Les réponses des CFL

30 octobre 2019 07:00; Act: 30.10.2019 10:47 Print

Comment lutter contre les frotteurs dans les trains?

LUXEMBOURG - Les CFL sont également concernés par le harcèlement sexuel dans les gares et les trains. D'où l'utilisation de la vidéosurveillance.

storybild

Au moins 8 cas de harcèlement sexuels contre des clients ou des agents ont été rapportés aux CFL en 2019. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Les récents témoignages de femmes victimes de «frotteurs» sur la ligne Luxembourg-Metz remettent en lumière l'indispensable lutte contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun. Le phénomène n'est pas nouveau et concerne malheureusement de nombreuses lignes, notamment les plus fréquentées.

Aux CFL, six cas de harcèlement sexuels contre des usagers et deux contre le personnel CFL ont été rapportés en 2019, ont indiqué les chemins de fer luxembourgeois à L'essentiel. Et combien d'autres femmes qui n'ont pas osé rapporter leur expérience traumatisante?

«Les clients sont invités à signaler immédiatement tout harcèlement au personnel, qui se tient toujours à disposition en cas de besoin», répondent les CFL, qui comptent «mettre en place en continu des actions ciblées», afin de «transmettre un sentiment de sécurité optimal».

«Dissuader, identifier et renforcer le sentiment de sécurité subjectif des clients»

Le problème est pris très au sérieux. Plus concrètement, la lutte contre ce type de comportement indigne passe par l'identification des «frotteurs». À ce titre, l'exploitation des caméras de surveillance constitue le moyen le plus efficace, en plus d'une présence accrue d'agents.

Les CFL comptaient en 2018, 1 239 caméras dans les trains et 424 dans 27 arrêts et gares. Tous les bus en sont également équipés. «Le but de la vidéosurveillance est la dissuasion, l’identification des auteurs et le renforcement du sentiment sécurité subjectif des clients». Difficile en effet d’annihiler complètement tout risque d'agression...

Des formations destinées spécifiquement à ce genre d'agression, avec notamment des ateliers de self-defense, sont également offertes aux agents des CFL, qui bénéficient de l'appui d'agents de sécurité «dans tous les trains "sensibles"».

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fullemett le 30.10.2019 07:57 Report dénoncer ce commentaire

    L'autre jour, j'ai observé un homme qui a ouvert le sac à main d'une femme avant d'y enfiler sa main. Je suis intervenu en prévenant la femme concernée ainsi que les gens qui étaient la. Il y avait pratiquement que des hommes autour de nous et tout le monde nous a ignoré, alors que j'ai signalé clairement et à plusieurs reprises que l'homme avait mis la main dans le sac de la dame. Rien à faire, ils nous ont laissés seuls face au pickpocket. On aurait pu croire qu'aux yeux des gens, c'était nous les fouteurs de troubles et pas le voleur. Ecouerant, surtout du point de vue de la victime.

  • incivilité le 30.10.2019 11:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Wagon pour femmes - comme au Japon

  • Merci le 30.10.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ce qui touche à la sécurité (matériel et personnel) ne devrait pas exister. Nous créons tout cela pour gérer quelques personnes sans gènes et sans éducation. Ils suffirait de bien plus punir les fautifs pour les dissuader de recommencer. Un voleur, on lui coupe la main, un frotteur on lui coupe...

Les derniers commentaires

  • Honte a lui p'titi b... le 30.10.2019 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    Un tazer dans la poche et au premier frottement une bonne petite décharge de X mille voltes... blague a part ce genre de mec devrait être sortis du train foutu a poil et laissé au bord du quai avec un panneau "je suis un pervers avec une petite... qui c'est fait prendre!"

  • Comment lutter? le 30.10.2019 13:14 Report dénoncer ce commentaire

    Un bon coup de genou stratégiquement placé !

  • Merci le 30.10.2019 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Tout ce qui touche à la sécurité (matériel et personnel) ne devrait pas exister. Nous créons tout cela pour gérer quelques personnes sans gènes et sans éducation. Ils suffirait de bien plus punir les fautifs pour les dissuader de recommencer. Un voleur, on lui coupe la main, un frotteur on lui coupe...

  • Jimmy le 30.10.2019 11:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous vous rendez compte qu’il y aura toujours un contrôleur a bord pour bien verifier que tout le monde est entré et sorti du train en securité a chaque arrêt et pour contrôler les usagers en 1ere classe, n’est-ce-pas?

  • incivilité le 30.10.2019 11:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Wagon pour femmes - comme au Japon

    • democratie le 30.10.2019 14:55 Report dénoncer ce commentaire

      on es en Europe ici, Europe = démocratie. si l'homme ne sais pas se tenir behhhhh il faut le punir sévèrement...

    • Coup de pied le 30.10.2019 16:34 Report dénoncer ce commentaire

      C'est fou ce monde avec ces pervers en tout genre.