Projet au Luxembourg

19 mars 2019 08:00; Act: 20.03.2019 08:07 Print

«Le luxembourgeois a un déficit de statut»

LUXEMBOURG - Marc Barthelemy, nouveau commissaire à la langue luxembourgeoise, livre ses pistes de réflexions à «L'essentiel». La priorité? L'enseignement.

storybild

L'offre de cours de luxembourgeois pour adultes est insuffisante. (photo: Editpress/Fpizzolante)

Sur ce sujet
Une faute?

Nommé en octobre dernier au tout nouveau poste de commissaire à la langue luxembourgeoise, Marc Barthelemy a détaillé à L'essentiel les principales pistes qu'il s'apprête à livrer au gouvernement à l'automne prochain. Un défi immense pour une langue «en déficit de statut», notamment au niveau de l'Union européenne. «Le luxembourgeois ne fait pas partie des langues officielles. Cela complique la donne lorsqu'il s'agit d'obtenir un financement pour des études par exemple», explique-t-il.

Avant cela, il apparaît urgent de fixer des règles concernant l'écriture du luxembourgeois. «Il faut un dictionnaire plus complet, mais également une grammaire approfondie. Un département de l'Université du Luxembourg planche actuellement sur le sujet».

Le «gros problème» de l'enseignement

La principale problématique concerne toutefois l'enseignement de la langue. «Un gros problème», d'après Marc Barthelemy. Dans un contexte de forte dynamique sur le marché de l'emploi, de plus en plus de résidents étrangers cherchent à apprendre le luxembourgeois. Et l'offre en la matière arrive à saturation. «Beaucoup d'adultes s'inscrivent dans des cours, et il n'est pas facile de répondre à la demande», reconnaît l'ancien professeur.

Le ministère de l'Éducation nationale, lui-même, évoque «l'urgence de réaliser un état des lieux de la demande et de l'offre des cours pour adultes». Au cœur du problème, un manque d'enseignants, d'infrastructures, mais également une offre de cours pas assez diversifiée. «Tout le monde se retrouve dans les mêmes cours, sans que l'on tienne compte des différences de niveau ou encore de l'origine linguistique des apprenants», conclut le commissaire à la langue.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Loris le 19.03.2019 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Comment voulez-vous apprendre une langue que vous ne voyez jamais écrite et que personne n'utilise jamais autour de vous pendant la journée ?

  • Letzebuerg le 19.03.2019 08:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le problème nest pas tant l'apprentissage de la langue (qui est plus une question de volonté de que de manque d'offre de cours) mais la pratique de la langue. quand vous travaillez avec des personnes qui ne parlent pas la langue, que les commerçants vous répondent systématiquement en français et que les natifs du pays vous répondent dans votre langue car ils décèlent votre accent quand vous tentez de parler luxembourgeois, comment voulez vous progresser ? l'immersion totale, la clé de l'apprentissage, est elle envisageable ?

  • Janus le 19.03.2019 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Je pense que la fracture au sujet de la langue entre Luxembourgeois et non-Luxembourgeois vient du fait de l'appréciation que chacun a du Luxembourg, avec d'un côté des Luxembourgeois qui travaillent ensemble (fonction publique, enseignement, etc.) et des étrangers qui eux sont plutôt dans le privé et qui ne sont en contact qu'avec des étrangers. Chacun vit dans son monde et ne connaît rien de celui de l'autre. D'où deux perceptions et deux jugements de valeurs...

Les derniers commentaires

  • Donald le 20.03.2019 17:19 Report dénoncer ce commentaire

    Le «gros problème» de l'enseignement : c'était le point pricipal du sujet, Et bien comme d'abitude ,on a méchament digréssé.

  • Robi de Wiltz le 20.03.2019 13:08 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis surpris qu'autant de personnes s'inscrivent à ces cours. Étant moi-même né au Nord du Luxembourg de parents français, j'ai mis longtemps avant de maîtriser le luxembourgeois vu sa difficulté. Du coup, je respecte beaucoup ces gens qui le font par respect et surtout par amour du pays. Bonne chance à eux ! Même s'ils n'y arrivent pas, le français ou l'allemand suffit ici. Ceux qui ne le croient pas connaissent sûrement que Luxembourg-ville. Sachez qu'il y a aussi l'Oesling, le Müllerthal, la Moselle, le Gutland et les Terres Rouges (sauf Belval) où l'anglais est inutile. ;)

  • Zan le 20.03.2019 11:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je n'arrive toujours pas à comprendre les expressions de certaines personnes. De ne pas vouloir apprendre une langue dans un pays qui me donne et rempli mon plat de bouffe tous les jours, c'est du non respect envers ce pays. Mais il faut donner de sois même, du temp et de l'envie de le faire, car si je vais au beau milieux d'un autre pays, même si ce n'est que pour passer des vacances, je dois essayer de m'exprimer dans la langue du pays et je ne peut pas prétendre qu'ils me comprennent là dans n'importe quelle langue que je sais pratiquer.

