En Croatie

24 décembre 2019 08:47; Act: 24.12.2019 09:15 Print

À Zagreb, un musée célèbre... la gueule de bois

Il arrive aux fêtards de ne plus trop savoir ce qu'ils ont fait la nuit précédente. À Zagreb, un musée collectionne les histoires de gueule de bois et les reliques de soirées.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le «premier musée de la gueule de bois du monde» selon ses concepteurs, n'évoque pour l'heure que le côté festif des nuits d'ivresse. Mais ils assurent qu'il montrera bientôt les dangers inhérents à la consommation excessive d'alcool. «Le musée parle de certaines nuits entre le moment où l'on sort de boîte et le moment où l'on se réveille», dit à l'AFP Rino Dubokovic, 24 ans, qui a ouvert l'endroit, début décembre, avec son amie Roberta Mikelic, 24 ans également.

Il s'agit de «rassembler au même endroit les objets avec lesquels les gens se sont réveillés et les histoires qui vont avec, pour que certains puissent s'identifier», dit cette dernière. Alors que de nombreux musées dans le monde sont dédiés à l'alcool, les deux jeunes gens ont eu l'idée d'un endroit consacré aux cuites vécues après des discussions entre amis. L'un d'eux avait raconté s'être réveillé avec une pédale de bicyclette dans la poche sans la moindre idée de comment elle était arrivée là.

Capharnaüm de bouteilles renversées

Le tout petit musée expose souvenirs et reliques correspondant à 25 gueules de bois. Quatre salles racontent les étapes d'un laborieux retour à la maison. «Rue» est ornée de graffitis. Les «Miroirs» rappellent les vitrines des magasins qui reflètent le visage hagard du fêtard. Dans «Jardin», le visiteur entend les chants d'oiseau du petit matin. Dans «Chambre», là où les gens se réveillent après une virée alcoolisée, on trouve un capharnaüm de bouteilles renversées et de cendriers qui débordent.

Les visiteurs se voient proposer de la rakija, l'eau de vie locale, et peuvent jouer aux fléchettes avec sur le nez des lunettes spéciales simulant les effets de l'ivresse. Les témoignages sont racontés sur des pages affichées aux murs. Un jeune homme se souvient s'être présenté devant chez lui aux premières heures du matin et d'avoir montré sa carte d'identité à son père, policier en uniforme sur le point d'aller au travail. Il pensait se trouver à l'entrée d'une nouvelle boîte de nuit.

La petite cinquantaine de visiteurs quotidiens, souvent de jeunes touristes étrangers, pensent que le musée est une bonne idée.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marjorie Vandeputte le 24.12.2019 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont eu une excellente idée pour un musée mais c'est nous qui devait l'avoir en URSS/Russie où on boit beaucoup de vodka.

Les derniers commentaires

  • Marjorie Vandeputte le 24.12.2019 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont eu une excellente idée pour un musée mais c'est nous qui devait l'avoir en URSS/Russie où on boit beaucoup de vodka.