Covid-19

03 avril 2020 09:21; Act: 03.04.2020 10:45 Print

Seattle construit des tiny houses pour les SDF

La ville de Seattle facilite désormais la construction en urgence de petits logements destinés aux sans-abri. Le but est de les protéger face au coronavirus.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Comme partout, le coronavirus se propage également de manière fulgurante aux États-Unis. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies recommandent aux citoyens de rester chez eux dans la mesure du possible et de garder des distances de sécurité en société pour ralentir la propagation du virus.

Seattle va même encore plus loin en aidant les SDF à se protéger. Pour cela, la ville a accéléré la procédure d'octroi de permis de construire de parcs de tiny houses, des petits logements destinés tout particulièrement aux pauvres et aux sans-abri.

Prêtes en quelques semaines

D'après la station de radio KOMO News, les responsables ont accordé à la ville de Seattle l'autorisation de construire 40 parcs de micromaisons, dont le premier devrait être achevé d'ici quelques semaines.

Une vingtaine de maisons miniatures sont actuellement en construction. Selon Sharon Lee de l'association Seattle's Low Income Housing Institute (LiHi), tous les participants au projet mettent les bouchées doubles: «En temps normal, il faudrait compter plusieurs mois pour construire un tel parc. Notre objectif est d'y arriver en moins de quatre semaines», dit-elle.

Espacées de deux mètres

Les maisonnettes sont financées par l'argent de l'association elle-même et celui d'importants donateurs. Des bénévoles, parmi eux de nombreux étudiants, consacrent leur temps libre pour aider à les monter. «C'est vraiment beau de voir combien cette crise nous rapproche. Les jeunes se montrent particulièrement serviables», souligne Lee.

Qu'il s'agisse de tiny houses ou autres, il est extrêmement important de respecter un périmètre de sécurité de deux mètres. La plupart du temps, cette règle de distance ne fonctionne pas dans les foyers pour sans-abri, mais cela sera possible dans les minimaisons. Dans une déclaration à la presse, la maire de Seattle, Jenny Durkan, a rappelé que «nos concitoyens sans-abri sont plus exposés au coronavirus que nous. En tant que ville, région et pays, nous devons entreprendre quelque chose pour lutter contre cela».

Plus à risque

Interrogé par le Seattle Times, Leo Flor, directeur du Department of Community and Human Services, s'est exprimé au sujet du risque. Selon lui, «c'est un vrai problème». Il y a de nombreuses personnes, en particulier chez les sans-abri, en mauvais état de santé et présentant des antécédents médicaux, qui ne survivraient que difficilement au virus.

«Plusieurs foyers pour sans-abri nous ont dit que des personnes avec des symptômes de coronavirus avaient déjà essayé d'y trouver refuge. Dans ces dortoirs, les personnes ne sont parfois espacées que de quelques centimètres les unes des autres. Une vraie quarantaine n'y est tout simplement pas possible», affirme Leo Flor. L'association LiHi espère que les premiers bénéficiaires pourront emménager dans les nouvelles micromaisons, dès le début du mois d'avril.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Issie77 le 03.04.2020 09:54 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une très belle initiative. Si toutes les villes du monde feraient pareils, il y aurait moins SDF.

  • cerise le 03.04.2020 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tres bonne idee enfin

  • Ben voyons le 03.04.2020 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A Seattle Amazon possède un important parc immobilier faisant grimper les loyers à un tel niveau dans cette ville que beaucoup d'habitants ne peuvent se permettre de louer un appart' et vivent dans des tentes sur les trottoirs alors qu'ils ont un job. La mairie a voulu voter une loi pour reguler

Les derniers commentaires

  • bonsens le 04.04.2020 09:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est encore une idée de lunatiques

  • Ben voyons le 03.04.2020 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A Seattle Amazon possède un important parc immobilier faisant grimper les loyers à un tel niveau dans cette ville que beaucoup d'habitants ne peuvent se permettre de louer un appart' et vivent dans des tentes sur les trottoirs alors qu'ils ont un job. La mairie a voulu voter une loi pour reguler

  • Germain le 03.04.2020 13:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comme quoi, quand on veut vraiment, on peut ...

  • cerise le 03.04.2020 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tres bonne idee enfin

  • Guddesou le 03.04.2020 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    Belle initiative,je crois que les américains vont enfin comprendre qu'il faut faire plus contre les inégalités sociales