse. Après 3 mois d’arrêt les turbines sont mortes. C’est pour ça qu’en général les avions ne s’arrêtent jamais de tourner. Mais ils vont pas vous le dire jusqu’au premier accident