Bourse de Paris

16 décembre 2019 19:38; Act: 17.12.2019 14:58 Print

Grosse amende après la diffusion de fake news

L'agence de presse «Bloomberg» devra payer cinq millions d'euros pour avoir diffusé de fausses informations qui avaient fait chuter l'action du groupe Vinci en 2016.

storybild

Lla diffusion de ces fausses informations, qui avaient fait chuter le cours du titre Vinci de 18,28%, «n'a été précédée d'aucune vérification de la part des journalistes du "Speed Desk"» de Bloomberg. (photo: Capture d'écran)

Sur ce sujet
Une faute?

L'agence de presse Bloomberg s'est vu infliger une amende de cinq millions d'euros par le gendarme français des marchés financiers (AMF) pour avoir diffusé «des informations qu'elle aurait dû savoir fausses» et qui avaient fait chuter l'action du groupe Vinci, le 22 novembre 2016. L'agence, qui exerce une grande influence sur les salles de marché, avait repris le contenu d'un faux communiqué de presse selon lequel le groupe de BTP lançait une révision de ses comptes, à la suite d'irrégularités «très graves».

Bloomberg a immédiatement annoncé son intention de faire appel. La Commission des sanctions de l'AMF a estimé que la diffusion de ces fausses informations, qui avaient fait chuter le cours du titre Vinci de 18,28%, «n'a été précédée d'aucune vérification de la part des journalistes du "Speed Desk"» de Bloomberg alors qu'elles faisaient «état d'informations d'une grande gravité, laissant présager une chute brutale et immédiate du cours de bourse», selon le communiqué.

La commission a jugé que les «règles ou codes régissant la profession de journaliste» n'ont «pas été respectés par la société Bloomberg LP en l'absence de vérification des informations préalablement à leur publication».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Titus le 17.12.2019 07:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Lam Il s'agit bien d'une entreprise sous sa juridiction, faire des annonces fait fluctuer les cours, si elles sont réelles pas de problème, si c'est du vent soit pour manipuler comme le fond certains traders c'est un délit, si c'est une agence d'information qui émet à la légère sans vérifier c'est une faute, d'où la sanction. La SEC n'aurait pas agit autrement.

  • Lam le 16.12.2019 21:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne pense pas que la juridiction de l AMF doive s’étendre au delà des organismes qu’elle contrôle

Les derniers commentaires

  • Titus le 17.12.2019 07:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Lam Il s'agit bien d'une entreprise sous sa juridiction, faire des annonces fait fluctuer les cours, si elles sont réelles pas de problème, si c'est du vent soit pour manipuler comme le fond certains traders c'est un délit, si c'est une agence d'information qui émet à la légère sans vérifier c'est une faute, d'où la sanction. La SEC n'aurait pas agit autrement.

  • Lam le 16.12.2019 21:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne pense pas que la juridiction de l AMF doive s’étendre au delà des organismes qu’elle contrôle