Technologie

19 février 2020 15:52; Act: 19.02.2020 16:08 Print

L'UE veut une intelligence artificielle responsable

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a demandé ce mercredi que l'utilisation de l'IA soit «digne de confiance».

storybild

Ursula von der Leyen ce mercredi, à Bruxelles, lors d'une conférence sur l'avenir digital de l'Europe.

Sur ce sujet
Une faute?

L'Union européenne a dévoilé mercredi son plan de bataille sur l'intelligence artificielle et les données, afin de rattraper son retard sur les États-Unis et la Chine, et insisté sur les droits des citoyens. Des voitures connectées à la reconnaissance faciale, ce secteur hautement stratégique est considéré comme la technologie du futur qui va définir notre quotidien.

Consciente d'être passée à côté de la première révolution Internet, qui a vu l'émergence des géants américains, comme Google et Facebook, ou chinois tel Tencent, l'UE veut désormais jouer un rôle central dans la définition des règles et la promotion de ses propres champions. Avec cet objectif en tête, la Commission européenne a présenté son «livre blanc» sur l'intelligence artificielle avec des pistes d'actions.

Après une consultation jusqu'au 19 mai de tous les acteurs - entreprises, syndicats, société civile, les gouvernements des 27 États membres, elle espère faire des propositions législatives à la fin de l'année. «Nous voulons que l'usage de ces nouvelles technologies soit digne de la confiance de nos citoyens (...) Nous encourageons une approche responsable de l'intelligence artificielle centrée sur l'homme», a déclaré Ursula von der Leyen lors d'un point presse.

«L'intelligence artificielle n'est ni bonne ni mauvaise en soi: tout dépend du pourquoi et du comment elle est utilisée», a souligné la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager.

Respect des droits fondamentaux

Bruxelles insiste d'abord sur l'importance du respect des droits fondamentaux des citoyens et met notamment en garde contre des distorsions dans les algorithmes de recrutement conduisant à des résultats discriminatoires. Les systèmes d'intelligence artificielle à haut risque (la santé par exemple) doivent être certifiés, testés et contrôlés, comme le sont les voitures, les cosmétiques et les jouets, ajoute la Commission.

Sur la reconnaissance faciale de masse, qui réveille l'angoisse d'un «Big Brother» espionnant chacun des mouvements des citoyens, Bruxelles veut d'abord ouvrir le débat pour déterminer dans quelles circonstances elle peut être autorisée. «Mon approche n'est pas de rendre l'Europe plus comme la Chine ou les États-Unis, mon plan est de rendre l'Europe plus comme elle même», a martelé la Danoise Vestager.

Données

Dans le domaine des données, «le carburant de l'intelligence artificielle» (car c'est grâce à elles que des algorithmes s'entraînent, qu'ils apprennent et déterminent une action), l'UE veut devenir un leader. «Nous avons tout en Europe pour gagner la bataille des données» industrielles, a souligné le commissaire chargé de l'industrie, le Français Thierry Breton.

L'Europe a certes perdu la guerre des données personnelles, face aux États-Unis et à la Chine, mais elle veut remporter celles des données industrielles, qui relient les objets entre eux grâce à l'arrivée de la 5G. Avec ses grandes entreprises présentes dans tous les secteurs, l'Europe possède une énorme base de données de ce type, un atout considérable que n'ont pas les Américains.

L'objectif de Bruxelles: créer un «marché unique» européen où les données personnelles et non personnelles, y compris celles qui sont confidentielles et sensibles, sont sécurisées et où les entreprises et le secteur public ont facilement accès à d'énormes quantités de données de haute qualité pour créer et innover.

«Ce sera un espace où tous les produits et services basés sur les données respecteront pleinement les règles et les valeurs de l'UE», promet l'exécutif européen.

À l'instar du «Règlement général sur la protection des données (RGPD)», qui renforce le droit des internautes et est désormais cité en exemple aux USA et en Corée du Sud, l'UE veut instaurer de nouveaux standards qui deviennent une référence internationale.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • L'Abbé Tonière le 19.02.2020 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    L'intelligence artificielle repose sur des algorithmes, ce n'est donc pas un être doué de raison ! Il est illusoire de vouloir responsabiliser un ordinateur ! Son degré de moralité dépend directement de celui de ses créateurs ainsi que de leurs intentions...

  • Le Réaliste le 19.02.2020 16:46 Report dénoncer ce commentaire

    Si on avait déjà des politiciens responsable, ce serait une bonne chose!!!!!!!!!!

  • la trois le 19.02.2020 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    niveau intellect artificiel, on a tout ce qu'il faut dans nos administrations, gouvernements, services secrets,....

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 20.02.2020 16:06 Report dénoncer ce commentaire

    L'I.A. sur base d'algorithmes, c'est le passé, limité, la nouvelle génération repose sur les données et l'auto-apprentissage, et là les créateurs ne savent plus comment l'I.A. raisonne et décide, en battant le champion du GO, aussi par stratégies crues perdantes. Des camions en autopilotage font l'apprentissage du traffic (surveillés par chauffeurs). Google, Amazon, Facebook, Apple collectent nos traces en ligne, pour leurs systèmes d'I.A. Leurs datacenter avec les ordinateurs quantiques, l'I.A. fera un bond énorme, ils sauront prédire les marchés financiers!

  • la trois le 19.02.2020 16:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    niveau intellect artificiel, on a tout ce qu'il faut dans nos administrations, gouvernements, services secrets,....

    • Garett le 20.02.2020 08:31 Report dénoncer ce commentaire

      Artificiel n'est pas le termé approprié. J'aurai plutôt parlé d'intelligence dévoyée.

  • Le Réaliste le 19.02.2020 16:46 Report dénoncer ce commentaire

    Si on avait déjà des politiciens responsable, ce serait une bonne chose!!!!!!!!!!

  • L'Abbé Tonière le 19.02.2020 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    L'intelligence artificielle repose sur des algorithmes, ce n'est donc pas un être doué de raison ! Il est illusoire de vouloir responsabiliser un ordinateur ! Son degré de moralité dépend directement de celui de ses créateurs ainsi que de leurs intentions...

    • @l'abbé le 19.02.2020 16:41 Report dénoncer ce commentaire

      @ L'Abbé, les politiques sont déjà déconnectés du monde, ne leur en demandons pas trop donc niveau technologie ...

    • L'Abbé Taillère le 20.02.2020 10:23 Report dénoncer ce commentaire

      Exact!

    • Unicorn le 20.02.2020 16:20 Report dénoncer ce commentaire

      les algorithmes, ce sont les quelques (2-3) languages de programmation dédiés à l'I.A., plus important seront les ingénieurs de données, qui feront que les données seront exploitées le plus efficacement. Et la 5G, l'UE a déjà perdu la bataille. Si, l'I.A. sera doté de raison, car déjà des expériences ont montré que l'homme ne peut plus suivre son raisonnement. Et après ce sera une conscience, une moralité, et la sauvegarde des ressources et de la planète, en éliminant le créateur.