Bande dessinée

19 février 2020 09:00; Act: 20.02.2020 07:01 Print

Une hôtesse au cœur de l'histoire à Léopoldville

L'histoire de «Léopoldville 60» se déroule au moment où le Congo devient indépendant de la Belgique. Une jeune femme se retrouve mêlée à la grande histoire.

storybild

Kathleen Van Overstaeten se retrouve hôtesse sur la ligne Bruxelles-Leopoldville. (photo: Anspach)

Sur ce sujet
Une faute?

En 1960, Kathleen Van Overstaeten est engagée comme hôtesse de l'air à la Sabena, la compagnie nationale belge. Elle opère d'abord sur la ligne entre Bruxelles et Léopoldville, au Congo. Un goût de l'aventure qui ravit cette jeune femme indépendante et intrépide, parfois inconsciente des dangers qui la guettent. À Léopoldville (aujourd'hui Kinshasa), Kathleen retrouve sa grande amie Monique, fille de propriétaires belges installés dans cette colonie du royaume. Elle découvre la ville, mais observe surtout les tensions palpables dans cette contrée où les velléités d'indépendance sont de plus en plus fortes. Certains Blancs ne veulent pas voir que la décolonisation a entamé son processus inéluctable.

Sur cette terre que Kathleen ne connaît pas, le racisme et les préjugés font partie du quotidien. Ils empêchent notamment Monique de vivre au grand jour sa relation avec un jeune Noir. Dans cette période troublée, l'héroïne têtue se retrouve surtout mêlée aux luttes politiques, opposant la métropole et les autochtones. Avec la Sabena, elle est également impliquée dans l'incroyable pont aérien qui s'est mis en place pour rapatrier en urgence les Belges dans leur contrée d'origine, lorsque la situation est devenue dangereuse.

L'ambiance de l'époque est très bien restituée dans «Léopoldville 60», grâce notamment aux dessins très travaillés, dans le style de la ligne claire, chère à Hergé. Les personnages sont attachants et les dialogues efficaces. L'album est le deuxième tome, après «Sourire 58», d'une série sur l'histoire de la Belgique. Le prochain, à paraître, concernera l'année 1943.

• «Léopoldville 60». Weber et Deville. Anspach, 14,50 euros

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lecteur le 20.02.2020 16:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ça a l'air très sympa, je vais me l'acheter!

Les derniers commentaires

  • Lecteur le 20.02.2020 16:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ça a l'air très sympa, je vais me l'acheter!