Santé

20 novembre 2019 07:23; Act: 20.11.2019 09:47 Print

De moins en moins d'additifs dans l'assiette

Un rapport français montre que ces dix dernières années, les industriels ont revu à la baisse les additifs dans les ingrédients de leurs produits.

storybild

Les aliments les plus riches en additifs sont «les viennoiseries et desserts surgelés, les produits traiteurs frais et les glaces et sorbets». (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

La pression des consommateurs semble avoir un effet sur le contenu de leur assiette: l'utilisation des additifs dans les aliments industriels a globalement diminué en dix ans, selon un rapport officiel français Oqali publié mercredi.

L'étude porte sur 30 000 produits dans une vingtaine de catégories, des barres de céréales aux plats préparés en passant par les boissons ou le chocolat. Premier constat: plus de trois-quarts (78%) des produits analysés contiennent au moins un additif. La majorité (53%) en contiennent au moins trois et une petite partie (4%) au moins dix. Les aliments les plus riches en additifs sont «les viennoiseries et desserts surgelés, les produits traiteurs frais et les glaces et sorbets», explique à l'AFP l'une des responsables de l'étude, Céline Ménard (Anses). Les «produits traiteurs frais» sont les aliments vendus au rayon frais que l'on mange souvent sur le pouce au bureau: sandwiches, plats préparés en barquette, salades...

Tendance à la baisse

Si 400 additifs sont autorisés par la réglementation européenne, seul un petit nombre est fréquemment utilisé. 42 additifs sont retrouvés dans au moins 2% de l'ensemble des aliments, mais seulement 8 sont identifiés dans au moins 10% de ces produits. Les plus fréquents sont l'acide citrique (E330, régulateur d'acidité), présent dans 23% des produits, les amidons modifiés (épaississants), dans 22%, et les lécithines (E322, émulsifiants), dans 17%.

La deuxième partie de l'étude met en évidence «une tendance à la baisse, notamment pour les additifs les plus utilisés», souligne Céline Ménard.

Nitrite présent

Globalement, il y a de plus en plus d'aliments sans additifs: depuis le début des années 2010, leur part est passée de 13,7% à 18,3%. Cette tendance est particulièrement marquée pour les produits traiteurs frais (où la part d'aliments sans additifs passe de 3 à 16%), les pizzas surgelées (de 23 à 32%) ou les plats préparés surgelés (de 15 à 19%).

Idem pour la charcuterie. Auparavant, seuls 3% de ce type de produits ne contenaient aucun additif, contre 9% aujourd'hui. Les additifs utilisés dans la charcuterie industrielle sont essentiellement les nitrites, dans le viseur des associations de consommateurs en raison de leur rôle dans l'apparition de certains cancers digestifs.

«Usage spécifique»

En revanche, «le nombre de produits avec additifs augmente significativement pour les compotes (10 points)», en raison notamment de «l'emploi d'antioxydants tels que l'acide ascorbique», selon le rapport.

En outre, contrairement à la tendance globale, quatre additifs sont plus utilisés qu'auparavant, qui relèvent tous d'un «usage spécifique»: les caroténoïdes (E160a, colorants), les carbonates de sodium (E500, levures), les pectines (E440, gélifiants) et les anthocyanes (E 163, colorants).

Cette étude n'a toutefois pas pour but d'aborder les conséquences des additifs sur la santé. «Elle fait un constat, ce n'est pas un travail d'évaluation des risques», souligne Céline Ménard.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stef le 20.11.2019 12:29 Report dénoncer ce commentaire

    On ne parle pas des améliorants, qui sont aussi des aditifs, mais qui n'apparaissent pas dans la liste...

  • Karen Bach le 20.11.2019 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Il y en a toujours trop. Et de touite façon on devrait proscrire totalement les produits transformés. Malheureusement, les Luxembourgeoises qui refusent de cuisiner sont de plus en plus nombreuses.

  • Tara le 20.11.2019 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    le vrai scandale c'est que même du Jambon BIO qui coûte un bras (et marque de Luxembourg !!. ) contient du sel nitrite.. Si vous voulez un bon jambon.. il faut le faire soi-même,

Les derniers commentaires

  • Stef le 20.11.2019 12:29 Report dénoncer ce commentaire

    On ne parle pas des améliorants, qui sont aussi des aditifs, mais qui n'apparaissent pas dans la liste...

  • Tara le 20.11.2019 09:17 Report dénoncer ce commentaire

    le vrai scandale c'est que même du Jambon BIO qui coûte un bras (et marque de Luxembourg !!. ) contient du sel nitrite.. Si vous voulez un bon jambon.. il faut le faire soi-même,

  • Karen Bach le 20.11.2019 08:26 Report dénoncer ce commentaire

    Il y en a toujours trop. Et de touite façon on devrait proscrire totalement les produits transformés. Malheureusement, les Luxembourgeoises qui refusent de cuisiner sont de plus en plus nombreuses.