Association

24 septembre 2020 06:00; Act: 23.09.2020 13:50 Print

Sucré, salé, pour le plaisir du palais

Le mariage du sucré et du salé est vieux comme le monde, mais il a connu des fortunes diverses au cours de l'histoire.

storybild

Les aiguillettes de canard à l'orange, l'un des plats emblématiques illustrant l'association du sucré avec le salé.

Sur ce sujet
Une faute?

Il existe cinq saveurs fondamentales en cuisine: le sucré, le salé, l'acide, l'amer, les quatre que l'on a apprises traditionnellement et une dernière, l'umami (littéralement savoureux), mise au jour au début du XXe siècle par un chercheur japonais. Encore faut-il les associer harmonieusement et avec justesse pour obtenir la quintessence du goût!

L'alliance n'est pas nouvelle

Intéressons-nous à cet égard au mélange du sucré et du salé, deux saveurs qui sont de plus en plus réunies. Hérésie pour certains, mariage heureux pour les autres, force est de constater que cette tendance a trouvé sa place dans de nombreuses recettes et dans les assiettes.

Cette alliance n'est pas nouvelle. Elle est d'ailleurs l'une des bases dans la cuisine asiatique. On pense notamment à la sauce soja sucrée agrémentant les makis ou les sushis, au porc au caramel ou encore au poulet au gingembre. Dans l'Antiquité, le mariage de ces deux éléments était fréquent. Si les Romains avaient a priori recours au miel dans leurs recettes, les Vikings adoucissaient le goût de leurs viandes et de leurs poissons rances au moyen de sucre.

Des fortunes diverses

En France, l'association sucré-salé a connu des fortunes diverses, si l'on se réfère aux ouvrages de Madeleine Ferrières, spécialiste de l'histoire de l'alimentation: «Les traités de grande cuisine, du XIVe au milieu du XVIe siècle comportent encore jusqu'à 31% de recettes sucrées - potages, entrées ou rôts tout autant qu'entremets et desserts. Ensuite, la proportion s'effondre: 12% au XVIIe siècle, 6% au XVIIIe, confirmant que l'aigre-doux cesse d'être une saveur dominante dans la cuisine classique, et que les nouvelles normes proclament l'incompatibilité entre les saveurs sucrées et salées», raconte-t-elle dans le quotidien national français Libération.

Et pourtant, dans son ouvrage publié en 1651, «le Cuisinier François», premier livre de cuisine à mettre en pratique les considérables innovations culinaires accomplies en France au XVIIe, François Pierre de la Varenne mettait en exergue du levreau, du faon ou de la langue de bœuf avec une sauce douce. Il évoque par ailleurs, la «tourte de veau», le «pâté à l'anglaise», les rissoles... qui étaient également sucrés!

Retour en grâce

Aujourd'hui, le sucré-salé est revenu en grâce sous l'impulsion de grands chefs qui ont su faire preuve d'audace et d'inventivité. Canard à l'orange ou aux pêches, poulet au chocolat, lapin aux pruneaux, boudin aux pommes, sans oublier le foie gras à la confiture d'oignons ou aux figues... Les recettes alliant le salé et le sucré sont sur toutes les cartes! Et ce subtil mariage s'exprime à tous les stades et pas seulement au niveau des plats salés aux notes sucrées. En matière de desserts, l'innovation est également au rendez-vous: poires au miel et au fromage, truffes au roquefort et Spéculoos...

Même les maîtres chocolatiers s'y sont mis en invitant le fenouil, le gingembre ou encore le curry dans le cacao. Mais on ne saurait parler de desserts sans évoquer les macarons chers à Pierre Hermé, l'un des plus grands pâtissiers et chocolatiers français. Ses créations ont révolutionné le monde de la pâtisserie et sont devenues sans conteste des icônes. On pense bien évidemment aux macarons au foie gras, au caviar, ou encore à la noisette et à la truffe blanche.

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Oiseau Volant du Soir le 24.09.2020 10:02 Report dénoncer ce commentaire

    On y mange bien au Palais

  • Lillo le 24.09.2020 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    évitez plutôt de manger trop sucré ou salé. Votre santé passe avant votre palais

Les derniers commentaires

  • Lillo le 24.09.2020 10:40 Report dénoncer ce commentaire

    évitez plutôt de manger trop sucré ou salé. Votre santé passe avant votre palais

  • Oiseau Volant du Soir le 24.09.2020 10:02 Report dénoncer ce commentaire

    On y mange bien au Palais