En Corée du Sud

22 novembre 2019 09:28; Act: 22.11.2019 10:32 Print

Un syndicat pourrait voir le jour chez Samsung

Un syndicat chez Samsung? L'idée semblait inimaginable, tant le fabricant sud-coréen de smartphones a longtemps réprimé toute tentative. Mais ça pourrait changer.

storybild

Depuis 50 ans, Samsung Electronics a soigneusement évité la syndicalisation de ses employés. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le fabricant sud-coréen Samsung a longtemps réprimé toute tentative de création d'un syndicat. Mais Ko Jee-hun, sous l’œil attentif d'un gardien de l'usine, distribue des tracts pour recruter les premiers membres. «La bataille ne fait que commencer», sourit cet employé au service hygiène et sécurité du géant mondial des semi-conducteurs, entreprise poids lourd de la 11e économie mondiale. Depuis 50 ans, Samsung Electronics, principale branche du plus gros conglomérat familial («chaebol») du pays, a soigneusement évité la syndicalisation de ses employés - parfois au prix d'une stratégie radicale.

Mais la semaine dernière, les autorités ont acté la création de la première organisation syndicale potentiellement viable de l'histoire du groupe, car affiliée à la puissante Fédération des syndicats de Corée (FKTU). «L'enjeu, ce n'est pas seulement les salaires», explique Ko Jee-hun, le secrétaire général adjoint de ce Syndicat national de Samsung Electronics nouvellement créé. «Ce qu'on exige, c'est de communiquer avec la direction, que nos voix soient entendues. Parce que nous ne sommes pas juste des composants», souligne l'homme de 37 ans.

Objectif, 10 000 membres

Sur ses tracts, des personnages de dessin animé se plaignent de problèmes relatifs aux vacances, aux pauses-déjeuner, aux pré-retraites imposées ou aux réductions des primes salariales. «Le vrai syndicat est arrivé», proclame le document, sur lequel est imprimé un code QR pour que les employés puissent s'affilier. Mais les gardiens de sécurité ne laissent pas M. Ko tracter devant les portes de l'usine, située à Hwaseong (nord-est), à environ 50 kilomètres au sud de Séoul. Ko Jee-hun doit se placer au carrefour suivant.

Ce qui ne l'empêche pas de connaître un grand succès: la quasi-totalité des employés croisés saisissent un tract. Le syndicat s'est fixé comme objectif de recruter 10 000 membres à l'échelle nationale, soit près de 10% des effectifs de Samsung Electronics.

(L'essentiel/afp)