    • Diane Zimny le 20.03.2019 14:02 Report dénoncer ce commentaire

      @Zan : Déjà l'utilisation de l'expression délibérément dégradante "pays qui me donne et rempli mon plat de bouffe" est une hypocrisie: ce n'est valable que pour les fonctionnaires et assimilés. C'est le travail de tout un chacun qui le fait vivre, et le peuple luxembourgeois n'y est pas pour grand chose. L'argent qui paie la part des salariés des secteurs de la banque et de l'assurance est tout sauf luxembourgeois.

    • Paul le 20.03.2019 14:44 Report dénoncer ce commentaire

      @Zan, ce pays a trois langues, ne l'oubliez pas, ouvrez vos yeux et lisez ce qui vous entoure et vous comprendrez peut-être.

    • Julien le 20.03.2019 14:52 Report dénoncer ce commentaire

      Et Zan, et si tu vas vivre à Monaco, tu fais quoi, tu vas apprendre le monégasque alors que tout le monde y parle français ? Et en Irlande, l'irlandais (98 % d'anglophones), et à Malte, tu vas apprendre le maltais ? Ben oui, faut rester cohérent avec tes propos, puisque pour toi, il faut apprendre la langue du pays (ou langue nationale)...

    • Kurry le 20.03.2019 15:02 Report dénoncer ce commentaire

      Zan semble oublier aussi que le "pays qui lui donne et remplit..." est composé à 50% d'étrangers mais aussi de 200.000 frontaliers qui eux aussi lui remplissent son plat de bouffe" tous les jours.

    • Loufoque le 20.03.2019 15:06 Report dénoncer ce commentaire

      Zan, derrière un pays, il y a des hommes et des femmes...

  • Henry Lachard le 20.03.2019 11:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Anglais pour tous et tout ira bien dans le futur. On m'a demandé de savoir parlé luxembourgeois au recrutement a mon travail et je ne l'ai jamais utilisé. Toujours l'anglais

  • Alison le 20.03.2019 11:30 Report dénoncer ce commentaire

    Un dialecte met plusieurs centaines d'années pour devenir une langue, mais pour cela, il a dû développer une grammaire et une orthographe codifiées, ses racines, elles les a développées dans son histoire et sa culture, c'est un processus très long et très lent. Ici, on fait tout a l'envers, on lui donne un statut de "langue" en une seule nuit, avec une signature au bas d'un article de loi et on nous "voilà, c'est fait, c'est une langue", puis 35 ans plus tard, on cherche à lui inventer une grammaire et une orthographe. Et aujourd'hui, on s'étonne que même l'Europe ne la reconnaît pas...

    • @Alison le 20.03.2019 13:13 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pas a l'Europe de reconnaître une langue ou non, c'est au pays d'en demander la reconnaissance au niveau européen. donc le fait que l'Europe ne reconnaît pas la langue Luxembourgeoise n'a rien a voir avec de la grammaire ou de l'orthographe! Le jour ou le Lux souhaite que la langue soit reconnue au niveau européen il n'aura qu'a en faire la demande.

    • Alison le 20.03.2019 14:55 Report dénoncer ce commentaire

      Je vous dit juste que le luxembourgeois, fondamentalement, n'est pas une langue. Mais pour votre commentaire sur la reconnaissance au niveau de l'Europe, vous avez raison.

    • Paillisonne le 20.03.2019 20:02 Report dénoncer ce commentaire

      La france a mis a peu de choses prés 900 ans a faire du francais la langue du pays et encore l’Alsace, la Bretagne et d’autres regions ont bien tenté de résister, le Luxembourg en tant que nation indépendante est un jeune pays il est donc normal que tout ne soit pas encore parfait, mais que vous le vouliez ou non, ce pays a décidé d’avoir sa propre langue, de la préserver, la developer, de la faire évoluer. Étrangere a ce pays, résidente ou pas dites nous donc en quoi cela vous dérange, en quoi cela vous regarde? Ca changera qq chose a votre quotidien? Vous allez y perdre qq chose?