Au Luxembourg

16 janvier 2020 08:00; Act: 16.01.2020 10:01 Print

Des jours d'absence en plus pour les parents seuls?

LUXEMBOURG - Un couple bénéficie aujourd'hui du double de jours de congés pour enfant malade par rapport à un parent isolé. Une mère veut modifier ce système.

storybild

«De nos jours il y a de plus en plus de familles "non conventionnelles" et les enfants ne sont pas forcément en garde partagée», regrette la jeune femme à l'origine de la pétition. (photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Nessoum Ouzren n'y va pas par quatre chemins pour motiver sa demande: il faut «rétablir une équité». La jeune femme de Schifflange, employée au Luxembourg, se fait la porte-parole de tous ces parents isolés qui «font face à de nombreuses difficultés dans leur quotidien, car ils gèrent tout et seuls». Et parmi ces difficultés, celle de s'absenter du travail lorsque l'enfant est malade. «De plus en plus d'individus se retrouvent dans une situation difficile, car leurs jours de congés pour raisons familiales sont écoulés deux fois plus vite qu'un couple», glisse celle qui est elle-même maman célibataire d'un enfant.

Au Luxembourg en effet, un papa ou une maman seul(e) dispose aujourd'hui de douze jours de congés pour enfant malade, couverts par la CNS, à prendre entre la naissance et les quatre ans du petit. «C'est deux fois moins qu'un couple, regrette Nessoum Ouzren, il serait juste que ces familles à part entière et qui sont de plus en plus nombreuses, bénéficient des même droits». En l'occurrence 24 jours et non plus 12 entre zéro et quatre ans, 36 jours et non plus 18 de quatre à 13 ans, et dix jours contre cinq entre 13 et 18 ans.

«Les enfants ne sont pas forcément en garde partagée»

«En appelant la CNS, la personne m'a dit, "mais vous savez, c'est aussi douze jours pour le conjoint"... et j'ai répondu "oui mais je suis seule"... la personne n'a su quoi répondre», raconte-t-elle: «On raisonne en tant que famille conventionnelle papa-maman-bébé, mais de nos jours il y a de plus en plus de familles "non conventionnelles" et les enfants ne sont pas forcément en garde partagée».

Pour attirer l'attention sur sa demande, la jeune femme a déposé une pétition ouverte aux signatures sur le site de la Chambre, depuis le 10 janvier, et jusqu'au 20 février. Si cette pétition atteint 4 500 signatures, le sujet fera l'objet d'un débat public entre pétitionnaire, ministres concernés et députés.

(nc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ray le 16.01.2020 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je crois qu’on est entrain de parler d’un cas extrême ou un des parents ne voudrait pas s’occuper de son enfant ... Pour les veuves seules ça serait logique et pour les gardes exclusives également mais pour les autres non ! On ne peut pas accepter un système qui privilégie la monoparentalité, ce n’est pas bon pour l’enfant.

  • sabri80 le 16.01.2020 15:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je suis maman seule il n’y a pas de papa du tout et c’est effectivement pas toujours évident. mais je pense qu’il y aurait trop d’abus si une telle loi devrait être voté. je trouve que nous n’avons vraiment pas à nous plaindre ici au luxembourg concernant nos droits, nos congés social/familial.

  • jungl le 16.01.2020 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des patrons qui accordent des chaque mardi libre pour que le salarié devenu grand mère puisse s occuper de sa petite fille ou accorde des chaque jeudi libre pour que l’ employée puisse s occuper de son enfant de ..14/15 ans ( pas handicapée ) et refuse à d autres des jours libre pour par ex pour suivre des cours . C est de la discrimination et pas collégial . Il existe des crèches / foyers et des nourrisses . cependant pour les parents avec des enfants en très bas âge où il faudrait leur donner plus de temps libre

Les derniers commentaires

  • Mystère de l'amour le 17.01.2020 12:58 Report dénoncer ce commentaire

    Dire que quand j'étais enfant, j'avais toujours l'image que chaque enfant a un papa et une maman ensemble. Aujourd'hui, c'est presque devenu une utopie. Pourtant, l'amour seul permet de réaliser ce rêve, parce que quand qu'on s'aime vraiment, on est unis jusqu'à ce que la mort nous sépare.

  • madmed le 17.01.2020 07:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans le fond elle a raison. mais d'un autre côté l'employeur risque d'avoir des difficultés car l'absence de l'employeur monterait à 24 jours. c'est énorme pour une petite entreprise.

  • Decue des transports publics le 16.01.2020 18:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est une bonne alternative ; qui est juste et éviterait les abus.

  • paem le 16.01.2020 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour info, il existe un service de garde d'enfant malade à domicile qui est très bien et qui est facturé en fonction des revenus, donc une bonne alternative pour les parents seuls au Luxembourg. Quant au sujet en suestion, je pense qu'il est justifié d' accorder plus de jours au parent qui a la garde, mais pas le double, et certainement pas aux 2.

  • patdevelours le 16.01.2020 17:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça n exite pas encore des enfants qui n ont qu un parent. Ce qui exite c est un des deux qui n assume pas sa responsabilité