Crise économique

31 mai 2020 09:32; Act: 31.05.2020 09:40 Print

Le Venezuela augmente le prix de l'essence

La vente de carburants a été ouverte au secteur privé au prix de 50 centimes de dollar le litre, alors que le pays, pourtant producteur, connaît une grave pénurie.

storybild

Disposant des premières réserves mondiales de pétrole, le Venezuela est tout de même obligé d'en importer d'Iran. (photo: AFP/Cristian Hernandez)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Venezuela appliquera à partir de lundi 1er juin des prix plus élevés de l'essence, a annoncé samedi le président Nicolas Maduro, alors qu'elle était jusqu'ici presque gratuite. Bien que disposant d'énormes réserves, le Venezuela, dont la production s'est effondrée, connaît actuellement une grave pénurie de carburants, encore accentuée par les conséquences de la pandémie de coronavirus sur la vie économique du pays. «Nous avons décidé que 200 stations-services pourraient vendre librement ce produit au prix international», a déclaré le président socialiste, mettant ainsi fin au monopole de l'État vénézuélien sur la vente de carburants.

«Le prix international que nous avons fixé est de 50 centimes de dollar le litre d'essence», a précisé M. Maduro dans une allocution prononcée au palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Ces 200 stations-services seront «gérées par des entrepreneurs privés» qui seront autorisés à importer de l'essence, a indiqué M. Maduro. Il n'a pas précisé à qui les licences avaient été attribuées ni si elles avaient fait l’objet d'un appel d'offres.

Le président a par ailleurs annoncé la création d'un système de subventions sur la base de 5 000 bolivars (0,025 dollar) le litre, qui permettra l'achat de 120 litres par mois pour les voitures particulières et de 60 litres pour les motos. Le transport public de passagers et le transport public de marchandises «auront une subvention de 100%», a déclaré M. Maduro. Pour ce secteur, «le diesel est subventionné à 100%», a également dit le ministre vénézuélien du pétrole, Tareck El Aissami. L'annonce des nouvelles dispositions sur les prix des carburants intervient quelques jours après l'arrivée au Venezuela de pétroliers iraniens venus livrer de l'essence et d'autres produits pétroliers au gouvernement socialiste de M. Maduro.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Anne le 31.05.2020 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Mis à part les conditions de vie désastreuse dans lesquelles sont plongés les vénézueliens depuis le début de cette crise, il y a lieu de se poser des questions. Pourquoi des embargos? Pour sortir la population de la pauvreté ? Pas du tout! Embargo US en Iran et maintenant embargo US au Vénézuela, avec la bénédiction de l'UE. Ces deux pays renferment des quantités énormes de pétrole. Si je me trompe et que le but de tout celà n'est que philanthrope, pourquoi ne pas faire de même avec les pays les plus pauvres du monde dont le sous-sol ne renferme aucune richesse?

  • censuré le 31.05.2020 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à Madagascar situation analogue, pour le riz, l'état malgache préfère en importer pour encaisser des frais de douane et favoriser les importateurs qui soutiennent le régime...

Les derniers commentaires

  • censuré le 31.05.2020 16:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à Madagascar situation analogue, pour le riz, l'état malgache préfère en importer pour encaisser des frais de douane et favoriser les importateurs qui soutiennent le régime...

  • Anne le 31.05.2020 12:40 Report dénoncer ce commentaire

    Mis à part les conditions de vie désastreuse dans lesquelles sont plongés les vénézueliens depuis le début de cette crise, il y a lieu de se poser des questions. Pourquoi des embargos? Pour sortir la population de la pauvreté ? Pas du tout! Embargo US en Iran et maintenant embargo US au Vénézuela, avec la bénédiction de l'UE. Ces deux pays renferment des quantités énormes de pétrole. Si je me trompe et que le but de tout celà n'est que philanthrope, pourquoi ne pas faire de même avec les pays les plus pauvres du monde dont le sous-sol ne renferme aucune richesse?