Carlos Ghosn en roue libre

10 janvier 2020 12:06; Act: 10.01.2020 12:25 Print

Le chemin de croix de Nissan se poursuit

Le show de Carlos Ghosn depuis le Liban est une nouvelle épine dans le pied du constructeur automobile japonais, alors que le groupe peinait déjà à restaurer son image.

storybild

L'affaire Ghosn a déjà coûté cher à Nissan, pas seulement en termes de réputation.

Sur ce sujet
Une faute?

La parole libérée et vengeresse de Carlos Ghosn depuis le Liban est une nouvelle épine dans le pied du constructeur automobile japonais Nissan, alors que le groupe peinait déjà à restaurer son image. Maintenant que M. Ghosn a fui au Liban pour échapper à la justice japonaise qui le poursuivait pour malversations financières présumées, «il peut dire ce qu'il veut, il n'a plus de contraintes», constate une source proche de Nissan, interrogée par l'AFP. Tout le contraire de Nissan, qui continue de faire face à ses propres responsabilités dans l'affaire Ghosn, que le groupe avait lui-même enclenchée en dénonçant son emblématique président au parquet japonais fin 2018.

Car Nissan, en tant qu'entité morale, est également poursuivi au Japon comme M. Ghosn sur deux chefs d'inculpation liés aux rémunérations différées passées sous silence dans ses anciens rapports boursiers. À défaut d'un «procès Ghosn», un procès contre Nissan et Greg Kelly - l'ancien bras droit de Ghosn arrêté en même temps que lui - devrait donc bien se tenir. «Nissan doit montrer patte blanche. Nous, on a des responsabilités, on doit respecter la loi, on a des obligations. Cela va être pénible, mais on le fera», commente la source interrogée par l'AFP.

Impact financier conséquent

«Pour l'instant il n'y a rien de neuf dans les déclarations de M. Ghosn contre Nissan (...). Mais s'il persiste dans sa campagne négative, cela pourrait faire douter les marchés du redressement fondamental de l'entreprise et de son image de marque», estime Koji Endo, analyste automobile chez SBI Securities interrogé par l'AFP. Sans parler de la lassitude des salariés du groupe, qui «en ont ras-le-bol» de voir leur entreprise faire tous les jours la une des médias, confie-t-on en interne. La fuite des cerveaux continue par ailleurs au sein du groupe, notamment parmi ses jeunes ingénieurs, selon M. Endo.

L'affaire Ghosn a déjà coûté cher à Nissan, pas seulement en termes de réputation. Depuis son arrestation en novembre 2018, sa valorisation en Bourse «a baissé de plus de 10 milliards de dollars», a pointé mercredi Carlos Ghosn, même si la chute du titre est aussi liée à la crise du marché automobile qui a entre-temps fait fondre ses résultats. En outre, Nissan aurait déjà englouti plus de 200 millions de dollars en frais d'avocats, d'enquêteurs et détectives privés dans l'affaire Ghosn, selon l'agence d'informations financières Bloomberg. «Ce chiffre est ridiculement exagéré, il faudrait probablement enlever un zéro», assure la source interne de l'entreprise interrogée par l'AFP.

Mais il y a d'autres frais: en septembre dernier, Nissan a dû payer une amende de 15 millions de dollars pour éviter des poursuites du gendarme boursier américain, la SEC, sur le volet des rémunérations différées absentes de ses anciens rapports financiers. Le constructeur a aussi accepté en décembre de payer une pénalité de 2,4 milliards de yens (près de 22 millions de dollars) requise par l'Agence japonaise des services financiers sur la même partie de l'affaire. Le groupe doit par ailleurs répondre prochainement aux questions du TSE, l'opérateur de la Bourse de Tokyo, sans quoi il risque d'être radié de la cote, et il fait aussi face à des plaintes d'actionnaires aux États-Unis.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vengeance differee le 10.01.2020 12:48 Report dénoncer ce commentaire

    La vengeance est un plat qui se mange froid !

  • Jensen le 10.01.2020 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    Que d'orgueil mal placé!

  • Gustavo le 10.01.2020 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Les derniers commentaires

  • Jensen le 10.01.2020 14:20 Report dénoncer ce commentaire

    Que d'orgueil mal placé!

  • Gustavo le 10.01.2020 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

  • Vengeance differee le 10.01.2020 12:48 Report dénoncer ce commentaire

    La vengeance est un plat qui se mange froid !