Tensions commerciales

24 février 2020 07:56; Act: 24.02.2020 10:35 Print

Washington et New Delhi se livrent un bras de fer

La politique protectionniste des États-Unis et de l'Inde devrait empêcher la signature d'un accord commercial, à l'occasion de la visite de Donald Trump en Inde, lundi et mardi.

storybild

Donald Trump, le président des États-Unis (à gauche), et le Premier ministre Narendra Modi.

Sur ce sujet
Une faute?

De moindre ampleur que la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, Washington et New Delhi se livrent ces derniers mois un bras de fer autour de leurs échanges de biens et services. La contradiction du «Make in India» du Premier ministre Narendra Modi et du «America First» du président Donald Trump, deux dirigeants aux tendances protectionnistes, devrait empêcher la signature d'un accord commercial à l'occasion de la visite du locataire de la Maison-Blanche en Inde, lundi et mardi.

«Ils nous taxent très, très durement depuis de nombreuses, nombreuses années», a déclaré le milliardaire républicain à propos de l'Inde en amont de sa première visite officielle dans la nation de 1,3 milliard d'habitants. En 2018, les échanges entre les deux pays se sont élevés à presque 145 milliards de dollars, les Américains enregistrant un déficit de 25 milliards. Le point sur ces tensions commerciales:

Protectionnisme indien

L'Inde a une longue tradition de protectionnisme, malgré les assouplissements apportés depuis la libéralisation de son économie dans les années 1990. Dans un contexte de ralentissement de la croissance, New Delhi a ainsi refusé en novembre de rejoindre le gigantesque traité de libre-échange Asie-Pacifique RCEP, de crainte que l'importation facilitée de produits étrangers - notamment chinois - n'affecte son économie.

Ces derniers mois, le gouvernement de Narendra Modi a rehaussé les barrières douanières pour des importations des États-Unis, dont des amandes californiennes, des pommes, l'acier et des produits chimiques expédiés à destination de la troisième économie d'Asie. Les entreprises américaines sont vent debout contre un projet qui obligerait les sociétés étrangères à stocker en Inde toutes les données liées aux consommateurs indiens, comme les transactions de cartes bleues.

Amazon et Walmart, qui se disputent le prometteur marché du commerce en ligne de la troisième économie d'Asie, ont également vu la réglementation locale se durcir. Ces barrières protectionnistes sont destinées, aux yeux de New Delhi, à pousser les entreprises étrangères à s'implanter et à produire directement en Inde. En bridant les concurrents internationaux, le pays de Gandhi espère aussi favoriser l'émergence de champions nationaux. Le programme "Make in India" ("Fabriquez en Inde"), lancé par le Premier ministre Narendra Modi après son arrivée au pouvoir en 2014, vise à développer un tissu industriel générateur d'emplois en masse. Les résultats actuels ne sont toutefois pas à la hauteur des attentes, selon les experts.

Pression américaine -

De nombreuses décisions récentes de New Delhi sont intervenues en représailles aux actions de l'administration Trump, à commencer par l'imposition de taxes douanières en 2018 par Washington sur l'acier et l'aluminium en provenance d'Inde et d'autres nations. L'Inde est le troisième producteur mondial d'acier, et ses exportations d'acier ont chuté en conséquence de 46%, selon le Peterson Institute for International Economics. Ses exportateurs de machines mécaniques et électroniques, ainsi que de composants d'automobiles, ont également souffert.

L'année dernière, le président américain a enfoncé le clou en révoquant des avantages commerciaux qui exemptaient l'Inde de taxes douanières sur des produits représentant 6 milliards de dollars d'exportations par an. Les États-Unis veulent vendre davantage d'équipement médical à l'Inde. Les producteurs laitiers américains, une base électorale-clé pour Donald Trump, demandent également davantage de débouchés pour leurs produits. Le géant d'Asie du Sud dit s'inquiéter que les vaches américaines soient nourries d'extraits bovins, une ligne rouge dans ce pays où la majorité hindoue considère la vache comme sacrée. Les agriculteurs représentent aussi un électorat crucial pour le Premier ministre indien, qui cherche à les protéger.

Pas de grand accord

Se rejoignant dans une méfiance commune de la Chine, l'Inde et les États-Unis devraient signer des accords ou contrats notamment dans le domaine de la défense lors de la visite du président Trump. Mais les deux parties ne semblent pas parvenues un terrain d'entente pour un grand accord commercial qui résoudrait leurs différends. Ils pourraient en contrepartie s'accommoder d'un accord partiel, plus modeste.

Celui-ci pourrait inclure une baisse des taxes douanières indiennes sur les motos Harley-Davidson et des produits agricoles comme le foin de luzerne et les noix de pécan, d'après l'agence économique Bloomberg. «Nous ne voulons pas nous précipiter pour avoir un accord, car les questions en jeu sont compliquées et de nombreuses décisions pourraient affecter la vie de millions de personnes», a tempéré un porte-parole du gouvernement indien.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Search and Destroy le 24.02.2020 19:54 Report dénoncer ce commentaire

    Bon la Chine c'est bon... au suivant !!!

  • Le Belge, une fois le 24.02.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Je disais: lequel des deux à l'air le plus posé, le plus intelligent?

Les derniers commentaires

  • Search and Destroy le 24.02.2020 19:54 Report dénoncer ce commentaire

    Bon la Chine c'est bon... au suivant !!!

  • Le Belge, une fois le 24.02.2020 18:13 Report dénoncer ce commentaire

    Je disais: lequel des deux à l'air le plus posé, le plus intelligent?