Santé au Luxembourg

29 novembre 2019 17:20; Act: 29.11.2019 17:43 Print

Des contrôles pour les tatouages, piercings et UV

LUXEMBOURG - Le gouvernement a annoncé ce vendredi que des contrôles de conformité seront assurés par des policiers chez les tatoueurs, les perceurs et dans les solariums.

storybild

La loi du 24 mai 2018 avait fixé les conditions d’hygiène et de salubrité relatives aux tatouages, aux piercings et aux séances UV. (photo: Editpress/Fpizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

Les métiers de tatoueur, les activités de piercing et les solariums s'étaient vu donner un cadre légal en mars 2018. Dans la «même démarche de qualité», le gouvernement a annoncé ce vendredi le renforcement de la protection des personnes souhaitant se faire tatouer.

Ainsi, des contrôles de conformité pour ces métiers et activités seront effectués par des officiers de police judiciaire. «C'est une démarche dans l’intérêt de la sécurité des clients, explique Étienne Schneider, le ministre de la Santé, dans un communiqué. Une réglementation stricte dans ce domaine protégera davantage la personne qui souhaite faire recours à ces techniques contre des risques sanitaires qui peuvent en découler, si elles ne sont pas réalisées selon les règles de l’art».

Risques de propagation de virus

À ce titre, le Conseil de gouvernement a approuvé le texte du projet de règlement grand-ducal qui a pour objet de mettre en place le programme et la durée de la formation professionnelle spéciale des fonctionnaires chargés du contrôle des conditions d’hygiène et de salubrité à respecter par des personnes pratiquant des techniques de tatouage, du perçage, branding, cutting, ou qui exploitent des cabines de bronzage UV.

Dans la mesure où les actes en question exposent le client à des risques qui peuvent varier de simples infections à la propagation de virus tels le sida ou l’hépatite, la loi du 24 mai 2018 avait fixé les conditions d’hygiène et de salubrité relatives à la pratique des techniques en question.

Dans ce cadre, le ministère de la Santé a rappelé que la période de carence de 24 mois - dont disposent les personnes pratiquant des techniques de tatouage, du perçage, branding, cutting, ou qui exploitent des cabines de bronzage UV pour se mettre en conformité avec les dispositions de la loi du 24 mai 2018 - viendra à échéance le 1er juin 2020. À partir de cette date elles pourront donc faire l’objet de contrôles et, le cas échéant de suites pénales si des infractions sont constatées.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Victot le 29.11.2019 19:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon la police ??? Ils n’ont aucune compétence en matière d’hygiène sanitaire et médicale pour contrôler les tatoueurs.... Je pense plutôt à des médecins du service de santé devraient contrôler ces commerçants... au lieu d’être dans leurs bureaux !!!! Un monde à l’envers ici !!’

  • Dédé le 30.11.2019 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ah ah, elle est bien bonne celle-là, je connais personnellement deux tatoueurs ici à Luxembourg, les deux travaillent au noir et directement à leur domicile, et vous savez qui sont justement leur clients les plus fidèles ? et bien oui, des policiers...

  • Luxo le 30.11.2019 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Pour commencer il faudrait interdir les tatouages sur les enfants de moins de 18 ans , même avec l'accord des parents. Ensuite il faudrait avoir l'obligation de faire une déclaration à la CNS ou un organisme de contrôle avant que le tatoueur puisse commencer les travaux sur un client en indiquant le prix et la nature de la prestation. Cette autorisation permettrait de contrôler les tatoueurs et les clients , Pour lutter contre le travail au noir, les travaux payés en espèces qui échappent aux impôts et les conditions d 'hygiène d'un acte qui met en péril la santé des taoués, percés et lacérés

Les derniers commentaires

  • kilian le 30.11.2019 20:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si toutes les conditions d'hygiène sont ok pourquoi pas . Il y a bien une flopée de filles qui font les ongles et ne stérilisent sûrement pas leurs pinces et autres instruments.

  • Médusé le 30.11.2019 12:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ha c'est sûr que les adeptes du tattoo ne vont jamais dénoncer un tatoueur malhonnête ! c'est pour leur plaisir alors...

    • Sofio le 01.12.2019 04:36 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas vrai. Quand on veut se faire tatouer, on a le droit demander le prix en avance. Et puis, se faire dépister régulièrement des maladies (tout en conservant un train de vie normal), on sait d'où provient la maladie. Par contre, si on est un cas isolé, c'est très difficile de prouver ces faits

  • Dédé le 30.11.2019 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Ah ah, elle est bien bonne celle-là, je connais personnellement deux tatoueurs ici à Luxembourg, les deux travaillent au noir et directement à leur domicile, et vous savez qui sont justement leur clients les plus fidèles ? et bien oui, des policiers...

  • Luxo le 30.11.2019 07:56 Report dénoncer ce commentaire

    Pour commencer il faudrait interdir les tatouages sur les enfants de moins de 18 ans , même avec l'accord des parents. Ensuite il faudrait avoir l'obligation de faire une déclaration à la CNS ou un organisme de contrôle avant que le tatoueur puisse commencer les travaux sur un client en indiquant le prix et la nature de la prestation. Cette autorisation permettrait de contrôler les tatoueurs et les clients , Pour lutter contre le travail au noir, les travaux payés en espèces qui échappent aux impôts et les conditions d 'hygiène d'un acte qui met en péril la santé des taoués, percés et lacérés

    • Klein le 30.11.2019 09:17 Report dénoncer ce commentaire

      La CNS est une caisse de maladie et non un organisme de contrôle. De plus, le tatouage n'a rien à voir avec les acteurs de santé, ni de proche, ni de loin.

  • Yumi Bear le 30.11.2019 00:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfin . Quand je vois que certaines salons de tatouages propose aux clients dans les discothèques ou dans les soirées aux bars... je me demande comment ils peuvent obtenir l’autorité pour faire ce genre de chose......