Contenu polémique

13 janvier 2020 15:22; Act: 13.01.2020 15:57 Print

Facebook ne va pas bannir les annonces politiques

Malgré les récentes polémiques et l'imminence de la campagne présidentielle américaine, le réseau social ne veut pas bannir les contenus politiques.

storybild

Facebook a été particulièrement critiqué pour son usage des données personnelles des utilisateurs. (photo: AFP/Josh Edelson)

Sur ce sujet
Une faute?

Facebook a confirmé que les publicités politiques, même mensongères, ne seront que très exceptionnellement censurées, malgré d'intenses critiques venues de toutes parts et le risque de désinformation à grande échelle. Un post de blog posté la semaine dernière par le directeur produits de Facebook, Rob Leathern, montre que le réseau reste droit dans ses bottes et fait exactement ce que son fondateur Mark Zuckerberg avait promis à l'automne.

«Nous basons nos principes sur le fait que les gens puissent entendre ceux qui ont vocation à les diriger, le bon grain comme l'ivraie, et que ce qu'ils ont à dire soit passé au crible et débattu en public», écrit M. Leathern. «Dans une démocratie, je pense que c'est aux gens de décider ce qui est crédible, pas aux entreprises de la tech», avait affirmé le 17 octobre, le jeune milliardaire fondateur, soulignant déjà prévoir quelques exceptions, comme en cas d'incitation à la violence. MM. Leathern et Zuckerberg insistent tous les deux sur le fait qu'à leurs yeux, ce n'est pas à une compagnie privée de prendre la décision de censurer tel ou tel politicien. Ils préfèrent appeler «à une règlementation qui s'applique à tout le secteur».

Facebook tire l'essentiel de ses revenus de sa capacité à cibler une audience donnée. Un avantage qui n'a notamment pas échappé aux candidats à la présidentielle américaine, qui dépensent d'importantes sommes sur le réseau. Twitter a décidé pour sa part de bannir les publicités politiques du réseau. Google a adopté une position intermédiaire, en annonçant un durcissement de ses règles en matière de publicités politiques. Facebook est particulièrement sur la sellette à l'approche de l'élection présidentielle de 2020, après le scandale Cambridge Analytica: cette société avait utilisé des données personnelles à l'insu de dizaines de millions d'usagers de Facebook pour influer sur le vote en 2016, en faveur de Donald Trump.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Flûte le 13.01.2020 20:14 Report dénoncer ce commentaire

    Tient donc. Ce sont donc les partis les plus riches qu on verra le plus. Il n y a plus d équilibre dans ce cas. Dans combien de temps Facebook sera officiellement plus puissant que les états ? En fait c est déjà le cas zut.

  • Sim one le 14.01.2020 07:18 Report dénoncer ce commentaire

    A ma connaissance, il n'était pas question de bannir tous les contenus politiques, mais que les contenus politiques mensongers - ce que facebook refuse.

  • patience le 14.01.2020 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normal. Si FB bannir ces publications que reste t il pour faire compagne Il y a tellement de bêtises dur FB.

Les derniers commentaires

  • patience le 14.01.2020 08:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Normal. Si FB bannir ces publications que reste t il pour faire compagne Il y a tellement de bêtises dur FB.

  • Sim one le 14.01.2020 07:18 Report dénoncer ce commentaire

    A ma connaissance, il n'était pas question de bannir tous les contenus politiques, mais que les contenus politiques mensongers - ce que facebook refuse.

  • Flûte le 13.01.2020 20:14 Report dénoncer ce commentaire

    Tient donc. Ce sont donc les partis les plus riches qu on verra le plus. Il n y a plus d équilibre dans ce cas. Dans combien de temps Facebook sera officiellement plus puissant que les états ? En fait c est déjà le cas zut.