Rapport de la CNS

28 octobre 2020 12:36; Act: 28.10.2020 15:32 Print

84% des contrôles sont déclenchés par l'employeur

LUXEMBOURG - La CNS a effectué 2 664 contrôles de malades en 2019: près de neuf sur dix avaient été initiés par le patron du salarié concerné.

storybild

Lors de 60% des contrôles, les inspecteurs ont trouvé la personne à son domicile ou au lieu de séjour déclaré.

Sur ce sujet
Une faute?

En 2019, sur les 2 664 contrôles de personnes ayant déclaré être en incapacité de travail, 84% avaient été déclenchés par l'employeur contre seulement 21% en 2017.

La faute à une nouvelle stratégie de la CNS qui mise sur «l'efficacité». «Les contrôles demandés par les patrons sont plus efficaces et sont privilégiés et le fonctionnement au Contrôle médical de la sécurité sociale s'organise autrement», a indiqué l'institution, contactée par L'essentiel. Ainsi, le nombre de contrôles initiés par la CNS s'est littéralement effondré, passant de 9 856 en 2017, à 4 198 en 2018 et... 431 en 2019.

À noter que lors de 60% des contrôles, les inspecteurs ont trouvé la personne à son domicile ou au lieu de séjour déclaré. Et en cas d'absence, 81% des personnes ont été valablement excusées. 508 absences (19%) n'ont toutefois pas été justifiées. Ces dossiers sont instruits par la CNS, qui peut prononcer des amendes d'ordre (450 euros). En 2019, seules trois amendes de ce type ont été délivrées.

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Médaille Fields le 28.10.2020 13:43 Report dénoncer ce commentaire

    Vous pouvez m'expliquer la relation entre "plus d'un sur dix" et "84"? Nous n'avons pas les mêmes notions de mathématiques je pense...

  • Johnny Bigode le 28.10.2020 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    'La CNS a effectué 2 664 contrôles de malades en 2019: plus d'un sur dix avait été initié par le patron du salarié concerné.' quelqu'un peut m'expliquer les calculs à la Essentiel?? A l'école primaire dans les années 80, on m'a appris que 84% = 8,4 personnes sur 10, mais apparemment ça a changé depuis.

  • Angoiser le 28.10.2020 13:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vue que les patrons lance les contrôles nous devrions faire plus de plaintes pour que l’ITM contrôle aussi les patrons

Les derniers commentaires

  • pffff le 29.10.2020 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beee oui malheureusement ils faudrait bcp plus de contrôles il y en a pr un oui un non ils restent a la maison et puis on emmerde les gens qui ont des cancers ou des conséquences après un accident.... qui eux doivent se justifier Remettons un peu les choses a leur place

    • Pierre le 29.10.2020 16:11 Report dénoncer ce commentaire

      Bonne idée, et pourquoi pas aussi donner le moyen aux personnes malades de par un stress excessif, ou proches du burn out, en sous-effectif, ... de s'exprimer, que la CNS fasse suivre que l'encadrement peut aussi assumer sa part de responabilité des malades effectifs ou à venir

  • censuré le 29.10.2020 12:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    responsable d'une équipe, il y a de nombreuses années, j'ai vue une collègue en congé de maladie fréquemment se pavaner sur une terrasse d'un café un soir d'été alors que nous devions assumer son travail, merci à la CNS de sactionner ces abus.

  • realite le 29.10.2020 12:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Par contre quand un collègue a le corona on continu de bosser ps logique

  • zouzou le 28.10.2020 23:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Faux car en Belgique, c’est le cas aussi. Des suspicion, l’employeur peut demander un contrôle. En général un employeur demande un contrôle pour les personnes qui ont des absences répétées et ne se focalisent pas sur l’employé qui est malade rarement

  • WhaleWhisperer le 28.10.2020 21:27 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce que l'employeur doit payer une amende administrative pour fausse alerte à la CNS ou au Ministère de la Santé, si un contrôle fait à la demande de l'employeur démontre que sa suspicion d'abus était non-fondée?

    • @Whale le 29.10.2020 13:37 Report dénoncer ce commentaire

      Non.