En Europe

20 mars 2019 09:36; Act: 20.03.2019 11:26 Print

Kingfisher va fermer 15 magasins Castorama

Le groupe britannique de magasins de bricolage a annoncé mercredi qu'il prévoyait de fermer d'ici deux ans 15 magasins de son enseigne Castorama en Europe.

storybild

Le redressement de Castorama est une priorité pour Kingfisher. (photo: AFP/Philippe Huguen)

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe britannique de magasins de bricolage Kingfisher a annoncé mercredi qu'il prévoyait de fermer 15 magasins en Europe de son enseigne française Castorama dont les performances sont à la traîne depuis des années. Ces difficultés en France et les résultats décevants du groupe ont en outre coûté sa place à la directrice générale, la Française Véronique Laury, dont le départ a également été annoncé par Kingfisher. Le groupe envisage de fermer ces magasins Castorama d'ici deux ans, jugeant leur rentabilité insuffisante, sans plus de précisions sur les points de vente concernés. Il possède des magasins Castorama en France, en Pologne et en Russie.

Le redressement de cette enseigne française est une priorité pour Kingfisher. Il compte pour cela sur une baisse des prix, des réductions de coûts via des suppressions de postes et sur une meilleure efficacité de l'enseigne sur le plan logistique. Si son autre enseigne française Brico Dépôt a vu ses ventes légèrement progresser lors de l'exercice annuel clos fin janvier, Castorama a en revanche souffert, avec une activité en nette baisse, du fait d'une moindre fréquentation des magasins, de prix plus élevés que ses concurrents ou encore du mouvement des «gilets jaunes». «Castorama France enregistre une performance décevante, et nous avons commencé à mettre en œuvre un plan clair, avec une nouvelle équipe dirigeante, pour remédier durablement à cette situation», souligne Véronique Laury.

Des magasins Screwfix devraient fermer en Allemagne

Le groupe compte par ailleurs également baisser le rideau de 19 magasins en Allemagne sous l'enseigne Screwfix, laquelle s'adresse aux professionnels de l'équipement domestique. Kingfisher entend se relancer en outre en changeant de patron, puisqu'il a annoncé mercredi dans un communiqué le prochain départ de sa directrice générale. Le groupe explique s'être mis à la recherche d'un nouveau patron et précise n'avoir pas encore fixé de date pour le départ effectif de Véronique Laury en poste depuis fin 2014. La dirigeante, qui soutient cette décision, va rester directrice générale jusqu'à nouvel ordre, est-il précisé.

Non seulement les résultats financiers de Kingfisher sont en berne, mais le plan de transformation du groupe porté par la directrice générale depuis 2016 peine à porter ses fruits. L'annonce du départ de sa dirigeante s'est accompagnée de la publication par le groupe de résultats annuels moroses comme en témoigne un bénéfice net qui a fondu de plus de la moitié à 218 millions de livres lors de l'exercice 2018/2019 achevé fin janvier. Les ventes sont quasi stables à 11,7 milliards de livres, tirées vers le bas par ses activités en France. Kingfisher assure par ailleurs que son plan de transformation, baptisé «One Kingfisher», avance dans la bonne direction. Il est censé unifier les produits que le groupe vend dans toutes ses enseignes, mettre sur pied une plateforme informatique unique et permettre de réaliser des économies de coûts.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Réaliste le 20.03.2019 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Pour y avoir travaillé, c'est surtout le manque d'experience et de formation des vendeurs qui est médiocre. On installe des personnes issues d'une formation de vente pour conseiller un particulier et professionel sur des produits techniques et qui demande une formation spécifique. Si on a pas reponses a son probleme, alors on va ailleurs se faire conseiller

  • Luxi le 20.03.2019 12:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vu les vendeurs ...... Ça ne m'étonne pas .Ce n'est jamais leur rayon..... Voilà leur réponse..... Du coup tu vas chez le concurrent..... "pour reussir" ton projet

  • jake le 20.03.2019 12:15 Report dénoncer ce commentaire

    encore des postes supprimés au nom de la rentabilité... par contre, les dirigeants, aussi mauvais gestionnaires qu'ils soient, ils continuent tranquillement... sans être inquiétés....

Les derniers commentaires

  • Dani Boy le 20.03.2019 17:34 Report dénoncer ce commentaire

    Ces magasins sont typiquement les endroits où il y a de tout, mais ne sont spécialistes en rien. Comment voulez vous que des vendeurs payés trois fois rien, puissent être des spécialistes de la bricole? Si on va dans ces magasins, c'est pour payer moins cher. Alors ne nous attendons pas à avoir en plus un bon conseil...

  • Justme le 20.03.2019 16:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @luxi c est tellement vrai

  • Chromo le 20.03.2019 12:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C pas faux Réaliste ...

  • Luxi le 20.03.2019 12:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Réaliste.... C'est exact cela ...

  • Luxi le 20.03.2019 12:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vu les vendeurs ...... Ça ne m'étonne pas .Ce n'est jamais leur rayon..... Voilà leur réponse..... Du coup tu vas chez le concurrent..... "pour reussir" ton projet