Fashion Week

18 février 2020 15:21; Act: 18.02.2020 16:12 Print

Du haut de ses 105 cm, elle défie les stylistes

Militante pour une mode accessible à tous, l'Irlandaise Sinéad Burke, 29 ans, est devenue une voix qui compte dans le monde de la mode.

Sur ce sujet
Une faute?

Impossible de la rater à la Fashion Week de Londres. Aux défilés de Victoria Beckham ou de Roksanda, Sinéad Burke est au premier rang, à quelques places de la grande prêtresse de la mode, Anna Wintour. Au milieu des mannequins, stars de cinéma ou de la musique, son physique détonne, et pourtant, elle aussi arbore des tenues luxueuses.

«Aujourd'hui j'ai la chance de porter des créations de Victoria Beckham», dit-elle avant le défilé de l'ex Spice Girl. En l’occurrence un chemisier jaune canari orné d'une fleur noire, avec une jupe droite de couleur brune. Mais elle aurait pu choisir autre chose dans ses placards: «J'ai du Gucci, du Prada, du Dior, du Balenciaga, du Christopher Kane, du Burberry...», énumère-t-elle.

Tout a commencé par un TED Talk

Comment cette jeune institutrice brune de Dublin est-elle devenue la première personne de petite taille à faire la couverture de Vogue?

Tout a commencé en mars 2017 par un TED Talk, conférence vidéo diffusée sur Internet, intitulée «Pourquoi le design devrait inclure tout le monde». L'Irlandaise y parlait en toute franchise des obstacles rencontrés dans sa vie quotidienne, lorsque le simple fait d'utiliser des toilettes publiques relève du parcours du combattant, car sa taille ne lui permet pas de verrouiller la porte ou d'accéder au lavabo.

La vidéo, qui comptabilise aujourd'hui 1,4 million de vues, a fait office de déclic pour certains. «C'est tombé un moment où les gens réfléchissaient au design et à la question de l'accessibilité et pensaient à l'industrie de la mode d'une manière différente pour la première fois, donc il y a eu des progrès».

En couverture de «Vogue»

La militante a poursuivi ses efforts. En février 2018, elle tirait la manche de la veste d'Edward Enninful, le rédacteur en chef de Vogue, à un défilé Burberry. Quelques mois plus tard, elle faisait la une de l'édition de septembre 2019 du Vogue britannique, sélectionnée par l'épouse du prince Harry, Meghan Markle parmi quinze personnalités qui «changent le monde».

Les plus grands créateurs ont conçu pour elle des vêtements sur mesure, «un honneur et un privilège» pour cette fashionista, mais son objectif n'est pas là: «Ce que je veux c'est qu'on voit le handicap comme de la customisation, quelque chose que connaît l'industrie de la mode, et qu'on en fasse un outil disponible pour tous».

Plus que des symboles, elle désire une révolution systémique et un changement de point de vue afin qu'«une ado de 18 ans qui étudie le marketing à l'université, qui est de petite taille comme moi, puisse se dire qu'elle peut travailler pour Victoria Beckham ou Gucci».

L'Irlandaise anime un podcast («As me») où elle mène des entretiens avec des personnalités sur le thème de l'identité et de la différence. Elle collabore aussi avec l'Open Style Lab, une organisation qui travaille à créer des vêtements portables par des personnes handicapées et combinant confort et style.

«Je pensais que je serais prof toute ma vie»

«L'idée n'est pas forcément de créer une collection commercialisable mais que les jeunes stylistes apprennent comment travailler avec différents types de corps et qu'ils apportent ces compétences dans leurs futures entreprises», explique l'Irlandaise. Pour changer les choses, il faut toucher les PDG et les directeurs créatifs mais aussi «la nouvelle génération de designers».

Petit à petit, «il y a une meilleure représentation et visibilité des personnes handicapées dans les défilés», observe Sinéad Burke, citant en guise d'exemple Aaron Philip, 18 ans, première mannequin noire, transsexuelle et handicapée à avoir rejoint une grande agence de mannequins, Elite.

Le chemin reste toutefois long pour transformer en profondeur «l'industrie la plus exclusive du monde», souligne la jeune femme. Mais elle reste optimiste: «Je pensais que je serais prof toute ma vie, et me voici, à la Fashion Week de Londres!».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.