Justice au Luxembourg

26 juin 2020 11:14; Act: 26.06.2020 12:14 Print

15 personnes portent un bracelet électronique

LUXEMBOURG – Sam Tanson, ministre de la Justice, a donné vendredi des précisions sur l’utilisation du bracelet électronique dans le pays.

storybild

Le bracelet électronique est prévu comme alternative aux peines allant jusqu'à trois ans de prison. (photo: AFP/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Le port du bracelet électronique continue d’être utilisé pour les personnes condamnées au Luxembourg, comme alternative à la prison, par exemple en fin de peine. Actuellement, 15 personnes sont contraintes d’en porter un, a indiqué vendredi Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Justice, en réponse à une question du député Léon Gloden (CSV). Le bilan de la mesure, possible pour les peines allant jusqu’à trois ans de prison, serait «très positif».

Au total, sept personnes se sont vu imposer le port du bracelet électronique entre le 1er janvier et le 1er juin. Les cinq années précédentes, le nombre a varié entre 34 et 51, pour des durées très variables. Sur les 209 derniers porteurs du bracelet, 108 ont bénéficié par ce biais d’une libération conditionnelle, tandis que 92 ont été condamnés uniquement à porter l’équipement, sans passer par la case prison. Les neuf autres ont eu droit à une suspension de peine, prononcée lorsque le détenu est libéré avant terme, grâce à son bon comportement.

Les juges imposent le bracelet électronique d’abord pour les délits contre la propriété (31% des cas), puis pour les délits contre les personnes (26%) et les affaires de drogues (18%). L’outil n’est pas prévu pour les personnes condamnées pour des violences domestiques, par exemple, mais des discussions en ce sens ont lieu, rappelle la ministre.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vakanz doheem le 26.06.2020 14:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui sont accusés comme dealers de drogue devraient tous en porter un. Je suis certain qu'il y aurait très vite une pénurie.

  • Unicorn le 26.06.2020 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    Ne sous-estimez pas les moyens de la justice - je présume que les commandes de bracelets sont déjà en cours pour confiner les futurs infectés du coronavirus.

  • ? le 26.06.2020 12:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alors d'après vous, les femmes ne commettent pas de crimes?

Les derniers commentaires

  • givenich le 28.06.2020 09:19 Report dénoncer ce commentaire

    pourvu qu il en reste assez pour les politiques et magouilleurs en tous genres

  • citoyen le 27.06.2020 22:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on commence par mohamed

  • citoyen le 27.06.2020 21:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    j'aimerais bien mettre un a ma maitresse

  • MarcC le 27.06.2020 19:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @réaliste, tes propos sont contre les droits de l’homme concernant les travaux forcés et pourquoi pas encore l’esclavagisme tant que tu y aies, c’est honteux.

  • prune53 le 27.06.2020 18:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Est on sûr que les déplacements des concernés sont contrôlés ?